Actu Chômage

vendredi
18 juin
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Banquiers, chômeurs : des «cibles parfaites»

Banquiers, chômeurs : des «cibles parfaites»

Envoyer Imprimer
On a déjà vu que Nicolas Sarkozy, qui adore les victimes, peut se montrer plein de compassion envers elles, quitte à légiférer sur le coup de l'émotion mais, attention : sa miséricorde est hautement sélective !

Nicolas Sarkozy estime que le renoncement des banquiers à la part variable de leur rémunération sur les résultats de 2008 serait «la moindre des choses» en contrepartie des efforts de l'Etat (enfin, des contribuables…) français qui a déjà accordé à six de ses établissements [1] une première tranche de prêts de 10,5 milliards d'euros en décembre. Aucune étude n'est venue montrer que ces sommes colossales, alors distribuées sous forme de fonds propres à ces innocentes victimes des tristes évènements que nous connaissons, ont servi à quelque chose. Qu'à cela ne tienne : le gouvernement va réitérer son geste bienveillant d'ici la fin du premier trimestre !

Les critiques fusent, beaucoup voyant en ces «cadeaux aux banques» une dilapidation pure et simple de l'argent public, puisque l'Etat ne s'est même pas donné les moyens… d'en contrôler l'utilisation. C'est donc pour cela que l'UMP s'agite autour des bonus des banquiers : une façon de noyer le poisson afin de faire croire à l'opinion qu'il y a bien des «contreparties». Pourtant, ici non plus, il n'existe aucun moyen légal de contraindre ces dirigeants à renoncer à leurs bonus... Tout cela n'est que du vent et n'effraie nullement les vautours. D'ailleurs le directeur général du Crédit Agricole, Georges Pauget, a ainsi réagi à la pression du gouvernement : «Dans les périodes de grand stress, comme c’est le cas actuellement, un mouvement naturel est de chercher un bouc émissaire. De ce point de vue, nous sommes des cibles parfaites».

Une «question de morale» ?

Pour les chômeurs, véritables innocentes victimes des tristes évènements que nous connaissons, le traitement n'est pas du tout le même : traités de fainéants ou de profiteurs, constamment suspectés de fraude, il y a longtemps que le gouvernement les a «désignés à l'opinion publique» en tant que «cibles parfaites» pour éviter d'avouer que le chômage, conséquence directe du libéralisme économique, est un outil précieux qui fait baisser les salaires, installe une peur bénéfique au cœur du salariat tout en contenant l'inflation. L'Etat, qui ne contribue en rien à l'assurance-chômage puisque c'est l'Unedic qui la finance après s'être chargée de collecter les cotisations salariales et patronales afférentes [2], se permet d'exiger de sérieuses «contreparties» à ceux que leurs patrons ont foutu à la porte.

Ainsi, il s'est empressé d'édicter une loi qui fixe leurs «droits» et, surtout, leurs «devoirs». Même la charmante Annie Thomas, de la CFDT de l'Unedic, a déclaré que «l'assurance-chômage n'est pas une rente de situation versée parce qu'on a cotisé toute sa vie. Les demandeurs d'emploi font souvent cette erreur. Les chômeurs s'imaginent qu'ils ont le droit de toucher des allocations parce qu'ils ont cotisé, et qu'ils ont du temps devant eux». Et de rajouter : «Un demandeur d'emploi a le devoir d'accepter un salaire même inférieur à 25 ou 30% de son salaire antérieur, parce qu'il doit faire le deuil de son ancien emploi et se projeter»… avec déclassement et déqualification à la clé.

Malgré «la crise«, aucun coup de pouce ne sera apporté à l'assurance-chômage alors que Bruxelles, dans le cadre de son plan de relance pour faire face à la récession, avait préconisé aux gouvernements européens d'augmenter temporairement le montant des allocations ou d'allonger temporairement leur durée.

Mais revenons aux «boucs émissaires« du moment. Heureusement pour l'UMP que les deux plus hauts dirigeants de BNP-Paribas ont donné l'exemple, renonçant à leurs bonus 2008, soit 875.000 € pour son président, Michel Pébereau, et 2,27 millions d'euros pour son directeur général, Baudoin Prot. Ces deux hommes, qui ne risquent ni chômage ni déclassement ni déqualification, gagnent déjà autour de 800.000 € par an : on ne va pas les plaindre.


[1] Crédit Agricole, BNP-Paribas, Société Générale, Crédit Mutuel, Caisse d’Epargne et Banque Populaire.

[2] Le budget annuel de l'Unedic, c'est environ 30 milliards d’€ dont 24 sont consacrés à l'indemnisation de 2,1 millions d'allocataires, le montant moyen de l'allocation chômage étant de 950 € par mois.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 20 Janvier 2009 03:11 )  

Commentaires 

 
0 # hubert23 2009-01-19 14:12 Mes Amis

Voyons voyons mes très chers chômeurs, mes amis, vous n'avez pas compris les paroles de votre Premier Ministre.
Il vous a bien dit: «LA FRANCE EST EN FAILLITE».

ET DONC

IL FAUT REFORMER
===============

ET DONC

C’est pour sauver les chômeurs et le système d’assurance chômage que nous «arrosons» les banques.

Comprenez cela mes amis nous voulons votre bien.

Car notre devise est la suivante :
«IL FAUT INDIVIUALISER LE PROFIT ET COLLECTIVISER LES PERTES».

Et en plus ce n’est pas fini, car personne (!!!!!) ne connait la quantité et le montant exact des titres pourris.

Votre dévoué, l' Ami des chômeurs

Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # patrice-merignac 2009-01-19 18:43 et d'ici deux ans la situation ne risque guere de s'ameliorer, un taux de chomage qui risque fort de monter a 9.8% en 2009 et 10.6 % en 2010 soit donc d'ici 24 mois 700 000 chercheurs d'emplois en plus avec en sus une croissance negative de 1.8 % en 2009 et tout juste positive en 2010 de 0.4 % encore que tout en bas on peut considerer que ces deux taux de croissance ne conserneront qu'une minorité de notre population.

nous sommes très loin de la promesse du plein emploi de la presidentiel de 2007 de mr sarkozy et du travailler plus pour gagner plus avec un gain de 1 % de croissance, nous sommes plutot encore et encore dans une ideologie encore plus destructrice du travail pour tous pour vivre decement

invitons nous demandeurs d'emplois pour les prochaines elections autrement que juste en allant voter, nous sommes 4.5 millions dans notre pays, nous sommes plus francais que ceux qui dirigent pour beaucoup notre pays et n'en n'ont que pour ceux qui ont un porte monnaie plein, le notre pour beaucoup dej a vide bientot le sera encore plus pour nous meme nos enfants et les enfants de nos générations futures

Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...