Actu Chômage

lundi
17 mai
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique "Gaz de France n'est ni à vendre ni à démanteler"

"Gaz de France n'est ni à vendre ni à démanteler"

Envoyer Imprimer
Hier, le Pdg de Gaz de France Jean-François Cirelli est sorti de ses gonds pour s'en prendre avec vigueur aux projets alternatifs des députés UMP Lenoir et Devedjian concernant la fusion de son groupe avec Suez.

«Gaz de France souhaite que l'on cesse de faire sa stratégie à sa place. L'évolution de l'entreprise est du ressort de son conseil d'administration, de sa direction et de ses collaborateurs», a-t-il déclaré, ajoutant que son groupe n'était «ni à vendre ni à démanteler» et que «la force de Gaz de France est d'être un opérateur intégré sur l'ensemble de la chaîne gazière, dans le respect des directives européennes. Tout projet qui viserait à remettre en cause l'intégration du groupe sera fermement rejeté par l'entreprise.»

Le coup de gueule de M. Cirelli vise à la fois le "plan B" élaboré par le député UMP Jean-Claude Lenoir (qui est également rapporteur du projet de loi sur la fusion entre Gaz de France et Suez initié en juin dernier par le gouvernement) ainsi que le "plan C" du sarkozyste et ancien ministre de l'Industrie Patrick Devedjian.
L'idée d'une privatisation progressive de GDF remonte à 2004. A l'époque ministre des Finances, Nicolas Sarkozy avait promis que la part de l'Etat dans le capital de GDF ne descendrait pas au-dessous de 70%. Mais dans le récent texte défendu par Dominique de Villepin et Thierry Breton, la barre descend à 34% - ce qui correspond à une privatisation du groupe. Outre la colère des syndicats, ce projet de loi provoque l'hostilité d'une partie des députés UMP : le gouvernement a donc renvoyé l'examen du texte au Parlement pour le 7 septembre et en attendant, chacun y va de sa petite "proposition"...

Alors que le "plan B" de Jean-Claude Lenoir imagine de séparer les activités de l'entreprise gazière pour préserver la mainmise de l'Etat sur ses activités de réseaux tandis que ses activités concurrentielles (approvisionnement et gestion du fichier clientèle) seraient filialisées puis fusionnées avec celles de Suez, le "plan C" de Patrick Devedjian consiste à créer une filiale pour gérer le réseau de GDF, mais aussi celui d'EDF : 40% du capital de cette filiale irait au nouveau groupe Suez-GDF, 40% à EDF et 20% à la Caisse des dépôts et consignations.
Dans les couloirs, on ironise sur un "concours Lépine des propositions, qui ont jusqu'à présent chacune un inconvénient majeur, qui est le démantèlement des entreprises. Cette fois-ci c'est le démantèlement de Gaz de France et d'EDF", ajoute cette source gouvernementale anonyme à propos de M. Devedjian. "C'est à la fois inquiétant pour l'avenir même des entreprises mais c'est aussi inquiétant pour le climat social à l'intérieur de ces entreprises".

La bataille du gaz devrait se poursuivre tout l'été avec l'avis de la Commission sur la politique énergétique qui est attendu pour le 18 août.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 28 Juillet 2006 12:52 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2006-07-28 12:16 Face aux virements et revirement de la droite, la gauche maintient sa position. Le PS prévoit de déposer 30.000 amendements pour contrer le projet. «Nous utiliserons tous les moyens à notre disposition et nos amendements ne seront pas bidon», a déclaré hier Jean-Marc Ayrault, président du groupe PS à l’Assemblée nationale. Pour le groupe des députés communistes et républicains, Alain Bocquet a estimé que «la majorité UMP cherche une porte de sortie» et appelle, à travers une pétition, à contrer «cette privatisation dangereuse». De son côté, le député des Landes Henri Emmanuelli a proposé «des comités de défense des usagers» contre la privatisation de GDF.

Côté syndical, trois administrateurs CGT de GDF ont qualifié de «mensongère» la campagne de publicité lancée à grands frais par la direction de Gaz de France pour défendre la fusion Suez-GDF. Ils considèrent «que la fusion-privatisation serait le vecteur d’accélération de la hausse des prix» et défendent l’idée d’une fusion publique entre EDF et GDF. La proposition de Jean-Claude Lenoir «est pire que la fusion pure et simple», a lancé de son côté Jacques Mouton, coordinateur CFDT à Gaz de France, et partisan de «participations croisées» entre Suez et GDF. «On se dirige vers un démantèlement de GDF», estime Philippe Taurines pour FO énergie, estimant que «c’est tout le contraire de ce qu’il faut faire».

(Source : L'Humanité)
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...