Actu Chômage

mardi
18 juin
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Pour sortir du Chômage, travaillez gratos !

Pour sortir du Chômage, travaillez gratos !

Envoyer Imprimer
Voilà LA solution miracle. T’es au chomdu et tu galères grave pour retrouver du taf ? N’hésite pas une seconde, travaille gratos et bye-bye le chômage ! Démonstration.

Aujourd’hui, je suis d’humeur joyeuse. En ouvrant mon ordinateur, j’ai réceptionné un super message, de ceux qui te mettent du baume au cœur, qui te filent la patate, la niaque, te redonnent l'espoir des lendemains qui chantent.

Dans ma boîte mails, un message. Pas n’importe quel message ! Celui que je n'attendais plus. Une confirmation d’embauche ? Un CDI temps plein à 5.000 euros bruts ? Un plan boulot d’enfer proposé par le copain de la cousine germaine de l’oncle de mon beau-frère ? Mieux que ça.

Allez, je ne vous fais pas languir plus longtemps. Je vous sens à bout de patience.

Son intitulé ? « Chômage… Une solution originale pour rebondir professionnellement ».

Prends ça dans les gencives ! Si tu ne sautes pas de joie, c’est que t’es vraiment plus bon à rien.

Ouvrons vite ce cadeau tombé du ciel virtuel. Quelle est donc cette solution miracle ? Je lis :

« À l’heure de la crise et du nombre croissant de chômeurs, toutes les solutions semblent bonnes à prendre pour rebondir professionnellement. Or, proposer ses services gratuitement pendant un mois : il fallait y penser !

Sur Jemepropose.com, un ingénieur de 49 ans, au chômage depuis peu, a ainsi eu cette idée originale afin de rester actif, d’augmenter son réseau et réapprendre les codes du recrutement. Mais également multiplier les expériences et favoriser une possible reconversion
».

Ah, ça, effectivement, il fallait y penser ! Je poursuis la lecture :

« Monsieur L. (…) a décidé de remettre le pied à l'étrier en déposant une annonce sur Jemepropose. L'intérêt ? "Ça me permet de m'occuper l'esprit et de rester actif dans le monde de l'entreprise."

"Il est difficile de revenir à la recherche d'emploi après 20 ans d'expérience", confie cet ingénieur de formation. Ce Docteur ès Sciences se re-familiarise doucement avec les codes du recrutement. Il lui faut tout réapprendre : mettre à jour son CV, démarcher les entreprises, passer des entretiens.

C’est pourquoi, pour promouvoir son profil, il a opté pour la démarche originale d'offrir ses compétences professionnelles et personnelles, LE TOUT GRATUITEMENT.

Avec déjà 26 likes sur Facebook, son annonce n'est pas passée inaperçue.

Et si Monsieur L. a un profil d'ingénieur chimie des parfums, cosmétiques et arômes, cela ne lui déplairait pas de changer de branche
. "Dans l'idéal, j'aimerais travailler dans l'univers de la communication, du Web et du tourisme". D’ailleurs, il administre déjà une vingtaine de sites dans le secteur touristique.

Ainsi, Monsieur L. a déjà reçu plusieurs propositions en 15 jours dont : Une création de site Internet, une aide à la rédaction de brevet, un conseil en référencement.

Monsieur L. a déjà accepté les deux missions orientées Web : la création de site et le conseil en référencement. Il enrichit ainsi ses expériences dans ce domaine,
"en attendant les offres en CDI". »

Voilà, vous savez tout. Il s’agit maintenant de décrypter cet attrape-couillons.

Monsieur L. est au chômage mais, nous vante le communiqué de presse, il administre 20 sites Internet. Cherchez l’erreur !

Nous avons donc pris contact avec lui, voici sa réponse :

« Si je me propose de travailler gratuitement pendant 1 mois, c'est pour prouver ma compétence à un éventuel futur employeur, dans le cadre d'un stage non rémunéré par exemple. Dans ce cas, il n'y a aucun travail dissimulé. Par ailleurs, je ne touche évidemment aucune allocation chômage ! Je suis gérant non salarié (donc non éligible aux aides de Pôle Emploi) d'une TPME que je suis en train de fermer. Je cherche juste un emploi en CDI, par tous les moyens possibles. Quant aux 20 sites internet que j'administre, ce sont le mien, celui de mon épouse, ceux de mes enfants, mes blogs, ceux de mon actuelle entreprise et de ses trois marques, les blogs correspondants…, qui sont appelés à disparaître avec la cessation d'activité de ma TPME, fin décembre. Il n'y a donc aucune arnaque, juste un gérant non salarié, au passage surdiplômé (ingénieur, Dr ès Sciences, Expert judiciaire, mais qui a 50 ans…), qui n'a droit à aucune allocation, et qui n'a plus aucune ressource ! Cordialement ».

Dont acte. La situation de Monsieur L. semble effectivement délicate… et un peu confuse puisque son entreprise est toujours en activité. C'est un détail ! 

Pour autant, APNÉE/Actuchomage, association dont l'objet est la Défense des Droits des Actifs avec ou sans emploi, ne peut cautionner une initiative consistant à travailler GRATUITEMENT pour un patron. Même le Medef n’y a pas (encore) pensé.

Si les trois millions de Chômeurs de catégorie A (ou les 5 millions d'inscrits à Pôle Emploi, toutes catégories confondues) agissaient de la sorte, l'ensemble du marché (déjà gangrené par la précarité et les statuts professionnels au rabais) s'en trouverait déstabilisé.

Yves Barraud pour Actuchomage.org

Précision : Les sites Internet diffusant des offres de collaborations gratuites prennent le risque de favoriser le « travail dissimulé » (aussi appelé « travail au black »). Rien ne dit, en effet, qu'au terme de la mission, le collaborateur bénévole ne sera pas récompensé de quelques billets.

Ne dit-on pas que tout travail, même gratuit, mérite salaire ?

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Dimanche, 31 Mars 2013 23:49 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2012-10-23 15:14 Le travail gratuit, qu'il soit volontaire ou forcé, pénètre de plus en plus les esprits.

Chez Pôle Emploi, sur la base d'un volontariat plus ou moins tronqué, on vous propose des EMT/EMTPR qui sont du travail gratuit : véritables trous noirs du code du travail, ces dispositifs remplacent une période d'essai dûment rémunérée. Des employeurs peu scrupuleux n'hésitent pas à y recourir à foison.

Sinon, il y a les divers dispositifs de travail forcé instaurés par nos voisins (UK, Pays-Bas…) en contrepartie du versement d'allocations qu'il faut désormais mériter.

Du côté des chômeurs, le travail gratuit fait son chemin au nom du "c'est mieux que de rester à la maison sans rien faire" et du "on ne sait jamais" (la carotte d'une embauche à la clé). Du côté patronal, le travail gratuit fait aussi son chemin grâce au discours éhonté sur le coût du travail qui briderait notre compétitivité; il est même encouragé par les allègements de "charges" et autres niches consentis par l'Etat, complice de cet assistanat d'un autre genre qui habitue les employeurs à ne plus payer le travail.

Tout ça mélangé, consciemment ou non, on se rapproche d'une régression sociale et civilisationnel le.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2012-10-23 16:11 On ne s'en rapproche pas. Nous sommes dans la régression sociale.

Travailler gratos c'est IMMANQUABLEMENT donner de TRÈS MAUVAISES habitudes aux entreprises.

Si tout le monde s'y met, les employeurs peu scrupuleux (si si il y en a !) passeront d'une collaboration gratuite à une autre.

Nous atteindrons alors le summum du travailleur Kleenex !

Ces abus sont déjà très (trop) répandus, avec les stagiaires ou par l'entremise des EMT/EMTPR évoquées plus haut.

Si à cela on ajoute les exonérations de cotisations sociales (qui se chiffrent en dizaines de milliards par an), le travail n'aura plus qu'une valeur : Celle du BÉNÉVOLAT !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Blèriot 2012-10-23 16:44 Plein de bibliothèques fonctionnent avec des bénévoles et seulement deux voire un seul salarié. En général les municipalités profitent de mamies qui s'emmerdent. C'est pas forcément des villes pauvres en plus. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2012-10-23 17:51 Nous ne cautionnons pas plus le travail gratuit des retraités qui "occupent" des postes qui devraient être proposés aux actifs en âge de travailler. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # LéaLala 2012-10-23 18:26 Alors il faut interdire le bénévolat.
Dans une asso comme celle qui m'emploie (en CDI temps plein), tous les postes sont doublés par un bénévole (souvent des retraités, à raison de 2 jours par semaine et qui ne fait pas le même boulot que nous). Si on devait payer les gens, on coule.
Le dilemme est donc difficile.
Des chômeurs nous sollicitent pour faire du bénévolat (toujours base 2 j/sem) et jusqu'ici on ne les refuse pas…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2012-10-23 19:12 Travailler bénévolement pour une association, ce n'est pas la même chose que travailler GRATUITEMENT pour une entreprise à but lucratif.

Ne mélangeons pas tout. Même si certaines associations abusent des bénévoles.

Dans une entreprise commerciale, le bénévolat, c'est du "travail dissimulé".

En cas de contrôle, l'URSSAF l'entendra de cette oreille, croyez-moi.

Le "travail gratuit", l'URSSAF n'y croit pas - PAR PRINCIPE (comme l'Inspection du Travail).

Toute entreprise employant une personne "gratuitement" sera automatiquement redressée ou invitée FERMEMENT à stopper cette pratique.

+++++

Par ailleurs, on ne peut faire l'apologie du travail gratuit pour retrouver un emploi.

Le site Jemepropose.com présente cette initiative comme une idée originale (qui a déjà été expérimentée par d'autres), quasiment miraculeuse.

Mais c'est une idée perverse. La preuve :

Le travailleur GRATUIT peut satisfaire son "employeur"… qui ne l'embauchera finalement pas !

Le travailleur gratuit initiera un projet, le mettra sur les rails, et son "employeur" le confiera à une petite main rémunérée au SMIC (ou à un autre "travailleur gratuit").

Voilà ce qui pend au nez de Monsieur L.

Voilà ce que nous dénonçons !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # MacG 2012-10-23 20:35 Y a un truc qui m'a toujours épaté à ce propos : c'est de voir qu'on pouvait sortir à bac+5 (dans la com', les RH, le marketing, ça a l'air fréquent) et enchaîner des années de stage non-payé (ou en cacahuètes). Faire le larbin pendant son cursus, ok, mais après, vous passez pour un guignol aux yeux de l'"employeur", surtout dans des professions où vous êtes censé avoir les dents longues. Le pire, c'est de les voir pigner ensuite. Et ceux qui refusent ce système, "érodant" ainsi leurs compétences acquises au fil des études par l'absence d'intégration professionnelle ?

Les soumis individualistes sont des traîtres. Et le Pôle qui fait encore pire en payant (!) les employeurs. Et c'est à nous d'expliquer aux "conseillers" qu'on a bien compris les nouvelles règles, qu'on est leur "raison sociale", mais que ce sont eux qui doivent travailler pour nous et non l'inverse.

Comment s'étonner de la massification du travail gratuit et de son corollaire, le travail forcé, qui nous pendent au nez.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2012-10-23 21:45 + 1.

Voici un extrait d'un message que j'ai adressé à Monsieur L. :

"Je ne pense pas qu'entamer une collaboration sur la base de la gratuité soit très prometteuse.

Vous pourriez par exemple (puisque vous êtes Gérant de société) proposer un "pack essai" pour une somme attractive (genre 1.000 euros par mois).

Ce serait une démarche plus pertinente, plus accrocheuse que la gratuité."
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # kimo 2012-11-01 21:59 Cela équivaudrait à payer moins que le salaire minimum. Ce serait illégale et inacceptable. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2012-11-02 00:34 Un indépendant peut proposer une prestation au prix qu'il fixe lui-même.

Nous ne parlons pas ici de salaire mais de facture.

Rien ne s'oppose (légalement) à ce que Monsieur L. - gérant de société - tarifie ses services 1.000 euros HT (pour une période d'essai). Ou plus ou moins, c'est son affaire.

1.000 euros, c'est quand même "mieux" que zéro.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2012-10-23 21:37 Le travail gratuit il est partout et le plus cocasse (et le plus triste) est que la plupart des gens, comme Mr Jourdain faisait de la prose sans le savoir, font du travail gratuit sans s'en rendre compte.

Vous ne me croyez pas?

Je vous explique, quand vous allez dans une poste et que vous mettez votre argent dans un robot pour affranchir, vous faites du travail gratuit, même chose quand vous mettez de l'essence vous même dans votre voiture.

Et plus récemment, on a vu apparaître des caisses automatiques dans les supermarchés, qui sont très populaires auprès d'un certain nombre de gens. C'est du travail gratuit, c'est vous qui faites un travail de caissier sans être payé un sou.

(dans certains supermarchés, une personne en vient à s'occuper de 4 caisses automatiques! C'est tout bénéfices pour l'actionnaire qui rêve du jour où il pourra virer toutes les caissières pour les remplacer toutes ou presque par des machines)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+2 # tristesir 2012-10-23 21:38 Tout ce travail gratuit qu'on vous impose ou que vous plébiscitez , c'est le cancer du travail: cela te bouffe des pans entiers de professions qui disparaissent progressivement et il n'y a que les actionnaires qui y trouvent un véritable intérêt. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2012-10-23 21:41 +1.

Rien à redire !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # MacG 2012-10-25 18:36 +1 aussi.
Il faut pas oublier certaines banques où les opérations d'espèces (+chèques) se font sur bornes auto uniquement ("la sécurité, vous comprenez monsieur…").

Je me fais un devoir d'ignorer les caisses automatiques, quitte à faire la queue, et j'ai l'impression qu'une partie des gens ont compris… ou alors je me fais un film. Cela dit, c'est vrai que ça cartonne dans une certaine enseigne nordique et là, bah les gens ils ont rien capté visiblement.

Pour l'essence, c'est simple : je vais chercher le pompiste dans sa boutique : "j'vais pisser. Faites moi le plein en attendant, mon brave!" :) Sérieusement, je me faisais récemment la réflexion concernant les milliards de bénef' des Cies pétrolières et le nombre de boulots qu'on pourrait (re)créer rien qu'avec les services en station.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # kimo 2012-11-01 22:03 Je n'utilise pas les caisses automatiques non plus puisque je ne suis pas payé pour prendre le travail de l'hôte de caisse mais ça à l'air de fonctionner finalement parce que ça fait gagner du temps même si c'est impersonnel et que le fait d'être commandé par un robot (c'est ce qui se passe si on observe bien) devrait nous inciter à nous interroger sur ce vers quoi nous évoluons. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # jesersarien insomnia 2012-10-24 01:31 hier c'était "il faut être prêt à demander moins"
aujourd'hui c'est "il faut être prêt à ne rien demander"
Je ne me lèverai pas demain, ayant trop peur que cela soit " combien es-tu prêt à donner"
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # lebeaupolo 2012-10-24 12:39 Y a ceux qui veulent qu'on bosse pour rien et ceux qui veulent être payés à rien foutre.
Au fond, y sont d'accord entre eux ! Les deux ensemble, ça se tient !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # TS-Hors-Les-Murs 2012-10-24 13:15 Citer:
et ceux qui veulent être payés à rien foutre.


Vous imaginez ce que c'est de ne de rien foutre comme vous dites pendant des décennies? 7h de votre vie, 5 jours sur 7, à ne rien faire?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+2 # superuser 2012-10-24 13:28 Etre payée à rien foutre, c'est ce que je suis avec mon ASS.

Etre "payé à rien foutre" est une expression expéditive. "Ne rien foutre", pour moi, ça veut dire ne pas bosser au Smic pour un patron et, malgré ça, je trouve toujours plein de choses utiles à faire dans ma journée… Pour m'épanouir, je n'a pas besoin d'avoir un emploi. C'est pourquoi je plaide pour un revenu universel où chacun aura le choix de s'employer à ce qu'il souhaite sans être exclu de la vie économique et sociale.

Sont payés à rien foutre ceux qui font de l'argent avec de l'argent et, indirectement, avec la sueur des autres. Ceux-là sont les vrais parasites.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Murie 2012-10-24 16:20 Multi-citer superuser:
Sont payés à rien foutre ceux qui font de l'argent avec de l'argent et, indirectement, avec la sueur des autres. Ceux-là sont les vrais parasites.


Tout à fait !!

Spéculateurs et autres boursicoteurs/actionnaires sont les Algues vertes de l'économie… et au final du bien-être de toute la société !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # kimo 2012-11-01 22:07 + 1. Seulement l'idéologie du travail et du mérite qui a quelque chose d'assez religieux au fond n'est pas prête de faire long feu.
Dans un monde ou prime l'individualisme et la compétition le revenu ou salaire pour tous, cela se fera peut-être dans deux ou trois générations éventuellement et je suis optimiste.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # lebeaupolo 2012-10-24 16:37 T'inquiète, j'ai toujours les mains occupées, et quand je glande un peu devant mon écran c'est que que je souffle , ou alors c'est qu'il pleut !

Non, ce qui me gonfle, c'est le bourgeois qui me dit comme ça : Avec tout ce que tu sais faire, Polo, tu devrais faire bénévole, y des vieux qu'on besoin.
C'est vrai, mais j'en ai déjà assez à m'occuper avec mes plus proches, et puis comme je suis pas payé à rien foutre, faut bien que je pense à glaner quelques pépettes.
Le dernier qui m'a dit qu'il avait du boulot à faire chez lui, j'y ais dit tiens, tu tombes bien, j'moccupe de ton jardin et tu vas me faire le plein de ma bagnole et les courses à Leclerc.

Le con, je l'ai pas revu!
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # fra 2012-10-24 12:45 C'est le cynisme permanent qui nous tient par le bout du nez !
A croire que le travail gratuit serait la solution miracle pour réduire le chômage ? Le monde ne tourne pas très rond !
Ce type de proposition n'est pas nouveau, complètement démagogique car il conduit directement au chômage des uns et à l'esclavage des autres, et met encore une fois les gens et les autorités devant la contradiction de la pensée…
Ainsi, on foule aux pieds les conventions Internationales , qui sont-là pour nous protéger, et nos droits sociaux acquis dans la douleur, pour notre bien ? Dire que la convention 105 C de l'OIT sur l'abolition du travail forcé du 25 juin 1957 existe et que tout est fait pour la violer en permanence, c'est un peu se mordre la queue et renier les avancées sociales depuis la seconde guerre mondiale.
L'Angleterre fait déjà cela (ce qui provoque un chômage déguisé), la Hollande permet aux collectivités de le faire…Tout cela en violant les droits fondamentaux. Absurde et cynique !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # MacG 2012-10-25 18:14 Sans un rapport de force permettant de les faire respecter (consensus social, contrôle effectif et sanctions réelles), les droits fondamentaux et les conventions internationales sont du vent. Il n'y a qu'à voir ce qu'il en est pour le travail des enfants.

Paulina1 et Yves plus bas ont bien résumé l'absurdité de ce système. Mais c'est une démarche dynamique que les fous ont adoptée, c'est à dire qu'ils croient pouvoir profiter de cette tendance à la baisse (pression sur les salaires, les conditions de travail, la protection sociale) à l'infini en en sortant toujours gagnants.

Le cas de la Corée du Sud est emblématique de cette stratégie. Je crois (me rappelle un article lu il y a des années) que les CDI là-bas ne concernent que 15% des salariés. Le reste, c'est du précaire. Les fous pensent pouvoir généraliser un tel système et y survivre alors que c'est impossible (la Corée du Sud exporte énormément). Ca rappelle un pays voisin, non?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Trinita. 2012-10-24 22:47 C'est pas le même type qui il y a quelques semaines portait plainte contre Pôle emploi, non ?

Voici la prochaine étape, (quoique là, il y en a quelques unes qui ont été sautées) :
Citer:
Récemment, Maneesh Sethi a passé une annonce pour embaucher une personne capable de surveiller son travail pour qu'il reste concentré. Payée 8 dollars de l'heure, elle a le droit de lui donner une claque si jamais il se dissipe et se connecte sur des sites tels que Facebook.

fr.news.yahoo.com/mieux-travailler-paye-quelquun-gifle-%C3%A0-chaque-fois-095604494.html

Citer:
jesersarien insomnia : Je ne me lèverai pas demain, ayant trop peur que cela soit " combien es-tu prêt à donner"

Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # Paulina1 2012-10-25 11:56 Je suis contre la solution de cet ingénieur. Comment relancer la croissance si on se met à travailler gratuitement ? Pas d'argent = pas de pouvoir d'achat = pas de vente = diminution de la production = licenciement = chômage. Et voilà la spirale infernale qui ne s'arrête plus. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2012-10-25 12:12 Sans oublier que travailler gratuitement se traduit par :

• Pas de cotisations sociales.
• Pas de cotisations chômage et retraite.
• Pas d'impôt.

Donc creusement des déficits (sécu, assurance-chômage, caisses de retraite, budget général…).
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # kimo 2012-11-01 22:13 On peut avoir de l'argent et un pouvoir d'achat très faible qui vous réduit à ne pas consommer ou très peu. C'est le cas du salarié esclave payé au salaire minimum qui par l'effet de la loi d'airain ne pourra guère espérer mieux que survivre. Le problème reste donc insuffisance des salaires face à la rémunération du capital. Ce qu'il faudrait, c'est rééquilibrer cela et commencer par réévaluer les salaires dont les plus bas à la hausse. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # maguy 2012-10-27 09:36 J'adhère à tout ce qui est dit plus haut.

Si je travaille, c'est uniquement pour de l'argent, point barre et je VEUX que l'employeur paie sa part de cotisations.

Tous les employeurs seront contents de voir un abruti travailler pour rien, ne le respecteront jamais et le renverront après son mois gratos.

Pour tester les capacités d'une personne, il existait un truc qui s'appelait "période d'essai", ça n'existe plus ????
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Bad Luck 2012-10-27 18:25 Idem.

Les actifs étaient déjà suffisamment engagés dans une concurrence par le bas et devaient accepter des salaires et des postes non conformes à leurs profils respectifs. Mais là c'est pire. Et on ne me fera pas croire que ce n'est pas volontaire, cette situation arrange bien les entreprises.

Si tu prives quelqu'un de nourriture pendant plusieurs jours, il prendra le premier truc que tu lui donneras. Du caviar, du pain ou de la fiente de pigeon.

On en est là. C'est à celui qui fayottera le plus.

- Moi je travaille au black !
- Moi je travaille au black mais moins cher !
- Moi je travaille au black mais moins cher et plus longtemps !
- Moi je demande pas de salaire !

Bravo, on a un vainqueur.

Bientôt ce sera quoi ? Payer pour travailler ? Faire des extras pour son "employeur" du style faire le ménage ou garder les mômes ? Bon j'exagère volontairement, évidemment.

Après, je comprends la situation de ce monsieur et son besoin de retrouver du travail. Mais c'est irresponsable.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # kimo 2012-11-01 22:15 On paie déjà très cher pour travailler. Faire des études souvent longues et enchaîner les stages gratuits pour se vendre à un coût. Certaines personnes parleront de capitalisation ou d'investissement. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # maguy 2012-10-27 18:48 Citer:
Mais c'est irresponsable.

C'est surtout stupide. Encore un qui va venir pleurer en expliquant sa bonne volonté, ses sacrifices !

On avait ouvert un topic sur le forum qui s'appelait "le crétin du jour", il mérite d'y figurer.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # maguy 2012-10-28 12:29 Citer:
qui n'a droit à aucune allocation, et qui n'a plus aucune ressource !

Je suis à peu près certaine qu'il existe des assurances chômage pour les indépendants. Ben, d'accord il faut payer !
Que s'imagine-t-il ce brave homme ? Que les chômeurs indemnisés le sont par magie ou par philanthropie ? Non, ils le sont grâce aux assurances qu'ils ont payées des années et sans même qu'on leur demande leur avis !
C'est plutôt mal pensé pour un ex-entrepreneur.
Quel Caliméro !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Hugo454 2012-11-03 14:37 Je comprends les vues qui s'opposent, mais il faut prendre en compte les situations concrètes. Après 3 ans, 5 ans, 10 ans de chômage sans indemnisation, parfois plus encore, les drames que cela engendre démontrent l’inefficacité des solutions existantes et le peu d'aide que chacun devrait se voir accorder, une spirale vicieuse qui détruit le lien social, l'isolement, la déprime, voire pire.

Le travail gratuit est une inaptitude des dirigeants à mettre en oeuvre une rétribution libérale, comme fr.wikipedia.org/wiki/Allocation_universelle

Pour celui qui est hors du circuit de l'employabilité, le travail gratuit est une arme qui pallie au manque de solidarité des travailleurs entre eux, et qui permet de révéler dans bien des cas certaines formes de talents. Le travail gratuit est une réponse mal exploitée par les dirigeants, par les entreprises. C'est certain que lorsqu'on a pas soi-même expérimenter des années de trahisons, on ne peut que tirer à boulet rouge sur le travail gratuit qui détruirait la valeur du travail, l'exploitation des salariés par l'usure pour faire de la marge, de la valeur ajoutée. Il y a aussi dans toute forme de travail gratuit une habilité des hommes à transformer sa condition, par l'indépendance et l'innovation. Il y a une plus forte corrélation entre libre et gratuit qu'entre liberté et salarié, non ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Hugo454 2012-11-03 14:39 Personnellement , cela fait 5 ans que je propose mes services gratuitement, je me dis que je paye la crise, alors pardonnez-moi de vos indifférences, pardonnez-moi de mon misérabilisme, pardonnez-moi d'être en tout point comme ce "brave type", pardonnez-moi d'être ruiné par cette société décadente, pardonnez-moi de réduire la valeur du travail à zéro. Mais aussi, pardonnez-vous vos égocentrismes. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2012-11-03 15:11 Il ne s'agit pas d'égocentrisme mais de lucidité et, surtout, de dignité. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2012-11-05 15:08 La décadence est consommée quand les gens n'ont plus qu'un seul projet dans la vie, devenir des esclaves. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Hugo454 2012-11-03 16:09 Qui veux-tu protéger en disant cela ? Tu sais très bien que la dignité que tu m'opposes n'est qu'une conséquence pour justifier de l'internationalis ation des flux de production, particulièremen t lorsque la Chine exploite les Ethiopiens pour réduire encore les coûts de main-d'oeuvre et satisfaire aux donneurs d'ordre européens et américains. C'est cela la lucidité, pour le reste, c'est du nombrilisme propre à l'homo œuconomicus bien franchouillard. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2012-11-04 02:49 Je protège ma dignité. La réponse de Paulina ci-dessous résume totalement ce que je pense. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # Paulina1 2012-11-03 21:50 Le travail gratuit j'en fais oui, c'est du bénévolat. Mais c'est quand je veux et je peux. Aucun lien de subordination. Je suis libre d'apporter mon aide. Alors que là il s'agit de travailler sous les ordres d'un patron aux heures fixées par celui-ci. C'est là toute la différence. Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...