Actu Chômage

dimanche
29 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique La déception des stagiaires

La déception des stagiaires

Envoyer Imprimer
Comment pouvait-il en être autrement ? Des représentants du collectif de défense des stagiaires Génération Précaire ont été reçus aujourd'hui pendant plus de deux heures par Dominique de Villepin et ses conseillers. A sa sortie de Matignon, la délégation déclare ne pas avoir été écoutée.

"On est un peu déçus. On se demande vraiment à quoi ça sert de nous recevoir si ce n'est pas pour nous écouter", a déclaré Julien, jeune économiste de 25 ans actuellement en CDD et au visage caché par un masque blanc. "C'est l'occasion (...) Malheureusement, le gouvernement a décidé de ne pas amender plus loin son projet de loi", a-t-il déploré : "Le stage reste l'ovni juridique qu'il est. Les stagiaires ne sont toujours pas dans le code du travail. Ils ne sont nulle part".

Génération Précaire souhaitait saisir l'opportunité des discussions actuelles au Sénat sur le projet de loi "sur l'égalité des chances" pour proposer des amendements visant à lutter contre l'utilisation abusive des stages.
Le mouvement revendique une rémunération obligatoire dès le premier mois (et non une "rémunération obligatoire des stages de plus de trois mois" comme le prévoit le projet de loi), l'instauration d'un quota de stagiaires en fonction de l'effectif de l'entreprise, l'établissement d'un délai de carence entre deux stages, et une limitation de la durée des stages à 6 mois. La création d'une franchise de cotisations sociales de 360 euros pour les employeurs "ne va pas permettre de lutter contre la précarité des jeunes", estime le collectif.

Le Premier ministre a évoqué la mise en place d'un groupe de travail destiné à rédiger une "Charte des stages" et qui se réunira le 27 février pour "présenter ses propositions à la fin du mois de mars". Une promesse totalement insuffisante face aux abus qui perdurent : Génération Précaire n'a, hélas, pas fini d'être déçu...

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 23 Février 2006 20:37 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2006-02-23 20:10
Le Medef a présenté aujourd'hui sa "charte des stages en entreprises" qui affirme le caractère obligatoire de la convention de stage et précise les "engagements réciproques" des entreprises, des établissements d'enseignement supérieur et des stagiaires.

Elaborée par la commission "Nouvelles générations" présidée par Laurence Danon, la patrone du Printemps, cette charte constitue la contribution du Medef au groupe de travail mis en place par le gouvernement et qui rendra fin mars son projet de "charte de bonnes pratiques".

Le Medef précise que tout stage de l'enseignement supérieur doit s'effectuer dans le cadre d'une convention, qui "est vraiment pour nous la pierre angulaire de la charte", a affirmé Laurence Danon à la presse. La convention, qui sera "simplifiée pour les stages de moins de trois mois", doit préciser l'objectif du stage, sa durée, "en lien avec le cursus universitaire", le contenu de la mission, et le montant de la gratification.

Le Medef, a affirmé Mme Danon, n'est "pas opposé à une gratification pour les stages de plus de trois mois", mesure introduite dans le projet sur l'égalité des chances en discussion jeudi au Sénat, mais "sans mettre un seuil minimum" pour ne pas mettre en difficulté les petites entreprises…

Enfin, la convention doit prévoir un encadrement du stagiaire et la remise en fin de stage d'une attestation.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Avez-vous vu Hold-Up, le doc "complotiste" ? =;o)
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...