Actu Chômage

dimanche
18 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Contrôle social à tous les étages

Contrôle social à tous les étages

Envoyer Imprimer
Carlos a 34 ans. Il a une licence de sociologie. Surveillant dans un LEP puis professeur vacataire, il a perdu son emploi en 2004. Depuis, il goûte aux joies du chômage, de la précarité… et du contrôle.

Après une longue traversée du désert, depuis la rentrée 2007, il n'a pas trouvé mieux qu'un poste de professeur de Sciences sanitaires et sociales dans un lycée privé, un CDI à temps partiel de 14 h/hebdo payé 13 € net de l'heure (alors que le tarif usuel est plutôt de 19 €), emploi qu'il est obligé de cumuler avec son ASS — allocation de solidarité spécifique — faute de pouvoir en vivre.

En l'espace de six mois, cette situation inconfortable (car rien n'est plus source d'embrouilles que celle-ci) lui a déjà valu deux erreurs de l'Assedic, qui lui a annoncé sans explication qu'il avait épuisé ses droits au cumul et exigé un trop-perçu : il s'est donc déplacé à plusieurs reprises pour régler ces malentendus liés à «un problème de logiciel». S'il n'avait pas été au fait de ses droits et fait preuve de ténacité, il se serait assis dessus comme, très certainement, bon nombre de personnes non averties ou découragées. Il a eu aussi l'occasion de remarquer que le centre de traitement d'Evreux perdait régulièrement les justificatifs de salaire qu'il leur envoyait, retardant ainsi le versement de ses allocations : autant de galères et de coûts associés dont il se passerait volontiers.

Bien qu'il fasse partie des quelque 800.000 chômeurs exerçant «une activité réduite», Carlos n'échappe pas totalement au harcèlement de l'ANPE devenue Gestapôlemploi et qui, en guise de «suivi personnalisé», lui téléphone régulièrement pour savoir où il en est, ou lui adresse des propositions d'emplois bidons (par exemple, formateur en comptabilité alors qu'il n'y connait rien) auxquelles il est bien évidemment obligé de répondre... Heureusement, il n'a pas encore eu affaire à la DDTE.

Le lycée privé où il exerce — et où les parents crachent 1.500 € par trimestre pour l'éducation de leurs ados — ne vaut pas mieux. Alors qu'il s'est plaint un jour au directeur d'être obligé de déjeuner en salle de classe (il n'y a ni cantine ni coin cuisine, ni salle des professeurs), celui-ci a opposé une fin de non-recevoir en lui lançant : «De toutes façons, vous n'êtes pas rentable». Depuis, l'ambiance n'a cessé de se dégrader et les attaques à son encontre sont de plus en plus régulières.

Carlos, déprimé, est allé voir son médecin qui lui a prescrit un arrêt-maladie. Quelle ne fut pas sa surprise de recevoir, quelques jours après, une convocation de la Sécurité sociale (certainement inspirée par son employeur) visant à contrôler le bien-fondé de son arrêt ! Le plus étrange, c'est qu'il doive se rendre pour cela à un centre de santé, qui plus est à 5 km de son domicile dans une zone très mal desservie par les transports en commun.

Carlos est en colère. Il se demande qui contrôle, par exemple, la présence de parlementaires grassement payés à leurs Assemblées, qui contrôle les actions d'un gouvernement qui ne pense qu'à criminaliser et sanctionner les plus fragiles, les plus modestes ? «Ces gens votent des lois qui ne s'appliquent jamais à eux ni à leurs proches, s'insurge-t-il. Mais, au fait, qui les contrôle, eux ?»
Mis à jour ( Mercredi, 25 Février 2009 05:45 )  

Commentaires 

 
0 # Ongles_noirs 2009-02-25 05:47
«Ces gens votent des lois qui ne s'appliquent jamais à eux ni à leurs proches, s'insurge-t-il. Mais, au fait, qui les contrôle, eux ?»


Tiré de Wikipédia :
Le gouvernement représentatif ou, dénomination plus récente dans l'histoire, la démocratie représentative, repose sur le principe du mandat représentatif. Les élus au pouvoir doivent pouvoir disposer d'une liberté d'action telle qu'il ne doivent pas être les obligés de leurs électeurs. Ainsi, l'article 27 de la Constitution de la Vème République française (promulguée en 1958) précise-t-il : «Tout mandat impératif est nul. Le droit de vote des membres du Parlement est personnel.»

Qui a dit "élections piège à cons" ? ;-)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2009-02-27 15:57 Carlos nous écrit :

Ce jeudi, je me suis rendu à la convocation de l'assurance maladie.
Déjà, pour trouver le lieu, pas évident. Un vrai labyrinthe. Le centre de "contrôle" est situé dans une zone industrielle, très mal desservie par les transports en commun. A mon avis, cela est fait exprès, pour décourager les gens.

En ce qui concerne le "médecin conseil", il m'a donné le sentiment d'être un individu insensible à la souffrance d'autrui. En bref, un bon agent, juste bon à suspendre les indemnités. Il m'a écouté, sans quasiment rien dire. A la fin de l'entretien, il s'est contenté de dire un laconique «C'est bon, mais faut pas que ça dure éternellement»…

C'est bien connu : c'est par la pression qu'on guérit les gens !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # 2009-03-04 01:05
En fait, une loi récente impose à la Sécurité sociale d'opérer à des contrôles systématiques pour tout arrêt de travail.

Quand les sorties sont autorisées, le patient doit se rendre au contrôle dans un centre. Quand elles ne sont pas autorisées, sauf s'il est gravement impotent, le patient doit se rendre quand même au contrôle, quitte à y aller en taxi ou en ambulance (remboursé ensuite par la Sécu !)…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2009-03-08 18:09
[…] La lutte contre les arrêts maladie abusifs est particulièremen t intense : l'assurance-maladie en a contrôlé 1 million en 2008, contre 900.000 en 2007 et 600.000 en 2006. Il est vrai que, depuis dix-huit mois, tous les arrêts sont vérifiés au-delà du 45e jour. Sur les arrêts de courte durée contrôlés, l'assurance-maladie a considéré que 13% d'entre eux n'étaient pas justifiés. Près de 150 médecins généralistes qui prescrivaient un nombre très important d'arrêts ont été mis sous accord préalable l'an dernier, c'est-à-dire que toutes leurs prescriptions sont systématiquemen t contrôlées pendant une période pouvant aller jusqu'à six mois.

SOURCE
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...