Actu Chômage

lundi
21 juin
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Que cache le mensonge des 500.000 emplois non pourvus ?

Que cache le mensonge des 500.000 emplois non pourvus ?

Envoyer Imprimer
Depuis maintenant trois ans, la majorité UMP et le patronat nous assènent tous les 6 mois la même litanie : «En France, il y a 500.000 emplois non pourvus». De quoi alimenter la vindicte populaire contre ces «fainéants de chômeurs» qui refusent de bosser. De quoi aussi alimenter le discours de ceux qui aspirent à une dérèglementation généralisée du marché du travail, en tête desquels on trouve le Président de la République.

Le 6 septembre 2007, lors de son discours de Colmar, Nicolas Sarkozy a donné le ton en annonçant la mise en œuvre d’un «gigantesque plan contre la fraude au chômage», laissant entendre que celle-ci est une pratique généralisée chez les chômeurs. Ce même jour, le Président de la République a cru bon d’en rajouter une couche bien nauséabonde : «À la fin du mois, celui qui travaille ne peut pas avoir la même situation que celui qui ne travaille pas». Ben voyons !
Lire ici l’analyse que nous fîmes de ce discours scélérat…

Des provocations saluées par le patronat

En ce début d’année, en guise de vœux aux millions de personnes qui galèrent pour trouver un VRAI emploi, Nicolas Sarkozy persiste et signe en annonçant que les chômeurs seront sanctionnés «en cas de refus de deux offres acceptables», laissant entendre, là encore, qu'ils refusent de travailler malgré les propositions qu'on leur ferait. Cette déclaration de guerre aux chômeurs (mais pas au chômage !) a immédiatement été saluée par le président de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) Jean-François Roubaud, qui s'est félicité de la volonté du Président de la République. Et ce dernier d’user d’un argument massue qui justifierait cette chasse aux fainéants : «Je suis tout à fait d'accord puisque nous avons 400.000 offres d'emploi (500.000 selon le Medef - NDLR) qui ne sont pas pourvues dans les métiers comme l'informatique, les services à la personne, l'hôtellerie/restauration, le bâtiment, les travaux publics».

Une passivité pour le moins suspecte

Les propos du Président de la République et des représentants de la CGPME et du Medef, nous inspirent la réaction suivante : Nous dénonçons formellement le mensonge des 500.000 emplois non pourvus qu’on nous assène depuis maintenant 3 ans !

Voici nos arguments : S'il y a réellement 500.000 emplois non pourvus dans notre pays, qu’attendent le gouvernement et le patronat pour engager des plans massifs de formation à destination des personnes qui pourraient les occuper ? Et qu’attendent-ils pour «revaloriser» les salaires correspondants à ces emplois ? Car depuis ces dernières années, aucune mesure concrète n’a été prise pour rendre ces 500.000 emplois plus attractifs ! Cette passivité du patronat et du gouvernement suscite bien des interrogations...

Des conditions de vie déplorables

La vérité, c'est que les emplois évoqués sont majoritairement pourvus, sous une forme déclarée OU NON. Ils le sont par des Français et, le plus souvent, par des immigrés originaires d'Europe de l'Est (dans le bâtiment et les travaux agricoles), des Africains et des Pakistanais (dans les cuisines de la restauration), des Asiatiques et des Turcs (dans le prêt-à-porter…), et par des femmes de toutes origines (nounous, aides ménagères…). Autant de travailleuses et de travailleurs en situation de grande précarité qui «s'accommodent» de rémunérations inférieures ou égales au SMIC. La plupart de ces personnes vivent dans des conditions déplorables, contraintes au minimum vital : de quoi manger et s’habiller, de quoi partager une chambre de bonne ou d'hôtel à 3 ou 4, et mettre quelques euros de côté pour les envoyer au pays…

Un discours idéologique et électoraliste

La contre-vérité des 500.000 emplois non pourvus vise uniquement à légitimer des pratiques d'embauche illicites («au noir») ou inférieures aux minima légaux. Ce discours est donc IDÉOLOGIQUE, dans le but de satisfaire une partie de l'électorat, celui des «petits employeurs» de l'hôtellerie/restauration, de l'agriculture, de la confection, du bâtiment, des travaux publics… mais aussi des dizaines de milliers de particuliers qui, en puisant dans le «marché parallèle» des travailleurs sous-payés ou sans statut, réalisent d'énormes économies sur les salaires et les cotisations sociales.

Le système mafieux d’une économie parallèle

Évidemment, tous les «petits employeurs» ne sont pas à mettre dans le même panier, la plupart respectant les dispositions et obligations légales en matière d'embauche, de rémunération et de durée de travail. Mais, comme on a pu le constater dans une multitude de reportages, même les grandes entreprises du BTP font appel à des sous-traitants qui emploient de la main-d’œuvre «au black». Ce système mafieux arrange beaucoup de monde. On peut même affirmer qu’il contribue à la compétitivité de pans entiers de l’économie, tout en creusant les déficits sociaux (Sécurité sociale, caisses de retraite, assurance-chômage…). Par ailleurs, ce système a un effet «de pression à la baisse» sur les salaires et permet de détourner la législation encadrant les conditions de travail : durées légales d’activité, sécurité, assurances...

Vers une disparition des salaires minimums ?

En usant de cet argument mensonger, le gouvernement et le patronat préparent l’opinion publique à une dérèglementation généralisée du marché du travail (déjà en cours). Derrière la guerre déclarée aux chômeurs qui «refuseraient des emplois disponibles» se cache deux objectifs : déréglementer la durée du temps de travail (qui pourrait être négociée directement entre employeurs et salariés, comme l’a récemment envisagé le Premier ministre) et, à terme, supprimer les «salaires minimums».

On fait le pari ?

=> À lire aussi en revue de presse : L’obscur calcul des «emplois non pourvus», une analyse de Libération suivie d'articles du Nouvel Obs ou du Monde, en commentaires.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 09 Mars 2012 11:23 )  

Commentaires 

 
0 # Yves 2008-01-05 17:56 Le commentaire de notre ami Gérard Plumier, piqué sur les forums du site.

Madame, Monsieur,

C’est avec un vif intérêt que j’ai pris connaissance de vos annonces répétées concernant 500 000 emplois à pourvoir.

Je serais ravi de pouvoir travailler dans votre Société, qui s’est durablement positionnée comme leader de la manipulation d’informations. En un temps record, vous avez su utiliser les meilleurs artifices pour obtenir une remarquable baisse statistique du chômage ; aujourd’hui, vous vous emparez avec brio du marché des « emplois non pourvus ». Alors que vos prédécesseurs – dénués sans doute d’une vision suffisante – s’en tenaient à évoquer seulement 200 à 300 000 emplois, vous n’hésitez pas à voir beaucoup plus grand, faisant vôtre le précieux adage : «plus le mensonge est gros, mieux on y croit ».

Vous avez su repérer des postes qu’aucun demandeur d’emploi n’avait su dénicher, pas plus semble-t’il qu’aucun agent de l’ANPE. Je regrette d’ailleurs de ne pas avoir eu votre talent de découvreur, qui m’aurait permis de ne pas me limiter à 2000 candidatures inutiles en 3 ans.

Vous indiquez que ces postes sont à pourvoir dans les secteurs de l’hôtellerie-restauration, du bâtiment, de l‘agriculture ainsi que des services à la personne. J’ai pour ma part 30 années d’autres expériences : direction d’entreprise, puis de centre de formation. J’ai eu à cœur de me former tout au long de ce parcours professionnel, acquérant ainsi 2 diplômes de 3ème cycle à 41 et 50 ans. Malheureusement il m’a été clairement expliqué ma longue expérience est justement (?) ce qui nuit à mes candidatures – même pour un salaire mensuel de 1700 € net à 800 Km de mon domicile.

J’ai donc l’honneur de vous présenter ma candidature, ne doutant pas que l’absence (totale ou partielle) d’expérience de ces métiers me permettra d’y être suffisamment inefficace pour que vous puissiez rapidement alimenter votre filiale « Voyez-comme-décidément-ces-chômeurs-sont-bien-des-incapables-et-des-fainéants ».

Je ne postule pas, bien entendu, à ces 500 000 postes ; 1 me suffirait. Je crois toutefois prudent de solliciter de votre haute bienveillance l’attribution de 2 postes, au moins. J’ai en effet noté votre propension à comptabiliser comme un emploi « plein » tout poste à temps partiel, voire tout remplacement – ne fût-ce que pour quelques jours.

J’aimerais, d’ailleurs (pour ne parler que des pratiques de l’hôtellerie-restauration) ne pas être recruté en CDI là où n’existe qu’un besoin de remplacement de 2 à 3 semaines (pendant l’absence du titulaire, en compensation des heures supplémentaires qui ne lui ont pas été payées). De même, je souhaiterais ne pas rejoindre la cohorte des personnes exploitées à tour de rôle en travaillant gratuitement 1 jour ou 2 avant une période d’essai contractuelle qui – pour cause – n’arrive jamais.

Afin de découvrir ces merveilleux emplois si bien cachés, je me tiens à votre entière disposition pour un entretien. J’aurais ainsi l’opportunité de mieux vous expliquer tout l’intérêt qu’aurait votre Société à m’utiliser aux postes où mon incompétence est à son optimum.

J’ajoute que je suis – quasi – immédiatement disponible ; il ne me suffirait, je pense, que de quelques jours pour réviser au préalable les nécessaires bases de la logique des Shadocks.

Je vous prie de bien vouloir agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations les plus consternées.

Gérard Plumier, Chômage-Senior
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Pili 2008-01-06 13:02 Christine Lagarde, l'actuelle ministre de l'économie, entre 1999 et 2004 était à la tête du cabinet d’avocats Baker & Mac Kenzie de Chicago, considéré comme l'un des plus importants du monde. Son salaire durant cette période était de 800 000 dollars par an, soit 600 000 euros par an, soit 50 000 euros par mois !
Un sacré pouvoir d'achat!
(Source du Canard Enchaîné dans son édition du mercredi 18 juillet 2007)
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...