Actu Chômage

mardi
16 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique L'ANPE va-t-elle recruter en CNE ?

L'ANPE va-t-elle recruter en CNE ?

Envoyer Imprimer
Christian Charpy, le nouveau directeur de l'ANPE, espère entre 300.000 et 400.000 contrats "nouvelles embauches" d'ici deux ans... À quand les 276.000 agents ANPE nécessaires pour répondre aux grandes envolées de Dominique de Villepin ?

Hier sur France Info, Christian Charpy a parlé d'un "potentiel de 300.000 à 400.000 CNE qui pourraient être signés au total" jusqu'à l'échéance présidentielle de 2007, mais sans fournir d'évaluation du nombre d'emplois nets créés en supplément des contrats à durée indéterminée ou déterminée qui auraient été conclus de toute façon.

Jean-Louis Borloo est, quand à lui, plus prudent sur le sujet. Interrogé mercredi par Reuters sur son impact sur l'emploi, il a estimé que "le CNE n'est pas en fait un nouveau contrat, c'est une modalité du contrat de travail", soulignant qu'il serait difficile de faire la part des CNE dans l'ensemble des embauches car "il n'y a pas de demande de financement particulière" et que "les employeurs ne vont pas faire la démarche spécifique" de signaler qu'ils ont signé un CNE. "Je pense que les contrats de CDI seront des CNE et que beaucoup de CDD seront des CNE parce que c'est objectivement les meilleurs (contrats) pour tout le monde", a-t-il ajouté sans vergogne.

Christian Charpy a indiqué qu'"un peu plus de 600 contrats" CNE avaient été proposés dans les agences de l'ANPE entre le 4 août - jour de mise en place du dispositif - et le 19 août. "C'est à partir de maintenant, au mois de septembre, que les choses vont démarrer plus rapidement".
Le directeur de l'ANPE, en poste depuis avril après avoir été le conseiller social de l'ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin, a par ailleurs annoncé que le service public recruterait des agents pour assurer le "suivi personnalisé des chômeurs" décidé par le gouvernement. Le dispositif se mettra en place progressivement en 2006 "de manière à ce qu'à la fin de l'année tout le monde bénéficie de cette prestation", à savoir un entretien avec un agent de l'ANPE une fois par mois pour tous les chômeurs. Il n'a pas précisé l'ampleur de ces recrutements, ni s'il s'agirait d'emplois contractuels ou d'emplois pérennes : "Nous sommes en discussion avec les ministères du Budget et de la Cohésion sociale pour déterminer quels sont les moyens nécessaires à l'ANPE pour mettre en œuvre ces entretiens mensuels", a-t-il dit. "J'ai très bon espoir que nous puissions avoir les moyens nécessaires."

Pour répondre à la demande de Dominique de Villepin, l'ANPE va devoir doubler le nombre des entretiens qu'elle réalise. Elle en "fait à peu près 13 à 14 millions" chaque année, a estimé M. Charpy, précisant que l'ANPE a déjà embauché "à peu près 1.000 personnes depuis le mois de juin/juillet" pour mettre en place le suivi des chômeurs (130 seulement, selon le Canard Enchaîné : lire notre commentaire). Christian Charpy s'est par ailleurs défendu de toute manipulation des chiffres du chômage après la polémique de l'été sur la radiation de 35.000 chômeurs, chiffre à peu près équivalent à la baisse affichée du nombre des demandeurs d'emploi. "Il y a eu baisse du chômage, c'est évident" depuis trois mois, a-t-il dit. "Chaque mois, vous avez 350.000 à 400.000 personnes qui sortent des chiffres du chômage. Les radiations administratives, c'est à peine 10%."

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 27 Août 2005 02:08 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2005-08-27 01:16 Relevé dans Le Canard enchaîné du 3 août :

"A la rubrique grandes envolées, Dominique de Villepin s'est engagé à ce que les chômeurs ne soient plus reçus deux fois par an à l'ANPE, comme c'est le cas aujourd'hui, mais une, voire deux fois par mois. Pour multiplier par 12 le nombre d'entretiens, il faudrait en principe accroître d'autant le nombre d'employés de l'ANPE, qui passerait ainsi de 23.000 à 276.000. (…) Mais hélas, le gouvernement n'a accordé que 130 emplois supplémentaires à l'Agence pour cette année."

Un débat sur le thème, à suivre dans notre FORUM
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-08-27 01:22 Si le coeur vous en dit…

26-08 (AFP) 15:19:11
Le contrat nouvelles embauches (CNE), mesure-phare du plan d'urgence pour l'emploi mise en route le 4 août, est expliqué en 47 questions-réponses, depuis jeudi soir, sur le site internet du ministère de l'Emploi, www.cohesionsociale.gouv.fr.

Qui peut recourir au CNE, peut-on proposer un CNE à un salarié déjà en CDD, comment calculer l'indemnité de rupture ? Les 47 questions choisies sont parmi celles qui ont été le plus fréquemment posées depuis deux mois par les chefs d'entreprise, agents ANPE, experts-comptables, explique le ministère.

Destiné aux entreprises employant jusqu'à 20 salariés, le contrat nouvelles embauches est un CDI de deux ans, au cours duquel l'employeur peut licencier son salarié par simple lettre recommandée avec accusé de réception, sans avoir à justifier sa décision. Pendant ces deux années, le salarié bénéficie de garanties qui augmentent avec la durée d'ancienneté.

Le ministère précise ainsi quels types d'employeurs peuvent recourir au CNE, les conditions de décompte des effectifs, les formalités d'embauche, les règles en cours de contrat, le calcul de l'indemnité de rupture. "Vous hésitez à recruter (…), le contrat nouvelles embauches est fait pour vous simplifier le recrutement. Alors n'hésitez plus !" Un court texte de présentation vise à convaincre les chefs d'entreprise, mettant en avant les procédures d'embauche et de rupture "simples", "souples" et "sûres".

Ce vendredi, un modèle de contrat type sera également mis en ligne sur le site. Le CNE fera l'objet dans les jours qui viennent d'une circulaire d'application, selon le ministère.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-08-28 15:26 TROP C'EST TROP !
Et en plus c’est du n’importe quoi…

Au 1er jour, Dominique de Villepin, dans son discours d’orientation, avait annoncé qu’il se donnait 100 jours pour réussir son pari sur l’emploi, sa priorité d’entre les priorités. Il nous annonce donc, la nécessité de recevoir 57.000 jeunes avant la fin de l’été !
Bon, on s’organise, on envoie des invitations aux jeunes, on réquisitionne par-ci par-là des agents, on supprime la relation entreprise, on décale les accompagnements , on revient même aux infos collective massives, les files d’attente augmentent de plus en plus dans les unités… mais bon, on y arrive… admettons !

Devant ce succès, le Directeur Général de l’ANPE, veut faire mieux que mieux ! (Genre la lessive qui lave plus blanc que blanc !)
On lui demande d’organiser la réception de 57.000 jeunes, il y arrive. On ne lui demande pas d’organiser la réception des demandeurs bénéficiaires de l’ASS, tant pis, il le fera quand même !! Et là il s’agit plus de 57.000 personnes mais de 290.000 qui toutes ont reçu un courrier entre le 05 et le 12 Août les invitant à se rendre dans leur agence pour que leur soit vendus (pardon ! présentés, pardon ! conseillé fortement ) ; le CI-RMA ou le Contrat d’Avenir.

Au 60ème jour, le 2 août sur Europe 1, Dominique de Villepin annonce qu’il souhaite que les entretiens d’actualisation s ne soient plus tous les 6 mois, mais tous les 15 jours (comme en Angleterre) ce qui d’après lui, permettra au DE d’être suivi par un agent qui connaît bien son dossier.
Le nombre d’entretiens sera donc multiplié par 12. Ce que n’annonce pas le Gouvernement, c’est avec quels moyens pour l’ANPE et pour quelles propositions ? Quel joli coup médiatique ! Quel est le véritable objectif de l’Etat ?
Nous ne sommes pas dupes.

A l’heure où la création d’emploi net se fait rare et les licenciements plus nombreux, la volonté affichée du Gouvernement, est-elle de faire reculer le chômage ou de faire baisser le nombre de demandeurs d’emploi ?
Les agents submergés de travail n’en peuvent déjà plus, ces nouvelles directives n’arrangeront en rien la situation.

Quelle sera la prochaine initiative du DG, sans parler de celles du Premier Ministre ?

Plutôt que la multiplication des « invitations » des demandeurs d’emploi, nous attendons que le Gouvernement prenne des mesures qui relancent réellement l’emploi afin que les entretiens avec les usagers prennent tout leur sens.

Paris, le 11 août 2005.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...