Actu Chômage

mercredi
19 février
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique «Plan emploi» : Aller trier des ordures en CUI

«Plan emploi» : Aller trier des ordures en CUI

Envoyer Imprimer
Pour redorer son blason d'ici 2012, Nicolas Sarkozy a décidé que Pôle Emploi allait recevoir «sous trois mois» quelque 680.000 chômeurs inscrits depuis plus d'un an afin de leur proposer «soit une formation qualifiante, soit un emploi», essentiellement par le biais de contrats de professionnalisation ou de contrats aidés. Les convocations en masse ont donc commencé. Témoignage.

Alors que les conseillers doivent en même temps se former à l'EID (entretien d'inscription et de diagnostic avec le demandeur d'emploi), ils viennent de recevoir les instructions de leur direction, assortie d'une "extraction" de leurs DELD (demandeur d'emploi de longue durée) à recevoir d'ici fin juin. Dans ces listes, pêle mêle, des chômeurs déjà en formation ou sous prestation, certains toujours suivis par l'APEC; d'autres en attente de reconnaissance TH, sinon des personnes qui ne pourront plus jamais retravailler de leur vie mais qu'on oblige à s'inscrire, quand bien même ne sont-elles plus indemnisées par le régime ou allocataires du RSA.

A tous ces chômeurs "n’ayant pas déclaré d’activité depuis 1 an", les conseillers doivent faire :
- une proposition d’emploi (merdique, cela va de soi)
- d’un contrat aidé (encore plus merdique)
- d’une formation (soi-disant 15.000 places en plus, rapprochement des régions et des OPCA, POE et AFPR)
- d’une action d’accompagnement (les prestations CIBLE ou Trajectoire du privé, pour la plupart occupationnelles)

Comme l'a dit mardi le médiateur national de Pôle Emploi Jean-Louis Walter, successeur de Benoît Genuini, réagissant au fiasco du "plan rebond" : «Dans les agences, s'il y avait des tas de choses à proposer, nos agents n'attendraient pas que les gens deviennent chômeurs de longue durée». Hélas, alors que les conseillers en agence attendent toujours le "retour des contrats aidés", les "nouvelles formations" et les places en accompagnement promises, il s'agit à nouveau de caser 680.000 personnes en un temps record pour des motifs purement électoralistes.

Se réinsérer… dans une usine de déchets

Pierre (1) n'a pas échappé au rouleau compresseur. Privé d'emploi depuis 2002, il a reçu une convocation avec "votre conseiller MR MOBILE 1". Dans cette lettre, il est précisé que "cet entretien se déroulera de manière collective", et il est mentionné qu'il doit "apporter [son] CV à jour, ainsi que tout élément permettant d'attester de [ses] recherches d'emploi". Puis, la veille, il a reçu un e-mail de Pôle Emploi pour lui rappeler ce rendez-vous : "Merci de vous munir des pièces demandées dans votre convocation".

Pierre a perdu son travail suite à un licenciement litigieux et douloureux qui s'est soldé par une longue procédure judiciaire. Quinqua à l'ASS, il a aussi perdu son logement en 2008 et est depuis domicilié dans un CCAS. Il ne reçoit même plus de réponses aux offres d'emploi pour lesquelles il se porte candidat. D'où sa crainte de subir des représailles parce qu'il se présenterait sans preuves suffisantes de recherche d'emploi.

Il nous raconte comment s'est déroulé l'entretien...

« La réunion n'était pas animée par un "prestataire", comme je le supposais au départ, mais par du personnel Pôle emploi : deux de mon agence, et une conseillère d'une agence voisine qui était là en observatrice. Plus une représentante d'une organisation d'insertion.

30 personnes avaient été convoquées. 18 étaient présentes.

On nous a dit qu'on nous avait fait venir pour nous faire une "offre de service", plus concrètement une offre d'emploi (jamais il a été question d'une formation). Que "les minimas sociaux ne sont pas une fin en soi" : j'ai entendu ça 50 fois, tout est basé là-dessus. Qu'on allait avoir un accompagnement social et une aide pour avoir un logement. A ce propos, prenant la parole pour leur faire part de ma situation, je leur ai dit que même ma demande de "droit au logement opposable" avait été rejetée sans motif et que je ne voyais pas comment ils allaient me trouver un toit, à moins que des budgets aient été crées pour cela. On m'a répondu "Si, puisqu'on va vous proposer un poste qui vous permettra de trouver un logement"...

Alors maintenant, le poste proposé est géré par une structure d'insertion. Il s'agit de trier des ordures dans une usine de déchets ménagers. Horaires : 6h30 à 13h30 ou 14h30 à 21h30 - 9 € de l'heure - CDD 4 mois à 2 ans maxi. Cette proposition nous est faite pour nous permettre de nous "stabiliser financièrement" et "nous projeter, construire quelque chose afin de trouver un emploi stable".

J'ai repris la parole pour leur expliquer que j'ai un projet professionnel, celui de créer une structure d'accueil familiale, sociale et/ou thérapeutique, projet en attente d'une décision de la Cour d'Appel de Rennes qui doit se prononcer entre octobre et décembre pour une question en lien avec la maison que je veux acheter pour le concrétiser. Je vais disposer de l'argent nécessaire, celui que j'ai obtenu par la justice qui a condamné mon ancien employeur pour licenciement abusif (grosse somme, j'étais cadre depuis 10 ans sur un poste à responsabilités).

Une personne de Pôle emploi m'a alors dit qu'en attendant la réponse de la justice, je pouvais prendre ce travail. J'ai alors dit que personnellement je me sentirais très dévalorisé d'accepter une telle offre et qu'au lieu de m'aider, cela m'atteindrait physiquement et psychiquement. (Ce n'est pas le fait que le job soit peu qualifié, mais je ne veux pas trier les emballages d'un système économique et commercial qui détruit la planète et les humains, et que je rejette depuis toujours).

Alors la moins sympa des conseillères m'a sorti la menace que cette offre pouvait être considérée comme une "offre raisonnable d'emploi" et que son refus pouvait mener à une radiation, puis rappelé que "les minimas sociaux ne sont pas une fin en soi"... Alors je lui ai demandé combien de postes (trieurs sélectifs) étaient disponibles. Elle m'a répondu 5, et 24 à terme. Alors je lui ai dit : "Vous nous avez dit que vous aviez convoqué ce matin 30 personnes, nous sommes ici 18, vous avez 5 postes à pourvoir. Et vous laissez entendre que ceux qui refuseraient cette offre pourraient se voir pénalisés alors que vous ne pouvez proposer ces postes qu'à 5 d'entre nous, c'est incohérent. Et puis j'ai tenté de rester calme et gentil. Pour entendre à la fin : "Vous serez reconvoqué".

La plupart des participants n'a rien dit. Une personne était très intéressée, deux autres ont évoqué des problèmes de santé incompatibles avec le poste proposé (7 heures debout devant un tapis roulant). Mais la grande majorité était très effacée, voire accablée, et me semble-t-il pas habituée à prendre la parole en public ou à exprimer quelque chose d'une façon plus générale. »

CONSTERNANT !

Sachez que la menace de radiation pour "refus d'offre raisonnable" dont Pierre a été l'objet est une ruse de débutant : les contours de l'ORE étant définis par le PPAE (type de contrat accepté, salaire demandé, mobilité…), si l'offre ne convient pas, le demandeur d'emploi ne risque rien à la décliner. De plus, la sanction n'est pas applicable au premier refus.

Conclusion : voilà, actuellement, le type de "solutions" que le gouvernement souhaite offrir aux chômeurs de longue durée.

SH

(1) Le prénom a été modifié.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 28 Décembre 2011 10:21 )  

Commentaires 

 
0 # Tannhauser 2011-03-24 23:03 Je me demande si le Pôle Emploi ne travaillerait pas main en main avec des sociétés qui sont à la recherche d'une main-d'oeuvre à bas coûts, pour faire exécuter des travaux que personne ne veut faire. C'est serait une vraie saloperie. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # RaoulPiconBière 2011-03-25 02:21 Sérieusement ? Vous vous posez la question ?
Citer:
Un dispositif fiscal avantageux :
Réduire son ISF en faisant un don à une Structure d’insertion par l’activité économique ou en investissant dans une « PME d’insertion »

Nos partenaires :
Avec le soutien financier et la collaboration de :
* Caisse des Dépôts
* MEIE/DGEFP
* Haut commissaire aux Solidarités actives
* DIIESES

Avec la collaboration de :
* Avise
* CNAR-IAE
* CNIAE
* Service des achats de l'Etat
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2011-03-25 18:07 30 personnes convoquées, 18 présentes, cela fait 12 radiations possibles.
Ils tiennent le bon bout pour faire baisser le nombre de demandeurs d'emplois.
avec le "plan emploi" je vous prédis un bond dans le nombre de gens radiés.

Vous croyez qu'un employeur va vous contraindre à faire un travail que vous n'avez pas envie de faire?.

Si un employeur ne vous sent pas motivé pour le faire croyez-vous qu'il va vous embaucher?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # RaoulPiconBière 2011-03-26 02:30 Il serait bon de relire cet article de novembre 2010 et peut-être constater qu'il y a eu une erreur d'appréciation :
La CGPME invente la "préparation opérationnelle à l'emploi"
www.actuchomage.org/2010112413242/Social-economie-et-politique/la-cgpme-invente-la-qpreparation-operationnelle-a-lemploiq.html

Voir aussi :
www.laformationpro.com/comprendre/formation-pro/presentation/
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # RaoulPiconBière 2011-03-26 02:44 Ceci c'est plus récent :
Citer:
Pour une formation professionnelle adaptée aux besoins du marché de l'emploi
Le 22 mars, Nadine Morano a signé, aux côtés de Pôle emploi et de quatorze organismes agréés de la formation professionnelle , une charte visant à assurer "un déploiement optimal de la préparation opérationnelle à l'emploi".
-adaptee-aux-besoins-du-marche-de-l-emploi" rel="nofollow" target="_blank">www.gouvernement.gouv.fr/gouvernement/pour-une-formation-professionnelle -adaptee-aux-besoins-du-marche-de-l-emploi
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # RaoulPiconBière 2011-03-26 02:45 Et aussi :
Citer:
Lancée en juillet 2010, la Préparation Opérationnelle à l’Emploi (POE) est une aide au financement d’une action de formation préalable à l’embauche. Via une action de formation (400 heures maximum), la POE doit permettre à un demandeur d’emploi d’acquérir les compétences nécessaires pour occuper l’emploi proposé par un employeur.
La POE constitue une mesure efficace pour les métiers en tension, car elle permet de répondre spécifiquement aux besoins des entreprises qui recrutent.
www.emploi.gouv.fr/actus/poe.php
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-03-29 23:31 Pierre nous écrit :

Je reviens vers vous pour vous parler d'une chose que je n'ai pas abordée, à savoir le financement de ces postes "tri sélectif" pour chômeurs à réinsérer. Au cours de la réunion, j'ai posé la question au personnel Pôle emploi : Qui les finance ? Et là, les agents ont fait la moue, l'air de dire, "c'est pas le problème", et m'ont répondu "plusieurs organismes, mais principalement le conseil général"…

Il me semble que ma question les a gênés. Si c'est le conseil général qui finance, il faut savoir qu'il n'a pas, je crois, dans ses compétences "l'emploi". Donc ces emplois seraient financés sur des crédits "insertion des personnes en difficulté" et/ou "action sociale". Cela ne me semble pas très normal. Ça ressemblerait à quelque chose comme les "emplois jeune" que l'UMP critique. Mais ce qui me semble le plus choquant, c'est que les contribuables de ce canton paient une importante taxe pour les "ordures ménagères" et que cet argent doit normalement payer, entre autre, les salaires du personnel de l'usine de traitement de ces ordures. Or, 24 de ces postes seraient financés par des crédit du conseil général prévu pour des affaires "sociales" ou "d'insertion". J'aimerais bien savoir qui a voté ou signé ces affectations de crédits. Donc l'affectation des crédits me semble discutable mais surtout le contribuable paie deux fois : ça revient cher le kilo d'ordures. Au point de se demander qui sont les ordures ? Il ne faut pas oublier que des entreprises privées interviennent; parmi elles la puissante entreprise sepur http://www.sepur.com/

Je ne serais pas étonné que de l'argent passe sous la table pour financer des partis politiques dans cette affaire, sous couvert de "trouver des emplois pour des pauvres chômeurs". Une personne qui me recevait chez "Starter", un prestataire de Pôle emploi chez qui j'étais envoyé il y a quelques mois, m'a dit : "C'est une mafia, la boîte appartient au ministre, on ne sert à rien, c'est juste pour l'argent". C'est réel, et là, plus je repense aux histoires de tri, plus je ne serais pas étonné que la vraie motivation de Sarkozy dans son annonce, c'est de faire des "petits arrangements en famille" sur le dos du chômage pour financer sa campagne. Tout le monde sait qu'il n'y a pas de travail pour pour la plupart de ces personnes, et cela aussi est un choix politique…

Pour terminer, vous voici deux extraits articles ci dessous, dont le second explique que les postes proposés sont dangereux.

"Le SIDOMPE (Syndicat Intercommunal pour la Destruction d’Ordures Ménagères et la Production d’Energie)
Par arrêté préfectoral en date du 4 mars 1961 a été créé le syndicat intercommunal entre les communes de Bois d’Arcy, Les Clayes sous Bois, Elancourt, Fontenay le Fleury, Neauphle le Vieux, Noisy le Roi, Villepreux et Plaisir. Ce syndicat avait pour objet la création d’une décharge contrôlée d’ordures ménagères.
Celui-ci a beaucoup évolué depuis sa création pour devenir le 31 décembre, un syndicat mixte regroupant des communes et des Établissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI).
Ses compétences : la création et l’exploitation d’installations de traitement de déchets ménagers et autres déchets assimilés, ainsi que les végétaux des collectivités adhérentes. Le traitement concerne notamment le stockage, le tri, la valorisation matière et énergétique.
En 2007, le syndicat est constitué de 106 communes."

"Quatre cents tonnes sont traitées chaque semaine à la frange de Plaisir par la CNIM !

Quatre cents tonnes provenant de 106 communes des Yvelines regroupant 428.000 habitants !

A peine sortis des camions, ces déchets sont pris en charge par une armée de chargeuses et de télescopiques, amassés en tas gigantesques puis déversés sur les tapis de tri où la sélection - vieux papiers, aluminium, acier, bouteilles en plastique, emballages
- est presque entièrement automatisée avant de défiler devant deux équipes d'employés - trieurs et valoristes - qui parachèvent cette sélection en éliminant manuellement tout ce qui n'aurait pas dû se trouver là et qui devra repartir vers l'usine d'incinération toute proche.

Le travail de ce tri manuel est essentiel et dangereux et c'est là que nous, usagers, avons à effectuer un "labeur civique" afin que ces personnes ne se blessent ni ne s'intoxiquent. Vingt pour cent de ce que contiennent les poubelles (bleues à Plaisir) ne devrait pas s'y trouver ! Autrement dit, lorsqu'il y a doute, il faut se rabattre sur la poubelle (jaune à Plaisir), celle destinée à l'incinération entièrement automatisée des ordures ménagères et où un tri magnétique permettra de finalement récupérer les métaux.

Sans parler des objets qui devraient être réservés."
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # superuser 2011-03-31 12:13 Une conseillère Pôle Emploi nous écrit :

Plan Sarko et les formations bidons : je vous livre le contenu d'un mail reçu en interne, où l'on comprend facilement que certaines "formations" proposées dans le cadre de ce plan ne seront là que pour faire passer les chômeurs pour des "stagiaires de la formation professionnelle ".

« Dans le cadre du plan de Mobilisation pour l’Emploi, il a été décidé de mettre en place une action de remobilisation dans chaque site débutant rapidement (avril-mai 2011).

Les stagiaires entrant sur cette action doivent tous être des DELD topés plan de Mobilisation pour l’Emploi.

Le COMOP (comité de direction régional) a souhaité que le niveau Régional travaille avec la CCI ** pour le calendrier de démarrage de ces actions afin de faciliter leur mise en œuvre, et d’apporter un appui aux sites.

Les dates de formation proposées pour l’action de remobilisation dans le cadre du Plan de Mobilisation pour l’emploi pour votre site sont les suivantes : du 16/05/2011 au 10/08/2011. L’action est mise en œuvre par ****** (prestataire privé) et se déroulera sur le site **** de ******. Le bon de commande correspondant à cette action sera émis dans les prochains jours afin d’obtenir le numéro de conventionnemen t avant le démarrage de l’action.

Par ailleurs, lors du comité de pilotage AFC (achat de formation) du 22 mars, a également été validée pour votre site la mise en œuvre d’une seconde action de remobilisation pour laquelle les dates doivent être définies conjointement entre vous et la CCI. Le bon de commande correspondant à cette action sera émis dès que les dates nous seront communiquées via la fiche en ligne. »

Dans ma région, il y a 35 sites Pôle emploi et environ 20.000 chômeurs concernés par le plan Sarko, mais seuls 4.200 d'entre eux pourront se voir proposer une "action" :
- 360 prestations Trajectoire
- 2600 prestations Cible
- 562 places de formation supplémentaires
- 730 contrats CUI (l'enveloppe actuelle ne permet déjà pas de répondre aux sollicitations…)

Dans ma région toujours, si chacun des 35 sites Pôle emploi organise une "formation" remobilisation vers l'emploi, avec 15 places à chaque fois, 525 des 562 places allouées sont utilisées…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # marc50 2011-04-01 16:49 J'en reviens tout juste !

Convocation PE pour une information CAE-CUI avec à la clé 2 CUI dans une entreprise de recyclage de vetements pour 12 personnes présentes.

Comme le charity bi$$ness ou le développement du rable, ne sont guère ma tasse de thé ; le conseiller PE m'a forcé la main sur un module " cible emploi " : retour à la case départ !

On va encore m'expliquer que je peux me mettre ma formation de cuisinier pour adulte derrière l'oreille, que je devrais être plus réaliste et que le logiciel que j'utilise pour faire mes CV est nul … that's life !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # lepecheur 2011-04-02 16:07 Mon RSA est suspendu depuis 18 mois je suis SDF.
On m'a proposé plusieurs associations. Un exemple:
D'abord je recherche un emploi à temps plein dans une entreprise dans un certain secteur. Pole Emploi et le conseil general me force à prendre un temps partiel, c'est forcé , ensuite dans une association de tri d'ordures recyclabes que je le veuille ou non et enfin à parler à une psychologue pendant 2 heures toutes les semaines obligatoire … moi je dis le boulot d'accord mais pas la psychologue , je vais trés bien dans ma tete , arreter l'humiliation svp, l'association a dit c'est ça ou rien , résultat elle refuse ma candidature et le conseil general continu la suspension de mon RSA.
Merci les associations … criminels , inhumaines et tyrannique , c'est souvent le Goulag dans ces associations qui vivent avec les crédits du conseil général …
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # cécile8 2011-04-02 17:25 ok, ils font un chantage sur l'action positive d'insertion…voir un psychologue n'est pas obligatoire, vous avez matière à pouvoir vous défendre avec un avocat, mais vous devriez exposer cela sur le forum, certaines prestations ne sont pas obligatoires, certains bénévoles vous le confirmeront Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Anonymous #0 2011-04-21 11:34 Mon conseil personnalisé : inscrivez vous au grand banditisme, vie courte mais intense avec gros gains à la clé et vous pourrez en prime mitrailler les locaux des associations qui vous ont laissés tomber.

Moins radical : la psy se fait autant chier que vous et voit que vous n'avez pas besoin d'elle, si vous savez convaincre s'arranger pour qu'elle note les rendez-vous comme pris mais sans vous recevoir, deux heures de gagnées chacun, ô joie !

De toute façon ça finira dans les flammes cette crise.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # RaoulPiconBière 2011-04-21 12:42 Citer:
De toute façon ça finira dans les flammes cette crise.
Peut-être bien que : oui.
Peut-être bien que : non.

Très certainement : si quelqu'un allume et attise le feu.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # marc50 2011-04-03 01:45 Ces charlatans(*) du travail social, se défoulent sur les précaires comme l'infirmier-maton dans l'hôpital psychiatrique soviétique, se défoulait sur les dissidents : des collabos !

ndlr : rappelons que la psychologie n'a guère plus de crédibilté au yeux du monde scientifique, que la lecture de l'avenir dans les abats de poulet !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # ELVIRA10 2011-04-20 17:49 A votre avis, qui alimente les caisses de ces associations "d'insertion" ?
Pourquoi sont-ils si nombreux sur le territoire ? Pourquoi n'ont-ils aucun résultat s'inscrivant dans la durée ?

J'ai cru observer la semaine dernière, au CIDFF qu'il fallait impérativement accepter de se faire "conduire impérativement" vers la création d'une auto-entreprise… et alimenter le marché de la formation "créateur d'entreprise", pour la bagatelle de 400 euros… Heureusement, qu'un jeune homme rencontré dans les couloirs d'une institution… m'a éclairé… heureusement que j'ai demandé un délai de réflexion avant d'obéir…
Je suis sortie du CIDFF sans rien… mais je me demande si je vais devoir payer quelque chose… des 4 RDV précédents ! Merci de m'informer de ce fonctionnement… SOS… parce qu'avec rien : aucun revenu, je ne sais pas comment je pourrais payer !!!!
Ils ne sont pas philantrophes ! SOS… MERCI.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # révolte33 2012-03-12 21:23 Je suis victime de cette mascarade anticonstitutio nnel violent tous nos droit en nous obligeant tous a prendre ce teste de remobilisation sous peine de couper toutes indemnités aux familles avec ou sans enfants,pire ils ce mettent en relation avec la CAF pour en faire de même.Je me retrouve avec de jeunes de 17ans 20ans des personne de plus de 55ans et même des handicapés,des gens malade(alcool,d rogue en dépression ect ect)Cette affaire un purement et simplement un scandale.Mais bien-entendu aucuns politique en parleras.

de plus en2 semaine le pole emplois m'as appeller plus de 20fois pour des propositions de m*****,c'est du harcèlement téléphonique.Ils font du zel !!

http://www.youtube.com/user/katagames?feature=guide
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Réforme des retraites : Qui va remporter le bras de fer engagé le 5 décembre ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'a...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...