Actu Chômage

samedi
22 février
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique La naïveté des "futurs chômeurs"

La naïveté des "futurs chômeurs"

Envoyer Imprimer
Les chômeurs de demain ont de drôles d'idées sur ce qui les attend. Justement peut-être parce qu'ils n'y sont pas encore, que ça ne les intéresse pas (tabou ?) et que, une fois rentrés du boulot, la plupart ignore les réalités (lobotomisés par les JT ?). D'où une faible mobilisation sur ces négociations. D'où des résultats contradictoires dans le sondage qui suit.

Il est clair qu'on ne peut pas parler réalistement du chômage quand on ne le subit pas. Il est évident qu'un sujet de société aussi anxiogène n'interpelle que superficiellement des individus pour l'instant épargnés. C'est comme si on demandait aux valides ce qu'ils pensent des dernières mesures d'économie sur le budget des handicapés !!!
Alors, pourquoi une telle initiative ? Des résultats à l'aveugle, censés nous plier à la doxa, l'opinion publique, ce que tout le monde pense et si vous êtes minoritaire, vous avez forcément tort. Diviser pour mieux régner : ne pensez pas à votre avenir, on s'en occupe à votre place…

Selon une enquête BVA publiée aujourd'hui pour L'Express, une large majorité (82%) des salariés estime que "le système français d'assurance chômage doit être réformé pour davantage inciter à retrouver un emploi" soit, plus précisément, l'addition de 49% des sondés qui sont "tout à fait d'accord" et des 33% qui sont "plutôt d'accord" avec cette idée. INCITER, mais comment ? Et pour quels postes, quels salaires ?

Notons d'abord que si 35% des salariés interrogés ici ont indiqué qu'ils se sentaient "exposés à un risque de perte d'emploi ou de statut dans les deux ou trois années à venir", 79% d'entre eux se disent satisfaits de leurs horaires de travail, 50% de leur niveau de rémunération, 82% du contenu de leur travail... ça baigne ou presque.

Ils sont donc 58% à estimer que l'assurance chômage "assure une bonne protection" en cas de perte d'emploi (16% "tout à fait d'accord" et 42% "plutôt d'accord"). France 2 a d'ailleurs fait croire aujourd'hui dans son "13 heures" que la France payait mieux - trop ? - ses chômeurs que les autres pays européens en affichant ostensiblement et sans explication notre fameux plafond de 5.126 euros, alors que seulement 10% des allocataires perçoivent plus de 1.595 euros et 5% plus de 2.194 euros. Réduire ce plafond mérite sûrement débat. Mais savent-ils que la moitié des demandeurs d'emploi perçoit moins de 853 euros, et que 40% d'entre eux ne touche carrément rien ?

Interrogés sur le renforcement des contrôles des chômeurs, et plus particulièrement sur le fait de sanctionner le refus non motivé d'une offre d'emploi "valable" (encore un concept au flou bien entretenu…), 74% ont indiqué qu'ils y étaient favorables tout en jugeant à 54% - seulement ? - que la mesure est efficace. Ce pourcentage d'opinion favorable descend à 69% parmi les personnes ayant connu une période de chômage (quand, et combien de temps ?) et à 66% parmi ceux qui "se sentent exposés à un risque de perte d'emploi" (qui ont peur pour l'instant et méconnaissent la suite).
Par ailleurs, 72% des salariés estiment qu'"un accompagnement intensif des chômeurs" est une mesure efficace pour lutter contre le chômage. Mais à quoi sert-il d'accompagner s'il n'y a pas de créations d'emplois ? Occuper les chômeurs de gré ou de force, les sanctionner ou les radier : quelle solution face à une réelle pénurie - qui est chiffrée par le Ministère du travail, et à la base de tout ?

Où est la responsabilité des employeurs dans cette acceptation fataliste de la mondialisation ? A propos du Contrat Nouvelle Embauche (CNE), 67% des salariés interrogés sont tout de même d'accord avec l'idée qu'il va "précariser le marché du travail", et seulement 40% pensent qu'il va "permettre de créer des emplois". Combien d'entre les 74% de ceux qui estiment qu'il faut sanctionner "le refus non motivé d'une offre d'emploi" sont prêts à accepter la précarité et ses bas salaires ?
Parmi les autres mesures soumises à l'opinion des sondés, la "simplification" du Code du travail est jugée efficace par 60%, et la "création d'emplois publics de la part de l'Etat" par 54% d'entre eux. On est toujours à côté de la plaque !

Ce sondage a été réalisé pour l'hebdomadaire L'Express en partenariat avec le groupe BPI (qui est l'un des prestataires privés avec qui l'ANPE et l'Unedic expérimentent actuellement une sous-traitance de l'accompagnement de certains chômeurs...) entre le 30 septembre et le 15 octobre auprès de 1.373 salariés des secteurs privé et public, travaillant dans des entreprises de 10 salariés et plus. La bonne affaire !!! Jamais on ne demande l'avis des intéressé(e)s eux-mêmes, qui ne sont pas invité(e)s non plus à la table des négociations de l'Unedic. Encore une fois, on se demande où est passée la démocratie !?!

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 08 Novembre 2005 21:41 )  

Commentaires 

 
0 # ranpe 2005-11-08 22:27 J'ajouterai qu'un chômeur ne passe pas son temps chez lui devant la télé comme un nombre semble le penser, mais c'est une personne actif, qui à défaut de contrat valable et déterminé, court le stage, la mission interrim, le cdd à horaire étrange, les ateliers anpe, la formation, la réorientation.Un chômeur écrit beaucoup, prend des rendez-vous, fait du porte à porte (ça lui arrive même de ce faire jeter(il y en a qui tourne de l'oeil quand il voit arriver un chômeur dans leur entreprise, s'il nous prenait notre place))…Citoyen travailleur pense qu'un jour cela pourrait t'arriver et qu'une grande gueule du genre "moi si ça m'arrive je fonce dans le tas et j'en retrouverais rapidement du travail" ne suffit plus…Un chômeur ça trouve du travail, mais il retourne souvent à la casse départ… Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-11-12 11:49
… à voir dans son intégralité ICI.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Réforme des retraites : Qui va remporter le bras de fer engagé le 5 décembre ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'a...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...