Actu Chômage

mercredi
25 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Déficit Unedic : baisser le plafond maximal ?

Déficit Unedic : baisser le plafond maximal ?

Envoyer Imprimer
Le Medef a déjà suggéré le retour à la dégressivité… Voici qu'une nouvelle idée se profile à quelques semaines de l'ouverture de négociations sur de nouvelles règles d'indemnisation : un prérapport du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale (CERC) suggère qu'une baisse du plafond maximal des allocations chômage permettrait de dégager des économies importantes pour le régime d'assurance chômage.

Ce rapport avait été demandé par l'ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin en juillet 2004. Il dresse un tableau comparatif de l'accompagnement des chômeurs en Europe et donne des pistes de réforme pour la France.
Le CERC, présidé par Jacques Delors, constate qu'une réduction du plafond maximal de l'allocation à 1.500 euros (comme en Allemagne) concernerait 14,6% des allocataires et entraînerait un gain pour l'Unedic de 2,75 milliards d'euros par an. Si le plafond était ramené à 1.800 euros, le gain serait d'environ 2 milliards d'euros et 8% des allocataires seraient concernés.

Car c'est en France que le montant mensuel maximum de l'allocation est la plus élevée (5.126,85 euros). En revanche, notre taux du revenu de remplacement est dans la moyenne européenne : ainsi, un chômeur dont le salaire de référence est de 1.500 euros perçoit une allocation (de 872,77 euros) qui se situe dans cette moyenne.

La suggestion du CERC est jugée "scandaleuse" par la CFE-CGC qui estime, dans un communiqué, que "les classes moyennes sont une nouvelle fois attaquées". De son côté, FO rappelle qu'"en réduisant les allocations, on réduit aussi les cotisations, l'économie pour l'assurance-chômage ne serait que marginale".
Michel Dolle, rapporteur général pour le CERC, a souligné dans un communiqué que le rapport "n'est pas encore établi", devant "faire l'objet d'un examen final par le Conseil du CERC" avant d'être remis au gouvernement fin octobre et publié en novembre, et que par conséquent celui-ci n'est pas engagé par "les versions préparatoires de cette synthèse".

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 27 Septembre 2005 15:54 )  

Commentaires 

 
0 # Monolecte 2005-09-28 18:03 Ce matin, j'ai eu au téléphone mon père, qui habite sur Montpellier. Et comme par hasard, il me parle d'un article paru ce matin dans le Midi Libre :
  • "tu te rends compte, y a des chômeurs qui ne s'en font pas, ils touchent plus de 5000€/mois!".
  • Non, je ne me rends pas bien compte, vu que la moitié des chômeurs n'est pas indemnisée et que parmi ceux qui ont la chance de l'être, la grosse majorité arrive péniblement sous le SMIC.
  • Oui, mais quand même, c'est de l'abus, c'est pas normal!
  • D'un autre côté, il fallait qu'ils gagnent vraiment un max ceux qui sont à ce tarif-là et mon petit doigt me dis que ces gars-là, on doit pouvoir les compter sur les orteils d'un seul pied
    D'ailleurs, tu es au courant que demain commence les négociations autour de l'UNEDIC?
  • Non.
  • Ben voilà, maintenant tu sais pourquoi on t'a sorti ce matin un article sur les rentiers du chômage, histoire que tous les pauvres gars qui triment comme des esclaves pour une bouchée de pain applaudissent des 2 mains quand on va encore serrer le kiki des chômeurs d'un cran de plus. Ca s'appelle de la manipulation d'opinion!
Ceci dit, je sens que ça a du marcher cette grosse manip pas belle et une fois encore, je serais curieuse de savoir combien de personnes exactement sont concernées par ce fameux plafond et quelles étaient le montant de leurs cotisations chômage du temps où le fric qu'elles gagnaient ne gênait personne!
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-09-28 19:31
Visiblement, les chômeurs qui perçoivent plus de 1.800€ ne sont que 8%.

Et ceux qui perçoivent plus de 1.500€ ne représentent que 15% des indemnisés (c'est pas beaucoup non plus).

Pour le reste :

40% des demandeurs d’emploi ne sont indemnisés ni par l’assurance chômage ni par le régime de solidarité, le plus souvent (dans deux tiers des cas) parce qu’ils n’ont pas cotisé suffisamment longtemps auparavant.
Parmi ceux qui sont indemnisés, 60% perçoivent moins de 850€ par mois, et 20% moins de 450€.
(Source : Denis CLERC, Alternatives Economiques)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-09-28 21:47
Je sais à quoi les chômeurs qui touchent 5.000 euros consacrent leurs allocations !!!

France 2 a - une fois de plus - noyé le poisson en nous pondant un reportage bâtard sur le chômage des seniors et la peur de vieillir…

Un fringuant cadre de 49 ans, costard-cravate au chômage, éprouve des difficultés à retrouver du boulot… parce qu'il est trop vieux. Solution => la chirurgie esthétique et les retouches au botox !!!

Pour retrouver un emploi, messieurs les chômeurs qui touchez de bonnes allocs, allez chez Nip/Tuck !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-09-29 15:50 27-09 (AFP) 18:08:56
Le Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale (CERC) a suggéré dans un pré-rapport une baisse des allocations des chômeurs les mieux indemnisés pour réduire le déficit de l'Unedic, ce que contestent les syndicats.

(…) C'est en France que le montant mensuel maximum de l'allocation est la plus élevée (5.126,85 euros pour un salaire plafonné à 10.064 euros par mois), note le CERC, près de cinq fois supérieur à celui en vigueur en Belgique, Espagne ou Italie, de deux à trois fois supérieur à celui en vigueur en Allemagne, au Danemark ou en Suède. Le CERC estime qu'une baisse du plafond concernerait peu de monde, au regard du "gain important" qu'il rapporterait à l'Unedic.

Mais les syndicats rappellent que les chômeurs qui reçoivent des allocations élevées sont ceux qui ont beaucoup cotisé quand ils avaient un emploi, les cotisations étant proportionnelle s au salaire.

"Un cadre qui reçoit 5.127 euros cotise à hauteur de 644 euros par mois, alors qu'un salarié au SMIC cotise à hauteur de 78 euros", a ainsi souligné la CFE-CGC, qui juge "scandaleuse" la suggestion du CERC. "Les classes moyennes sont une nouvelle fois attaquées", a déploré la confédération des cadres.

A FO, on estime que compte tenu d'une réduction éventuelle des cotisations qui accompagnerait la baisse des allocations, "l'économie pour l'assurance-chômage ne serait que marginale".

"Nous ne voulons pas opposer les uns aux autres", a réagi Michel Coquillion (CFTC), qui craint qu'une diminution des allocations des cadres ne "génère une explosion d'assurances privées complémentaires ". "Je ne suis pas sûr que ce soit pour le bien commun", a-t-il ajouté.

La CGT n'est pas contre une baisse du plafond, mais "à condition que le bénéfice aille vers les primo-demandeurs d'emploi, car le véritable problème, ce sont les jeunes qui entrent dans la vie active", a déclaré Maurad Rabhi à l'AFP.

En décembre 2004, le montant moyen de l'allocation chômage (hors formation) atteignait 1.002 euros, mais la moitié des demandeurs d'emploi indemnisés touchent moins de 853 euros.

Le CERC a aussi étudié l'impact sur le retour à l'emploi de la dégressivité des allocations, supprimée en France en 2001 et dont le rétablissement est souhaité par le Medef. S'appuyant sur plusieurs études, il estime que la suppression de la dégressivité a un effet sur l'allongement de la durée du chômage, surtout chez les chômeurs les mieux indemnisés.

Le rapport constate toutefois qu'aucun pays européen n'a mis en place une allocation dégressive.

…/…


MENSONGE !!!

CE N'EST PAS LA SUPPRESSION DE LA DÉGRESSIVITÉ QUI A EU UN EFFET SUR L'ALLONGEMENT DE LA DURÉE DU CHÔMAGE, MAIS BEL ET BIEN LES DESTRUCTIONS D'EMPLOIS et LA NON-CRÉATION D'EMPLOIS auxquelles nous assistons depuis 2002 !!!

Le CERC omet copieusement de citer les chiffres de l'Insee et de la Dares :

=> Au premier semestre 2005, on ne recense que 5.000 créations d'emplois salariés dans le secteur concurrentiel… ça promet pour la fin de l'année !

=> En 2004, seulement 17.200 postes ont été créés dans ce secteur

=> En 2003, quelque 73.000 emplois du même secteur ont été détruits (compensés par le public, le solde était rehaussé à - 67.000) !

La dégressivité des allocations n'a rien à voir avec le chômage !
Ce ne sont pas les chômeurs qui sont responsables du non-emploi de masse que nous connaissons !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-10-08 18:19
=> Au premier semestre 2005, on ne recense que 5.000 créations d'emplois salariés dans le secteur concurrentiel… ça promet pour la fin de l'année !

Selon les chiffres du ministère de l'emploi, il y a eu 12.000 créations de postes au premier trimestre, et 5.000 au deuxième : ce qui fait (seulement) 17.000 nouveaux emplois dans le secteur marchand de janvier à juin 2005.

Un résultat qui demeure tout à fait insuffisant, vu le nombre de demandeurs d'emplois dans notre beau pays…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # orbi2005 2005-10-01 01:10 personnellement , je suis pour un plafonnement.
Qu'il y ait manipulation, en raison du moment choisi pour sortir cette information ne doit pas nous empêcher d'en dicuter.
la question de savoir si les bénéficiaires sont nombreux ou pas n'est pas un problème sachant que c'est le chiffre des économies qui importe. D'ailleurs il ne s'agirait pas d'une économie puisque qu'il ne pourrait s'agir que d'une autre utilisation de ce montant ( la CGT dit pour les primo demandeurs d'emploi, ou pour les formations.. etc).
Mais ce qui a mon sens pose problème c'est que certains disent ( ceux qui cotisent beaucoup plus ont droit à beaucoup plus) selon le principe d'une cotisation "assurance-personnelle".
Ainsi je crois qu'on devrait supprimer le terme assurance de l'appellation cotisation "d'assurance-chomage", pour que la conception d'une cotisation-participation à la lutte contre le chomage, soit plus lisible. Et dans ce cadre là, un plafonnement n'est pas du tout illogique. Ceci pourrait même participer à un renforcement de la solidarité entre les demandeurs d'emploi.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Avez-vous vu Hold-Up, le doc "complotiste" ? =;o)
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...