Actu Chômage

lundi
15 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Des «lots» de chômeurs pour engraisser le privé

Des «lots» de chômeurs pour engraisser le privé

Envoyer Imprimer
Le malheur des uns fait le bonheur des autres : on apprend que Pôle Emploi vient de publier un appel d'offres aux opérateurs privés pour le placement de 320.000 chômeurs. Un juteux marché en pleine expansion !

Cet appel, «organisé par région ou bassin d'emploi», se décompose en deux «lots» — vous noterez en passant l'expression vaguement bétaillère… — visant à «la prise en charge intensive et le placement» de 170.000 personnes éloignées de l'emploi (lot n°1) et à «l'accompagnement et le retour à l'emploi» de 150.000 licenciés économiques (lot n°2). Prévu pour deux ans à compter du 1er juillet 2009, ce marché sera reconductible pour une année supplémentaire. Coût prévu pour l'assurance chômage : 100 millions d’€ cette année et 200 millions d’€ les années suivantes...

Déjà une aubaine pour nombre de patrons sans scrupules, la montée du chômage profitera aussi à d'autres. Actuellement, un «stock» annuel de quelque 40.000 demandeurs d'emploi est «suivi» par des cabinets privés employant des précaires boostés à la course aux chiffres. Peu avant la fusion, choisissant de leur ouvrir de nouvelles perspectives de profit sur le dos des cotisations sociales, le rapport Boulanger préconisait d'en tripler le recours : au delà de ses espérances, il sera quadruplé.

Bien que leurs résultats soient contestables et leur coût nettement plus élevé (4.000 € en moyenne par chômeur contre 1.300 € pour le programme renforcé de l'ANPE), «les opérateurs privés de placement ne sont pas un sujet tabou à Pôle Emploi», estime son directeur général Christian Charpy, l'homme qui gagne plus que François Fillon et fait fi de la rigueur ambiante.

Détournement d'argent public

Pourtant, il y a moins d'un an, un rapport d'évaluation du ministère de l'Emploi remettait en cause leur supériorité et soulignait les performances du service public. On était en droit de penser que cette édifiante étude — qui, d'ailleurs, n'était pas la première du genre depuis 2005 — changerait la donne : que nenni ! Contre toute attente et malgré la situation financière de l'Unedic, cet appel d'offres est lancé avant même que l'Ecole d'économie de Paris et le CREST ne livrent, en juin, leur deuxième rapport.

Ainsi, mesdames et messieurs, grâce à la réforme du service public de l'emploi initiée par Nicolas Sarkozy, le chômage est enfin un business légitimé ! Il y a bien volonté, au détriment de l'efficacité et du maintien d'un service public de qualité, d'engraisser les copains (par exemple, on rappelle que le fondateur d'Altedia, l'un des plus célèbres de ces OPP, n'est autre que Raymond Soubie, actuel «conseiller social» du président). Au lieu d'octroyer des moyens financiers et humains à Pôle Emploi, on préfère en claquer trois fois plus en direction du privé malgré des résultats connus, le tout à la charge de l'assurance chômage.

Dans la logique libérale, sur le dos d'une situation scandaleuse qu'elle a elle-même provoqué (car le chômage de masse et la précarisation du travail sont ses fruits, jalousement cultivés) existe toujours l'opportunité de créer un nouveau marché — artificiel, parasite et lucratif — avec l'assentiment d'un gouvernement qui n'a nullement l'intention de moraliser quoi que ce soit. Prochaine étape : la privatisation.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 18 Novembre 2010 15:04 )  

Votre avis ?

La France pourrait s’engager plus intensément contre la Russie. Qu’en pensez-vous ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...