Actu Chômage

lundi
23 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Une épidémie pour en cacher une autre

Une épidémie pour en cacher une autre

Envoyer Imprimer
La grippe porcine, dangereuse «pandémie» qui menacerait la planète, fait la Une de tous les journaux. C'est à peine si l'épidémie de chômage qui sévit depuis des mois en brisant des millions de familles mérite qu'on s'y attarde !

La puce a changé de chien. La nouvelle «inquiétude mondiale» du moment ne s'appelle plus «crise financière et économique» mais «H1N1». Tel est le nouvel écran de fumée que nous imposent les médias : ainsi, 149 victimes «probables» auraient succombé au Mexique, 40 cas auraient été détectés au Etats-Unis... Dans l'Hexagone, les trois cas initialement présentés comme «suspects» ne sont pas avérés. Et pourtant, on en fait tout un fromage !!!

Pendant ce temps, en France, le virus de la destruction d'emplois (3.000 par jour) n'intéresse plus grand monde : tout juste mérite-t-il quelques mots entre deux actus sociales. En mars, le nombre de victimes qui se sont inscrites à Pôle Emploi en catégorie A a augmenté de 2,7% soit 63.400 chômeurs de plus, vient d'annoncer Bercy. En réalité, 77.000 au total si l'on inclut ceux qui ont exercé une activité réduite, soit l'ensemble des catégories A, B et C.

Depuis mai 2008, l'irrésistible progression des inscriptions au chômage dans la catégorie officielle, 1 ou A, dépasse les 451.000 — lire en commentaire — et sa hausse annuelle s'élève à 22,1%.

La psychose de la grippe porcine arrive à point nommé pour nous sortir de cette routine. Les médias ont enfin un nouvel os à ronger, et le gouvernement peut souffler : pendant que le bon peuple se met à craindre pour sa santé, il relâche sa vigilance et oublie sa colère. Mais qui est dupe ?

Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 27 Avril 2009 22:35 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2009-04-27 21:39 Onze mois de hausse consécutive, nous dit-on.
La progression est nette.

De janvier à avril 2008 inclus, c'est le yo-yo :
+ 13.200 en janvier, — 13.700 en février, + 8.200 en mars et — 8.400 en avril.

Puis ça décolle en mai : + 5.400
Juin : + 4.200
Juillet : + 2.100
Août : + 41.300
Septembre : + 8.000
Octobre : + 46.900
Novembre : + 64.000
Décembre 2008 : + 45.800

En 2009, ça s'envole…
Janvier : + 90.200
Février : + 79.900
Mars : + 63.400

Il ne s'agit que des chiffres de la catégorie officielle, bien sûr.

Rajoutons les 600.000 salariés qui subissent déjà ou vont subir le chômage technique en 2009 et dont l'emploi est en sursis.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2009-04-27 21:48
A : demandeurs d'emploi disponibles, n'ayant exercé aucune activité dans le mois et tenus de faire des actes positifs de recherche, peu importe le type d'emploi demandé (CDI, CDD, intérim, temps plein ou temps partiel…).

Ils sont désormais 2.448.200.

B : demandeurs d'emploi tenus de faire des actes positifs de recherche, ayant exercé une activité réduite courte (moins de 78 heures) au cours du mois.

C : demandeurs d'emploi ayant exercé une activité réduite longue (plus de 78 heures) au cours du mois, non tenus de faire des actes positifs de recherche.

Les B et C sont désormais 1.032.500.

D : demandeurs d'emploi non immédiatement disponibles en arrêt maladie, en stage ou en formation, en CRP ou en CTP, non tenus de faire des actes positifs de recherche.

E : personnes non immédiatement disponibles, déjà pourvues d'un emploi et à la recherche d'un autre emploi (par ex: les bénéficiaires de contrats aidés).

Les D et E sont désormais 418.900.

Et les 360.500 seniors en "DRE" (dispensés de pointage et de suivi mensuel) ne figurent toujours dans aucune de ces cinq nouvelles catégories.



Tableau des équivalences entre nouvelle et ancienne classification

Catégorie A => catégories 1, 2, 3 hors activité réduite
Catégorie B => catégories 1, 2, 3 en activité réduite
Catégorie C => catégories 6, 7, 8
Catégorie D => catégorie 4
Catégorie E => catégorie 5
Catégories A, B, C => catégories 1, 2 ,3, 6, 7, 8
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2009-04-28 08:30 Les épidémies permettent de décréter l'interdiction des rassemblements de gens.

Encore, plus efficace pour casser les luttes sociales que de mettre une auto-mitrailleuse à tous les carrefours avec soldats en tenue léopard armés jusqu'aux dents.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2009-05-05 19:22 Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2009-05-08 21:50 Pendant une semaine, la France a tremblé. Vendredi 1er mai à 20H, sur TF1, alors que vient d'avoir lieu un défilé syndical historique, Claire Chazal ouvre son journal par cette information : «Deux Français ont la grippe».

Pour confirmer, elle avait invité la ministre de la Santé sur son plateau. Le scénario catastrophe s'était déjà mis en place un peu avant. Ainsi, sur RTL, des journalistes avaient demandé à des manifestants, le matin, s'ils n'avaient pas peur de défiler à cause du virus. Le gouvernement, lui, exigea l'arrêt des vols vers le Mexique. Une mise en scène ridicule et déplacée.

Rappelons que chaque année la grippe «classique» touche des millions de Français et en tue des centaines. Il y aurait là de quoi s'inquiéter. Ce sont souvent des personnes âgées, mal informées, isolées. Mais pas de quoi faire déplacer un ministre au 20H ou mettre en place un plan d'urgence. Les vieux crèvent en silence. Les spécialistes, eux, déclaraient que les deux malades allaient bien, que la France n'avait pas à s'inquiéter et que nous n'avions pas à couper les ponts avec le Mexique. Quant à la Fête du Travail, en pleine crise économique, elle pouvait toujours attendre… Une menace virtuelle venait d'occulter un danger réel.

Si l'on veut faire frémir au journal de 20H, alors guettons le nombre de suicides qui vont accompagner les plans sociaux. D'autant que l'été s'annonce terrible en terme de chômage. Où est le principe de précaution ? Où sont les visages crispés des ministres et présentateurs ? Cette crise mortifère, ils ne la maîtrisent pas et n'arrivent pas à anticiper la suite. Pas d'ordonnance, pas de traitement. Certains parlent bien de décroissance, de changement de valeurs et de modèle - même les évêques de France ! – mais on ne les invite pas, on ne les écoute pas. On préfère gérer au jour le jour et attendre que ça passe.

Alors, pour masquer cette impuissance, rien de tel qu'une nouvelle crise que l'on va donner l'illusion de maîtriser. Dans un premier temps, on affole la population. On fait monter l'angoisse et l'audimat. Puis le pouvoir s'avance et annonce qu'il contrôle la situation. Prophètes de malheur et sauveurs providentiels se partageant les rôles dans un scénario parfaitement rôdé. A la peur qui dérange et qui questionne on substitue une peur qui rassure, avec son kit de guérison. Mais les deux ne se confondent pas. Elles s'additionnent et diffusent un mauvais virus. Cette angoisse tenace qui tétanise et ne laisse qu'une alternative : se résigner ou se révolter.

Luc Chatel pour Témoignage Chrétien
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...