Actu Chômage

mardi
25 juin
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Une immigration "de travail"

Une immigration "de travail"

Envoyer Imprimer
Plus de doutes sur les intentions des faux frères ennemis Villepin-Sarkozy : le comité interministériel de contrôle de l'immigration réuni hier matin à Matignon a adopté le texte présenté par le second avec la bénédiction du premier. Un avant-projet de loi "pour une immigration choisie" validé par le gouvernement, et qui sera par la suite voté sans problème.

"Il faut passer d'une immigration trop longtemps subie à une immigration choisie", a proféré le plus grand, les récentes émeutes de banlieues encore coincées en travers de la gorge… "Notre objectif commun est clair : rendre à la France les moyens de contrôler son immigration afin que celle-ci devienne un véritable atout pour notre pays". Quant au petit, il estime depuis longtemps que "le continent européen reçoit une immigration sous-qualifiée" et que "la France ne peut pas rester à l'écart des flux mondiaux de l'intelligence et des compétences". Comme si on n'avait pas ce qu'il faut chez nous ?

Tandis que le projet de loi sur l'égalité des chances bridera notre jeunesse ici présente, le nouveau projet de loi sur l'immigration s'évertuera à noyer les velléités des racailles à venir, en prévision des futures mutations démographiques censées générer une pénurie de main d'œuvre dont on ne flaire rien pour l'instant...

Car il s'agit de favoriser une immigration de travail dans les secteurs les plus qualifiés. Parmi les mesures phares de ce texte figure la création d'une nouvelle carte de séjour "Talents et compétences" valable 3 ans et renouvelable, destinée aux étrangers hautement qualifiés (scientifiques, informaticiens, artistes…), plus à même de "participer au développement de l'économie française" ou au "rayonnement de la France dans le monde", selon M. Sarkozy. Son texte privilégie aussi les "meilleurs" étudiants étrangers, les "plus motivés", qui bénéficieront d'une carte spéciale de séjour en contrepartie d'un engagement à retourner dans leur pays une fois leurs études achevées, afin de ne "pas priver les pays d'origine de leurs élites"... Il prévoit également la mise en place d'objectifs quantitatifs prévisionnels de visas et de titres de séjours, le durcissement des conditions d'entrée des migrants non qualifiés et du regroupement familial (possible à partir de 18 mois sur le territoire national et non plus un an), et le renforcement de la lutte contre les fraudes au mariage blanc. De même, le "contrat d'accueil et d'intégration" signé par les immigrants et stipulant un certain nombre d'engagements (apprentissage du français, égalité hommes-femmes, respect des lois…) sera généralisé et son respect sera indispensable pour rester en France. Enfin, il n'y aura plus de régularisations automatiques au bout de dix ans.

Que vont dire nos jeunes diplômés qui foutent le camp à l'étranger parce qu'on ne leur propose ici que des stages gratuits ou des salaires de misère à des postes sans avenir ? Que vont dire les seniors qualifiés mis au rencard depuis belle lurette ? De même, la discrimination et l'utilitarisme racistes de la plupart de ces mesures ne peuvent que choquer. Un collectif regroupant la Ligue des droits de l'Homme, le Parti communiste, les Verts, la LCR, Lutte ouvrière, le MRAP ou encore Act Up vient de lancer une pétition "contre une immigration jetable". Et même Azouz Begag, le seul ministre issu de l'immigration qu'on a délégué à la Promotion et à l'Egalité des chances, a jugé "injuste" le durcissement des conditions du regroupement familial qui va pénaliser les plus pauvres.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 10 Février 2006 01:25 )  

Commentaires 

 
0 # Yves 2006-02-10 10:28 Extrait de notre article : Chômeurs précaires, on se moque de nous ! (du 31 mars 2005).

CLIQUEZ ICI POUR LIRE TOUT L'ARTICLE

…/…

• Un dumping social savamment organisé

La France bat des records européens en matière de chômage des moins de 25 ans et des plus de 45 ans (seuls 3% des cadres recrutés en 2004 avaient plus de 45 ans – Source : APEC).

La France compte 2,5 millions de chômeurs de catégorie 1 (4 millions de chômeurs selon… le préambule du Plan de cohésion sociale de Jean-Louis Borloo !), 1,1 millions de Rmistes, des millions d’intermittents du travail et de travailleurs pauvres…

Et que se passe-t-il ?
Monsieur de Villepin, ministre de l’Intérieur, planche actuellement sur la création d’un «service public de l’immigration» qui devra anticiper les besoins de main d’œuvre dans les années à venir (source : Les Échos du 22/03/05). Son objectif ? Faire entrer sur le marché du travail des jeunes étrangers diplômés et formés. Pourquoi ? Pour les mettre en concurrence avec ceux auxquels, en France, on refuse toute formation, toute reconversion, toute réinsertion ! Loin de nous l’idée d’incriminer ces «futurs immigrés» qui ne sont en rien responsables de cette volonté politique dictée par le patronat qui veut instaurer le dumping social à l’intérieur même de nos frontières.

Un service public de l’immigration, en savoir plus ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2006-02-10 19:19
=> DIVISER POUR MIEUX RÉGNER en instaurant une concurrence entre main d'œuvre française et immigrée (le lit du racisme ordinaire)

=> FAIRE BAISSER LES SALAIRES en instaurant une concurrence déloyale qui nivelle par le bas.

Tout cela sous couvert de contrôler l'immigration, nécessité partagée par la plupart des Français.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2006-02-11 07:45
Dominique Voynet, sénatrice des Verts, a été la plus virulente :
"Ce projet tourne le dos à la législation internationale sur le droit des familles et sur le droit d'asile", "subordonne davantage encore la justice à la police", "casse les droits par étapes avant de généraliser les mesures les plus régressives" et "contribuera à dégrader encore l'image de la France dans le monde". Il est "une honte absolue quant à sa philosophie et une catastrophe quant à ses effets concrets prévisibles".

L'ancien ministre socialiste de l'Economie Dominique Strauss-Kahn s'est dit «choqué» par la proposition de Nicolas Sarkozy de supprimer la régularisation automatique des immigrés clandestins vivant en France depuis plus de dix ans. «C'est le contraire de ce qui se fait dans tous les pays qui nous entourent». Pour le porte-parole du PS Julien Dray, «c'est le pays qui se sert».

Côté syndical, la CFDT s'est juste effarouchée que ce texte s'attaque aux droits fondamentaux suivants : droit de l'enfant, droit de vivre en famille, droit à la nationalité. C'est tout.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2006-02-13 10:36 Un membre utilisateur du site, Georges C., nous interpelle :

Je vous propose d'appeler les lecteurs du site :

- à adresser, selon un modèle proposé ci-dessous, un email au(x) député(s) de leur choix,

- à diffuser aux mêmes fins ce modèle d'email à leur entourage.

Comme j'apprécie la précision et la vivacité générale de vos textes, n'hésitez pas, avant publication sur votre site, à amender ce modèle d'email autant que cela vous paraîtra utile.

A toutes fins utiles, je vous précise que j'ai adressé ce matin ce texte à l'Agence France Presse ainsi qu'au Député Dominique Strauss-Kahn.

Par ailleurs, il n'est pas inutile d'indiquer que les mails de nos députés sont disponibles en ligne sur :

http://www.assemblee-nationale.fr/12/tribun/comm3.asp.

L'interview de Monsieur François Bayrou est également disponible en ligne jusqu'à ce soir sur :

http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture/JOURNALSOIR/JOURNALSOIR20060209.ram

(vers la vingtième minute du journal)

Bien cordialement

Georges C.
Ingénieur Cnam en informatique
56 ans, sans emploi depuis début 2002.

…/…

Début du modèle

Objet : Avant-projet de loi relatif à l'immigration et à l'intégration

Monsieur le Député,

Face à l'avant-projet de loi en objet, sont principalement émis des observations ou dénonciations qui mettent en avant des arguments techniques ou moraux à l'égard des populations explicitement visées.

Cette polarisation du débat masque une réalité touchant directement une partie non négligeable de vos (nos) concitoyens : des milliers d’ingénieurs informaticiens ont été depuis 2001 licenciés le plus souvent abusivement, hors de tout plan social.

Cette réalité dérangeante a été systématiquemen t occultée et les délocalisations se sont multipliées, excluant davantage et pour longtemps les plus âgés et les plus chevronnés des ingénieurs de ce secteur. En même temps, les médias et les milieux politiques n'ont cessé de négliger l'impact économique de ce désastre, en assimilant exclusivement les délocalisations à des transferts d'emplois à faible valeur ajoutée.

Exclue, privée durablement de travail et de relais d'expression à l'égard de l'opinion publique, maintenant ignorée et niée dans son existence même, cette partie de la population la mieux formée et a priori la mieux armée pour défendre les intérêts économiques du pays, ne peut qu'être révulsée face aux indignités récurrentes qui lui sont faites, cet avant-projet de loi marquant la limite extrême qu'un responsable supposé bien informé n'aurait jamais dû atteindre. Cet abaissement de la pensée et de l'action politique est sans précédent dans notre pays.

Des lobbies, notamment le Syntec, souhaitent maintenir par l'off-shore ou en faisant appel à une main-d'oeuvre immigrée, une situation favorable aux donneurs d'ordre. C'est une maxime connue de tout économiste, qu'il y adhère ou la condamne : le plein emploi est l'ennemi du profit.

Mais en fait c'est la France qui perd et qui décroche, et ce sont des intérêts très privés qui gagnent. Tous les secteurs et même les plus pointus sont touchés par le phénomène, et il se trouve encore des décideurs pour engager des politiques bâties sur ces représentations volontairement fautives et contraires aux intérêts de la collectivité nationale.

Or, pour la première fois depuis 2001, un responsable politique de premier plan, en l'occurrence Monsieur François Bayrou, vient d'indiquer (France Culture, journal de 18 h du 09/02/2006) : "Est-ce que vous ne croyez pas que nous avons en France un très grand nombre d'informaticiens au chômage ? Je suis sûr qu'en ce moment, sur l'antenne de France Culture, il y a des milliers d'informaticiens qui sont à l'écoute. C'est une des professions les plus sinistrées. Faire croire qu'on va aller chercher des informaticiens dans d'autres pays …

Nous avons 5 millions à peu près de Français sans emploi si on ajoute les RMistes, les chômeurs et toutes les catégories de la population privées d'emploi. Laisser penser que l'urgence est à remplacer ces femmes et ces hommes par des ressortissants d'origine étrangère qu'on sélectionnerait , il y a là quelque chose qui mérite qu'on y réfléchisse, en tout cas moi je ne suis pas convaincu par cette approche.

Je sais très bien que depuis très longtemps, une partie du monde économique rêve de réguler le coût de l'emploi par de l'immigration modulée : on règle le coût de l'emploi en réglant le nombre des salariés. C'est un choix économique mais ça ne ressemble pas à ce que l'on voudrait".

Monsieur Le Député, si vous pouviez relayer ce message à votre tour en des lieux où l'auditoire est le plus large, vous donneriez aux milliers d'informaticiens privés d'emploi et outrageusement niés par les supposés de ce projet de loi, l'opportunité d'être mieux compris par leur entourage, et surtout une chance pour les secteurs économiques concernés de retrouver des finalités et une morale plus conformes à l'intérêt du pays.

Bien cordialement,

Nom, Prénom

Titre et/ou Fonction

Age

Situation par rapport à l'emploi

…/…

Fin du modèle
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...