Actu Chômage

lundi
22 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Guadeloupe : le RSA au secours du patronat !

Guadeloupe : le RSA au secours du patronat !

Envoyer Imprimer
Le patronat et l'Etat ont proposé un "revenu supplémentaire temporaire d'activité" en guise de réponse à l'épineuse question des salaires mise sur la table par le LKP. Un "montage" qui permet aux employeurs guadeloupéens d'échapper à leurs responsabilités.

D'après cette dernière information sur LCI, l'Etat mobiliserait le RSA pour satisfaire la demande de hausse de salaire des travailleurs guadeloupéens : «Selon Elie Domota, figure de proue du LKP, l'Etat avait demandé un délai afin de peaufiner les nouvelles mesures qu'il comptait soumettre aux partenaires sociaux. Juste avant le début de la réunion, Matignon a ainsi proposé un Revenu supplémentaire temporaire d'activité (RSTA) avec 80 € mis par l'Etat jusqu’"à l’horizon 2011" avant un retour au revenu de solidarité active (RSA). A cela viendrait s'ajouter un "bonus" des entreprises de 50 à 90 € exonérées de toutes charges salariales et patronales et, enfin, une participation autour de 50 € des conseils général et régional pour arriver "à peu près" aux 200 € réclamés par le LKP depuis le début du conflit. 45.000 salariés gagnant jusqu'à 1,4 fois le Smic seraient concernés, indépendamment de leur situation familiale.»

L'Etat et les collectivités — en l'occurrence les contribuables — se substitueraient donc aux entreprises pour un montant compris entre 110 et 150 € par salarié (soit, pour environ 45.000 salariés, un soutien mensuel de 4,95 à 6,75 millions d'euros, hors prise en charge des cotisations sociales).

Ainsi, alors que le nom même du mouvement (Lyannaj Kont Profitation) dénonce les profits abusifs, c'est grâce à la solidarité nationale que les employeurs seraient dispensés de répartir décemment la création de richesses dans ce département. Qui plus est, ce brillant tour de passe-passe se ferait en mobilisant le RSA, prévu — en principe — pour soutenir la reprise d'emploi des salariés au chômage !

Les employeurs rechigneraient-ils ? Ils ne devraient pas : pour les actionnaires, voici un menu de carème qui ressemble à du "pain béni" !

Le LKP va-t-il céder à cette monstrueuse imposture ?
Mis à jour ( Jeudi, 26 Février 2009 17:47 )  

Commentaires 

 
0 # tristesir 2009-02-26 17:48 Si les prix élevés pratiqués ne donnent pas lieu à une participation en retour des employeurs dans l'augmentation des salaires pour faire face au renchérissement de la vie, il est à craindre que ce "montage" soit un signal donné et un encouragement à ceux qui sont en situation de quasi-monopole d'augmenter davantage les prix des produits alimentaires afin de faire encore plus de profits.

Si j'ai bien compris, certaines entreprises vont gagner sur tous les tableaux: des prix élevés, qui leur garantissent des profits plus que décents et finissent par leur rapporter en plus, plus des allègements de cotisations sociales (supplémentaire s?)…

Le RSA est une bénédiction pour certains patrons !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2009-02-28 02:38 Le MEDEF et ses alliés rejettent l'accord et viennent de quitter la table des négociations. Se sentant physiquement menacés, ils veulent que leur sécurité soit «assurée» ! De quoi favoriser un retour de la violence…

Petits calculs, simples voir simplistes :

Si on a bien compris, le montage de l'augmentation des bas salaires de 200 € en Guadeloupe devrait donner à peu près ceci :

- 100 € donnés par l'Etat au titre du RS«T»A

- 50 € donnés par le Conseil régional et le Département de la Guadeloupe

- 50 € censés être donnés par les entreprises

Ce qui revient à 75% à la charge de l'Etat au sens large, donc de fonds public, et 25% à la charge des entreprises locales.

Le patronat ne s'en sort pas si mal… et ferait même une très bonne affaire, surtout quand on sait, comme on nous l'explique depuis quelque temps, que l'économie de la Guadeloupe est une économie de surconsommation , ce qui signifie que les 150 € donnés par l'Etat iront finalement dans les poches des entreprises locales, et principalement celles qui tiennent l'économie de l'île, du moins pendant un certain temps.

Autre petit calcul :

200 € pour 20 jours de travail = 10 €/jour

Soit :

- pour l'Etat : 150 €/20 = 7,50 €/jour

- pour les entreprises : 50 €/20 = 2,50 €/jour soit 0,35 € de l'heure (2,34 francs) ou l'équivalent de 2 cafés, un paquet de riz, un demi paquet de clopes etc… par jour.

Pas de quoi casser deux pattes à un canard !!!

Et pourtant le MEDEF ne veut toujours pas signer cet accord partiel.
Les patrons guadeloupéens sont franchement mesquins !

Et le LKP est tombé sans rechigner dans le panneau.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2009-02-28 03:14 […] La Guadeloupe est en grève générale depuis six semaines. Les hypermarchés et supermarchés sont fermés. En revanche, les petits commerces de proximité sont ouverts, mais les rayons des magasins sont de plus en plus vides…

MAIS : la Guadeloupe s'organise. L'UPG (Union des Producteurs Guadeloupéens) ainsi que les pêcheurs font parti du LKP. Les poissons ne sont pas en grève : les pécheurs continuent à pêcher et à vendre leur poisson. Les animaux ne sont pas en grève : les éleveurs continuent à s'en occuper et à vendre leur viande. La terre n'est pas en grève : les cultivateurs continuent à travailler leurs exploitations et vendent leur denrées. Notre réfrigérateur n'a jamais été aussi plein !

Les hypermarchés sont fermés, mais les marchés sont ouverts. Il y a mieux : des marchés populaires sont organisés devant les piquets de grève et un peu partout. Les producteurs y vendent leur denrées aux prix auxquels ils ont l'habitude de vendre aux supermarchés. Conséquence : ils ne perdent pas leur récolte ni leur revenus, et le portefeuille du consommateur apprécie, puisque les marges exorbitantes de la grande distribution ne sont plus là.

Nous mangeons à notre faim et - fait intéressant - nous n'avons jamais autant consommé local ! Je n'ai pas de purée mousseline, je n'ai plus de pâtes Panzani… et alors ? J'ai des tubercules, des légumes, de la viande, du poisson, des fruits frais, des fruits secs, des fruits de mer… Et ça coûte moins cher que d'habitude. En fait, je crois que je n'avais jamais mangé aussi équilibré de ma vie. […]

=> Lire tout le témoignage de cet étudiant guadeloupéen
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...