Actu Chômage

mardi
16 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Chômage d'août : rien de neuf sous le soleil

Chômage d'août : rien de neuf sous le soleil

Envoyer Imprimer
En moyenne, chaque mois depuis le début de l'année, quelque 20.000 chômeurs s'inscrivent dans l'officielle catégorie A de Pôle Emploi en métropole. Le seuil des 3 millions est aisément franchi.

Ce n'est pas une surprise : Michel Sapin l'avait déjà annoncé fin août alors qu'on comptait pour juillet 2.987.100 chômeurs de catégorie A en métropole… et 3.232.800 avec les DOM. Il suffisait de 13.000 chômeurs de catégorie A en plus pour que la "barre symbolique" des 3 millions soit franchie (… en métropole, hein, parce que les DOM, tout le monde s'en fout).

3 millions, boudiou, ça impressionne ! Pour marquer les esprits et faire dans le symbole, rien ne vaut un chiffre rond. Pourtant, fin 2003, la France comptait 10,1% de chômeurs. Et en mai 2005, 10,2%. Mais comme ça ne représentait “que” 2,5 millions d'individus accusés, de surcroît, d'être responsables de leur situation, on n'en a pas fait tout un fromage.

Surtout, on n'est plus à ça près... Quand on passera à 3,3, 3,4 puis 3,5 millions, la chose sera banalisée.

Pour le 16e mois consécutif, le chômage poursuit inexorablement sa hausse. Voici donc notre traditionnel décryptage de la dernière note de la Dares/Pôle Emploi.


Catégorie A (chômeurs officiels, sans activité aucune) : +23.900
Ils sont désormais 3.011.000 en métropole, 3.259.200 avec les DOM (+26.400).
Progression annuelle : +9,2% en métropole, +8,9% en France

Du côté des chômeurs qui sont restés inscrits tout en exerçant des petits boulots, faute d'emplois véritables, on note que l'activité précaire et surtout très précaire, certainement imputable à la saison estivale, se porte bien :

Catégorie B (chômeurs en activité réduite inférieure à 78h/mois) : +0
Ils sont toujours 600.100 en France métropolitaine.
Progression annuelle : +6,7%

Catégorie C (chômeurs en activité réduite supérieure à 78h/mois) : +16.900
Ils sont 883.500 en France métropolitaine.
Progression annuelle : +6,6%

Au total, le nombre des inscrits en catégories ABC — c'est-à-dire l'ensemble des demandeurs d'emploi «tenus d'accomplir des actes positifs de recherche» — a crû de 40.800 en métropole.
Ils sont désormais 4.494.600 en France métropolitaine, et 4.776.800 avec les DOM (+43.800).
La hausse annuelle s'élève à 8,4%.

Passons maintenant aux voies de garage...

Si les prestations occupationnelles reprennent du poil de la bête, les contrats aidés ne font visiblement pas recette :

Catégorie D (chômeurs non disponibles car en arrêt maladie ou en maternité, en stage, formation ou convention de reclassement) : +2.600
Ils sont 237.600 en France métropolitaine.
Variation annuelle : +3,9%

Catégorie E (chômeurs non disponibles car en contrat aidé) : -3.700
Toujours en France métropolitaine, ils sont 358.300 ainsi occupés.
Variation annuelle : +3,1%

Au total, fin août 2012, toutes catégories confondues (ABCDE), le nombre de chômeurs inscrits à Pôle Emploi en métropole s'élève à 5.090.500 (+39.700 personnes sur un mois et +7,7% sur un an). Avec les DOM, on arrive à 5.395.000, soit 42.200 personnes en plus par rapport à juillet.

A ces 5.395.000 inscrits, il convient d'ajouter les 111.500 "seniors" indemnisés de métropole (chiffre non précisé pour les DOM) bénéficiant toujours de feu la dispense de recherche d'emploi, non catégorisés.
Ainsi, on dépasse 5,5 millions.

Dans le détail...

L'ancienneté moyenne des inscrits des catégories ABC de métropole se stabilise dans son triste record à 469 jours (contre 455 il y a un an), soit plus de 15 mois. La moyenne d'inscription des sortants remonte à 248 jours (246 le mois dernier, 245 il y a un an).

A noter que la durée moyenne d'inscription des sortants en ABC est stable à 144 jours pour les moins de 25 ans, tandis qu'elle augmente à 412 jours pour les plus de 50 ans (+26 jours sur un an).

Du côté des chômeurs de longue durée, ils sont désormais 1.727.000 rien que dans les catégories ABC de métropole (+18.600 en un mois), 1.870.400 avec les DOM (+20.600), auxquels on peut rajouter les 358.000 chômeurs de catégorie E et les 111.500 seniors en DRE. Ainsi le volume des "DELD" — comme on les appelle — dépasse 42% de l'ensemble des inscrits à Pôle Emploi.

En glissement annuel, le volume des inscrits depuis plus d'un an a augmenté de 9,4%. Celui des inscrits depuis plus de 3 ans — enkystés dans la crise depuis 2009 — a progressé de 21,6%.

Parmi eux, toutes catégories confondues, 734.400 perçoivent le RSA (+11% sur un an) et 361.100 perçoivent l'ASS (chiffres Unedic de juillet, +7,2% sur un an). Ces personnes survivent donc avec moins de 16 € par jour.

Du côté des seniors, les inscriptions de chômeurs de plus de 50 ans dans les catégories ABC de métropole se poursuivent : +14.000 par rapport à juillet.
Ils sont 946.300 dont plus de la moitié (492.200) sont des femmes.
Progression annuelle : +15,5% (et +16,9% pour les seniors de catégorie A, sans aucune activité).

En comparaison, les moins de 25 ans sont 677.100 (+8% sur l'année).

Du côté des sorties, on note un recul des «cessations d'inscriptions pour défaut d'actualisation» : -3.800 pour un total de 196.900. Même chose avec les radiations administratives (-3.200 pour un total de 38.300) et les «autres cas» (-1.800 pour un total de 46.300). Ces trois motifs représentent près de 65% du volume des sorties.

Du côté des entrées, malgré un léger repli, les fins de CDD et de mission d'intérim restent prépondérantes : à elles deux, elles représentent 32% des motifs.

Du côté des offres, c'est toujours la dèche. En août, Pôle Emploi n'en a collecté que 246.500 (contre 244.900 le mois dernier) où les emplois "temporaires" et occasionnels sont majoritaires. En glissement annuel, le recul est de 16,6%.
Quant au compteur d'offres en ligne du site pole-emploi.fr, il a été enlevé...
Sachant qu'environ 20% des offres du marché passent par Pôle Emploi, on imagine le volume disponible total (environ 1,2 million) en comparaison du nombre de chômeurs à satisfaire.


Voilà. Sachant, selon nombre de spécialistes, qu'aucune amélioration n'est à attendre avant 2014, nous vous invitons à garder courage et traverser cette épreuve historique avec philosophie. Après tout, le chômage, c'est pas si terrible. On s'y fait. Et tout ce temps libre, quel luxe !

SH

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Dimanche, 30 Septembre 2012 04:20 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2012-10-01 11:21 Le chômage des informaticiens à son plus haut depuis 2006

www.journaldunet.com/solutions/emploi-rh/le-chomage-des-informaticiens-aout-2012-0912.shtml
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2012-10-02 13:16 meunon !
On manque de "talents" dans ce secteur viendez tous jeunes diplômés (les vieux ils ne veulent pas rester après 22h et ils ont des exigences délirantes de salaires) car plus vous êtes de fous (de dupes) plus… les salaires sont bas 8-)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2012-10-02 10:00 La zone euro compte 18,2 millions de chômeurs

En août, le taux de chômage s'est élevé à 11,4% dans les dix-sept pays de la zone : du jamais vu.

A l'échelle des 27 pays de l'UE, le nombre de chômeurs s'élevait à 25,5 millions.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...