Actu Chômage

lundi
16 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse USA : Chômeurs s'abstenir

USA : Chômeurs s'abstenir

Envoyer Imprimer
Des offres qui disent clairement que si vous êtes chômeur, ça n’est pas la peine de répondre… C’est le New York Times qui révèle ce scandale : sur les plus grands sites d’emploi américains, on voit fleurir dans les annonces la mention «chômeurs s’abstenir» ou «doit actuellement être en poste».

Ubuesque. Les entrepreneurs américains osent tout. Même le pire, soit publier des offres d’emploi interdites aux chômeurs, estampillées «the unemployed need not apply».

Dans un pays qui compte 14 millions de sans emploi, l’affaire fait scandale. Mais pour autant de telles annonces ne sont pas illégales aux Etats-Unis. La loi contre la discrimination interdit que l’on se base notamment sur l’âge, le sexe ou les origines ethniques, mais rien n’est dit sur le fait d’avoir un travail ou non pour accéder à un poste.

En France, c’est d’ailleurs la même chose : la loi sur la discrimination à l’embauche prévoit 18 motifs de discrimination [1], mais pas un ne concerne le chômage. Néanmoins, selon les spécialistes, de telles annonces seraient quand même illégales : elles tomberaient sous le coup de la loi du 31 décembre 1992, qui dit qu’il doit y avoir un lien direct entre le poste à pourvoir et l’évaluation du candidat. On ne peut pas écarter, par exemple, un candidat à un poste de comptable parce qu’il n’a pas fait médecine… et pas non plus parce qu’il est au sans emploi. Du moins officiellement.

(Source : France Info)

[1] En France, les critères de discrimination à l'embauche reconnus par la loi et punissables par l'article 225-1 du code pénal sont les suivants : origine, sexe, situation de famille, grossesse, apparence physique, patronyme, état de santé, handicap, caractéristiques génétiques, mœurs, orientation sexuelle, âge, opinions politiques, activités syndicales, appartenance ou non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée.
La discrimination d'origine socio-professionelle et sociale (liée à la situation de chômage ou de pauvreté) n'est pas inscrite dans la loi.

NDLR : Pas besoin d'aller très loin ! Dans notre forum, de retour d'un entretien d'embauche, un de nos lecteurs nous raconte ce que lui a balancé son interlocuteur (pour optimiser ses chances, il avait maquillé son CV en cachant le fait qu'il est sans emploi depuis deux ans) : «Nous avons vraiment énormément de mal à recruter. Seul les chômeurs nous recontactent après leur entretien. Et ça, nous les chômeurs, on en veut pas. De toute manière, un type qui a passé plus de 2 mois au chômage est inapte au travail. Définitivement. Nous, le CV d'un chômeur, c'est poubelle. Mais on a pas le choix. Alors, on les convoque. Pour voir ce qu'ils ont dans le ventre.»

Donc, en France, des recruteurs grassement rémunérés n'hésitent pas à perdre un temps précieux en entretiens inutiles, juste pour s'amuser à voir ce que les chômeurs ont dans le ventre !
Dire que des privés d'emploi désargentés et pleins d'espoir dépensent du fric (transport, costume…) pour se rendre à leurs entretiens bidons !


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 19 Septembre 2011 23:13 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...