Actu Chômage

dimanche
22 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités ING Direct, les banquiers low-cost

ING Direct, les banquiers low-cost

Envoyer Imprimer
A l’initiative du personnel d'ING Direct, les syndicats FO et CFDT ont organisé samedi un rassemblement à l’«ING Direct Café» de Paris, dans le quartier de l'Opéra, pour protester contre le licenciement abusif de douze salariés et informer la clientèle présente des "méthodes" de l'entreprise.

ING Direct, multinationale néerlandaise implantée en France depuis 2000, est une banque à distance multi-canal employant quelque 250 salariés. Souvent très jeunes et bardés de diplômes (Deug, BTS ou DUT), ces "chargés de clientèle" sont recrutés pour un salaire d'embauche de 1.040 € net, sans treizième mois ni RTT ni participation.
Au départ très motivés, ils déchantent vite. Car le quotidien de ces jeunes banquiers en ligne n'est guère plus reluisant que celui des standardistes en centre d'appel... Par exemple, pour deux retards consécutifs même d'une seule minute, la prime d'assiduité du mois est retirée. Pour aller aux toilettes, il faut demander l'autorisation au superviseur en levant le doigt et s'il y a attente au téléphone, il faut se retenir. L'organisation est millimétrée et ne laisse aucune place à l'autonomie personnelle, le temps de travail est contrôlé à la seconde par informatique, et les primes calculées au centime près.

"En septembre, mon chef est venu frapper à la porte des toilettes pour me dire qu'il y avait des appels en attente. Je me suis dit qu'à 25 ans, on n'avait pas le droit de me traiter comme ça", raconte Stéphane qui a alors décidé de se présenter aux élections de délégué du personnel. Aujourd'hui, il fait partie des douze salariés mis à pied et dont les salaires sont bloqués depuis le 23 mars. Comme par hasard, huit d'entre eux sont syndiqués ou délégués syndicaux. Les autres se sont simplement rebiffés. Pour justifier leur éviction, ING Direct invoque des fautes professionnelles qui tournent autour d'une poignée de secondes de trop pour décrocher un appel.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 02 Avril 2007 13:17 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...