Actu Chômage

mercredi
18 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte

Réveillez-vous !

Envoyer Imprimer

Que vous faut-il de plus pour vous émanciper ?

altVous avez eu 10 mois (depuis novembre 2018) pour vous informer, si vous ne l’aviez fait avant.

Vous avez pu juger comment l’oligarchie et ses inféodés (gouvernement, médias, monde du spectacle et des intellectuels) usent des stratagèmes les plus pervers et mensongers pour mater une rébellion sociale légitime.

Vous avez assisté à une répression policière et judiciaire digne d’un régime totalitaire qui a éborgné, mutilé, frappé, emprisonné des milliers de manifestants ET manifestantes. Qui a même tué ! À Marseille (affaire Zineb Redouane) et Nantes (noyade de Steve).

Vous avez mesuré à quel point les «belles âmes» promptes à se mobiliser contre la misère dans le monde ou les violences faites aux femmes, ont tourné le dos en se pinçant le nez quand il s’agissait de soutenir des revendications portées par des citoyennes, des personnes âgées ou en situation de handicap qui peinent à boucler leur fin de mois. Les artistes ont fini par se réveiller derrière Juliette Binoche et Emmanuelle Béart, bien tardivement, en mai, six mois après l’entame du mouvement (1).  

Pour certains, ce qui se passe en France n’est en rien une surprise. Tout était écrit ! Le déclassement des plus vulnérables par un dumping social savamment organisé. Le matraquage fiscal des classes moyennes, ces vaches à lait qui paient pour ceux d’en bas et plus encore pour ceux d’en haut. L’arrogance d’une classe économico-politico-médiatique qui se gave quand les autres tirent la langue.   

Quelques voix dissidentes, peu nombreuses avant novembre 2018, nous alertaient des dérives d’un système dont on n’ose désigner les bénéficiaires qui, pourtant, paradent sans pudeur.

Eh oui ! Pour qui sait lire et entendre, tout est annoncé puisqu’il s’agit d’un plan assumé par une élite autoproclamée qui ne se cache pas, qui revendique son suprémacisme intellectuel, économique, financier… parfois même philosophique, spirituel ou sectaire. 

Ces voix dissidentes qui nous alertent depuis deux décennies étaient, il y a peu de temps encore, accusées de complotisme, de conspirationnisme, aux fins de délégitimer leurs arguments.

Cela ne suffisant pas à détourner l’intérêt d’un nombre croissant de suiveurs, le système et ses organes de propagande ont désigné ces voix dissidentes comme fauteurs de haine issus des rangs de l’extrême droite.

Dès lors que vous dénoncez les manœuvres de l’oligarchie, vous êtes automatiquement taxé de fascisme pour décrédibiliser vos objections et pour vous marginaliser. Il y a 12 ans pourtant, Lionel Jospin, ancien Premier ministre socialiste, convenait que «l’antifascisme n’est que du théâtre», la menace d’une résurgence des heures les plus sombres étant improbable dans le contexte politique que nous connaissons en France depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

L’hystérie consistant à accuser de «complotiste», de «conspirationniste» ou de «fasciste» tout vrai opposant politique est plus que suspecte. Quand on veut se débarrasser de son chien, on l’accuse de la rage.

Le mouvement des Gilets Jaunes a aussi été victime d’une diabolisation hystérique. Rien ne lui a été épargné : raciste, homophobe, antisémite… et même négationniste (négation de l’existence des chambres à gaz) quand le système a décidé d’éliminer Étienne Chouard, porte-drapeau de la principale revendication politique des Gilets Jaunes : la démocratie participative par l’instauration du RIC (référendum d’initiative populaire).

Que reprochait-on sur le fond à Étienne Chouard ? Son «confusionnisme». Encore un mot en «isme» qui complète la litanie accusatoire : racisme, fascisme, antisémitisme…

Le système politico-médiatique (qui englobe sur ce coup Le Média, la Web TV proche de la France Insoumise) reproche à Chouard de dialoguer avec des intellectuels, penseurs et polémistes taxés d’extrême droite. Pire que tout, le défenseur du RIC a déclaré qu’Alain Soral était «un résistant». Rappelons ici que Soral est, avec son ami Dieudonné, la personnalité la plus condamnée par la justice pour ses opinions. 

Voilà la raison pour laquelle Chouard s’est fait dégommé en direct sur Le Média par un journaliste qu’on a connu plus courageux lors de l’affaire Clearstream : Denis Robert… qui cette fois a joué les agents du système pour ne pas finir sa vie au minimum vieillesse.

Mais la réalité politique, économique et sociale en France ne se réduit pas à la lutte contre un prétendu fascisme porteur des odieuses turpitudes évoquées plus haut.

La frontière entre les analyses de la gauche convaincue et celles de la «dissidence conspirationniste» est parfois ténue. De plus en plus d’ailleurs ! Le confusionnisme (dont on accuse Chouard) semble faire tache d’huile. Nous en faisons ici la démonstration.

Sur le fond, qu’est-ce qui différencie certains commentaires de l’avocat Gilet Jaune Juan Branco ou de l’écrivain François Bégaudeau, de ceux de personnalités comme Alain Soral, Jean Bricmont ou Francis Cousin ? Pas grand chose ! 

Pour vous en convaincre, visionnez cette vidéo (de fort mauvaise qualité technique mais d’un grand apport intellectuel), c’est éloquent.

==> https://www.youtube.com/watch?v=u_7cJwn8VEA&frags=pl%2Cwn

Quand l’homme de gauche Juan Branco, auteur de Crépuscule (ouvrage qui décrypte les manigances des réseaux de pouvoir), évoque la nomination de Marc-Olivier Fogiel à la tête de BFM TV, il dénonce les réseaux oligarchiques évoqués par Alain Soral dans son best-seller «Comprendre l’Empire». À une nuance notable : Le second indique que Marc-Olivier Fogiel est juif, comme le patron de BFM, Patrick Drahi qui contrôle aussi Libération, L’Express… Précision qui apparaît aussitôt antisémite, incitatrice à la haine envers une communauté.

Mais sur le fond, l’analyse d’un Branco ou d’un Soral sont de la même teneur. On peut multiplier les exemples à l’infini.

Quand le brillant François Bégaudeau constate que les intellectuels et le monde du spectacle embourgeoisés sont plus prompts à se mobiliser pour des causes sociétales (féminisme, droits des minorités…) que pour des luttes sociales légitimes, d’autres avant lui, taxés d’extrême droite ou «controversés», ont tiré le signal d'alarme.

Quand David Ayala, artiste Gilet Jaune, s’insurge que ses collègues comédiens, réalisateurs, directeurs de théâtre… n’ont affiché aucune solidarité avec le mouvement ces 10 derniers mois, d’autres dans les réseaux dissidents s’offusquent depuis 2003 de la diabolisation d’un Dieudonné qui n’a trouvé quasiment aucun soutien chez ses pairs quand son spectacle Le Mur fut interdit (une première en France depuis la Seconde Guerre mondiale).

À l’exception d’un Jamel Debbouze qui a déclaré sur scène : «C’est le meilleur d'entre nous. Il a les couilles de dire ce qu’on pense», avant de retourner sa veste de crainte de voir sa carrière écourtée et être renvoyé à coups de pied dans les fesses à Trappes dont il est originaire.

Fin juillet, c’était au tour d’Arnaud Montebourg de dévoiler sur la chaîne Youtube Thinkerview les trahisons de l’oligarchie politico-financière.

==> https://www.youtube.com/watch?v=W7OY8TeglnM&frags=pl%2Cwn

Macron, Hollande, Valls, l’Europe qui ne protège pas les pays européens, les États-Unis qui «ne sont plus nos alliés», les oligarques qui vendent la France à la découpe… tous en prennent pour leur grade. À écouter notre ancien ministre du Redressement productif, on a le sentiment d’un vaste complot visant à dépecer notre pays et le soumettre à des intérêts étrangers. N’est-ce pas ce qu’on appelle du complotisme ?

Mais ce n’est pas nouveau. En son temps Giscard d’Estaing estimait «que nous sommes complètement manipulés (par les banques américaines)». François Mitterrand accusait «les Américains de nous mener un combat à mort». Nicolas Sarkozy nous annonçait l’imminence «d’un Nouvel Ordre mondial auquel personne, je dis bien personne, ne pourra s’opposer». Et ainsi de suite…

Tous les dirigeants, de Charles de Gaulle à François Hollande qui fustigea «son ennemie : la finance internationale», ont dénoncé des complots fomentés par des réseaux et cercles d’influence. En d’autres termes, tous ont été complotistes.

La preuve en image : https://www.youtube.com/watch?v=2aied-mu_aU&frags=pl%2Cwn

Nous bouclons notre démonstration du confusionnisme grandissant entre certains acteurs de la Gauche militante et la «dissidence droitarde» avec le reportage que Vincent Lapierre (2) consacre au Bilderberg.

Le Bilderberg est un très influent réseau international de personnalités du business et de la politique, qui se réunit tous les ans dans le plus grand secret. Rien ne filtre des entretiens entre les grands de ce monde. L’édition 2019 du Bilderberg était organisée à Montreux en Suisse. Vincent Lapierre a cherché à savoir ce qu’il s’y tramait sans succès il va de soi. À défaut de nous éclairer des discussions présentes, il nous liste quelques faits passés.

Les naïfs n’y verront que pure coïncidence. Celles et ceux qui veulent enfin s’émanciper d’un système qui les manipule y trouveront une raison supplémentaire de lutter comme nous luttons ici sur Actuchomage depuis 2004.

• Emmanuel Macron : Invité au Bilderberg en 2014, ministre de Hollande trois mois plus tard.

• Christine Lagarde : Invitée au Bilderberg en 2010, Directrice générale du FMI en 2011.

• Édouard Philippe : Invité en 2016, Premier ministre français en 2017.

• Margaret Thatcher : Invitée en 1975, Première ministre britannique en 1979.

• Bill Clinton : Invité en 1991, Président des États-Unis en 1992.

• Angela Merkel : Invitée en mai 2005, Chancelière d'Allemagne en novembre 2005.

==> https://www.youtube.com/watch?v=HTasfnZT7dg&frags=pl%2Cwn


Et ainsi de suite…

Yves Barraud

   
(1) Quelques rares se sont mobilisés précocement comme Jean-Marie Bigard, Yvan Le Bolloc’h, Bruno Gaccio, Dieudonné…    

(2) Vincent Lapierre a travaillé sur Égalité & Réconciliation le site d’Alain Soral avant de lancer Le Média pour Tous.
 

Mis à jour ( Vendredi, 09 Août 2019 22:32 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...