Actu Chômage

lundi
18 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités La commission Hirsch pipote la jeunesse

La commission Hirsch pipote la jeunesse

Envoyer Imprimer
Aide financière, orientation, logement : la commission Hirsch a remis mardi 57 propositions pour favoriser l’insertion des jeunes. Manquent le calendrier et le financement.

Quatre mois de débats, cinquante-sept propositions… mais aucune certitude sur le calendrier ou le financement. À peine rendu public – mardi dernier – le Livre Vert de Martin Hirsch a laissé une impression mitigée. Les propositions étant plutôt bien accueillies par les syndicats et associations, le doute plane, en revanche, sur une possible mise en oeuvre de ces mesures censées refonder la politique en faveur des 16-25 ans. «Glisser ce livre vert dans une pile de dossiers oubliés ou de réformes avortées serait une provocation à l’égard de la jeunesse», a aussitôt prévenu la CFDT. Le SNES-FSU est plus critique encore, fustigeant «des mesures dangeureuses et inappropriées».

LA FRANCE, CANCRE EUROPÉEN

Pourtant, personne ne nie l’urgence. Le taux de chômage des 16-25 ans a atteint 23,5% au premier trimestre 2009, soit presque trois fois plus que celui des 25-49 ans ! Une tendance qui risque de s’aggraver encore à la rentrée avec l’arrivée, en plein contexte de crise, de nombreux jeunes diplômés sur le marché du travail. Face à ce constat, les politiques de l’emploi en faveur des jeunes se sont empilées sans réelle cohérence.

Dans un rapport publié en mai sur le chômage des 16-25 ans, l’OCDE classait ainsi la France à une peu glorieuse 23e place sur 30. Déplorant, au passage, une certaine «instabilité» de sa politique avec quelque 80 mesures en trente ans. Pour tenter d’enrayer cette spirale, la commission Hirsch et ses quatre-vingts membres (syndicats, membres du patronat, associations de jeunes…) ont tenté d’élaborer une «feuille de route partagée». Le document insiste sur la «responsabilité» de l’État, des collectivités territoriales et des partenaires sociaux à l’égard des jeunes. «L’obligation de proposer systématiquement des solutions à tous les jeunes en échec» est mise en avant. Il y est question de «prendre en charge tous les jeunes jusqu’à 18 ans, et non plus jusqu’à 16 ans».

ORIENTATION, DOTATION, ALLOCATION ?

Il préconise, en outre, de «revoir de fond en comble» le système d’orientation. «Un service public de l’orientation» qui serait «connecté à l’école mais pas dépendant de l’éducation nationale». Autre préconisation clé : le doublement des contrats en alternance. Parmi les débats les plus houleux : la question centrale des moyens financiers, sachant que les jeunes ne peuvent prétendre au RSA (revenu de solidarité active). Le Livre Vert ne tranche pas et propose deux options à expérimenter.

La première, défendue par Martin Hirsch, propose une «dotation autonomie» : le jeune toucherait une fois une somme de 4.000 € maximum pour, par exemple, l’aider à financer sa recherche d’un premier emploi. De son côté, l’UNEF est favorable à une «allocation» versée sous conditions d’études ou de formation qualifiante. «La dotation proposée par Martin Hirsch serait largement insuffisante dans son montant», estime le syndicat étudiant qui regrette, d’une manière générale, le «manque d’ambition» du Livre Vert. «Ce n’est pas avec l’équivalent de trois à dix mois de RSA qu’un jeune peut être autonome pendant plusieurs années de formation et d’insertion !»

UN DÉBAT ET PEUT-ÊTRE UNE LOI

Surtout, ces belles intentions attendent de se concrétiser. À commencer dans le budget du gouvernement. Et là, le bât blesse. Interrogé, Martin Hirsch ne s’est pas étendu sur le coût estimé des dispositifs. Tout juste a-t-il confirmé que la «dotation autonomie» coûterait au bas mot 1,6 milliard d’euros. Quant au devenir législatif de certaines mesures, il est carrément hypothétique. Après la poursuite du débat sur Internet durant l’été, une loi de programmation et d’orientation pourrait donner un cadre et un calendrier aux réformes. Mais Martin Hirsch s’est bien gardé d’être plus précis. L’espoir fait vivre… surtout les jeunes.

Laurent Mouloud pour L’Humanité

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 22 Juillet 2009 00:10 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...