Actu Chômage

vendredi
2 octobre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Une "réflexion" sur "l'évolution" du contrat de travail

Une "réflexion" sur "l'évolution" du contrat de travail

Envoyer Imprimer
Alors que Dominique de Villepin a déclaré lundi au Figaro que l’éventuelle création d’un contrat de travail unique est une «question complexe» qui «demande une analyse et des concertations approfondies», le Medef décide de les lui apporter sur un plateau...

Hier, lors de sa conférence de presse mensuelle, Laurence Parisot s'est d'abord exprimée sur le CPE, assurant qu'elle "comprend l'extrême sensibilité des jeunes" après l'instauration de ce contrat sur lequel elle a rappelé "avoir exprimé des réserves". Mais la présidente du mouvement patronal a estimé que "la vraie réflexion n'est plus là… La vraie réflexion doit se concentrer sur la nécessaire évolution du contrat de travail".

Heureuse que le gouvernement ait "su faire en sorte que cette question ne soit plus taboue aujourd'hui dans notre pays", Mme Parisot a donc annoncé la création au sein du Medef d'un "groupe de travail" qui rassemblera "les principaux responsables des grandes fédérations professionnelles". Deux objectifs leur seront fixés : établir "assez rapidement" un "bilan, un diagnostic de la législation en la matière" afin de voir "ce qui marche et ce qui ne marche pas", puis faire "une synthèse de propositions, que nous discuterons publiquement mais aussi avec les pouvoirs publics" afin de dégager "une ligne directrice" où "certains peuvent être partisans d'une formule de contrat de travail unique, et d'autres du maintien de la multiplicité des contrats".
Cependant, aucun doute sur les intentions du Medef quand sa présidente martèle son habituel mensonge en guise de conclusion : "Nous estimons qu'il y a une rigidité (...) notamment au moment où une entreprise est amenée à se séparer de quelqu'un".

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 15 Février 2006 10:25 )  

Commentaires 

 
0 # tristesir 2006-02-15 13:52
sur lequel elle a rappelé "avoir exprimé des réserves"

Ses reserves c'est le choix de la periode de "consolidation" de 2 ans, elle aurait prefere qu'il n'y ait pas de limite à cette periode je suppose.





Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # gco 2006-02-15 23:42

L. PARISOT : "JE NE PLIE NI NE ROMPS !"



Laurence PARISOT allègue toutes sortes de rigidités pour exiger toujours plus de flexibilité des salariés.

Il ne me paraît pas inutile de faire appel au point de vue de Gérard Filoche, qui en tant qu'inspecteur du travail a longtemps fréquenté ces patrons qui nous gouvernent et nous sermonnent si invariablement :

Gérard Filoche : "Flexibilité ! Avez-vous remarqué que le patronat n’a que ce mot-là à la bouche, et quand il s’agit de payer il est d’une rigidité … extraordinaire ! A la seconde, à la minute près il calcule le salaire. Mais quand il s’agit de faire travailler les gens, alors là soyez flexible ! Mais qu’est-ce que c’est que la flexibilité ? Eh bien c’est le fait de vous faire travailler davantage, et si on vous fait travailler davantage on a moins besoin d’embaucher …"

(issu de http://managethique.over-blog.com/article-1887709.html)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2006-02-20 09:31 La présidente du Medef a assuré dimanche lors du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro que le contrat nouvelle embauche (CNE) n'était pas une "zone de non-droit" et qu'il ne permettait pas de "licencier de manière abusive".

Interrogée sur les premiers contentieux sur des licenciements de salariés embauchés en CNE, Mme Parisot a affirmé qu'"on ne peut pas, même avec un contrat à durée indéterminée spécifique qu'est le CNE, licencier d'une manière abusive". "S'il y a des contentieux, ça révèle au moins une chose, c'est que le CNE n'est pas une zone de non droit, contrairement à ce qu'on a voulu faire croire", a-t-elle insisté.

La patronne du Medef a cependant souligné que la France détenait le record du nombre de contentieux sur les licenciements, ce qui explique selon elle "en partie pourquoi le marché du travail fonctionne mal". "Dans notre pays, on a un nombre de contentieux qu'on ne retrouve nulle part ailleurs", a-t-elle insité, ajoutant que "c'est pour cela aussi qu'il faut repenser le contrat de travail", afin de "mieux définir certains paramètres".

"Par exemple, a-t-elle interrogé, à partir de quel moment peut-on considérer un licenciement comme abusif ? C'est un vrai paramètre qu'on aurait intérêt à repréciser", dit-elle, en prenant l'exemple de "certains pays" qui estiment que "l'inaptitude de quelqu'un à son travail peut être considérée comme un motif de licenciement". Pour ces pays, "ce n'est pas un licenciement abusif", a-t-elle dit.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Économie, chômage, emploi : Comment appréhendez-vous ces 12 premiers mois ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...