Actu Chômage

mardi
25 juin
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Le chômage de longue durée se banalise

Le chômage de longue durée se banalise

Envoyer Imprimer
359 jours : c'est la durée moyenne à laquelle un chômeur peut s'attendre à rester sur le carreau, selon un nouvel indicateur publié lundi par Pôle Emploi.

Voici ce que dit le document de 4 pages que vous pouvez télécharger ici en pdf :

«L’indicateur conjoncturel de durée au chômage (ICDC) est un nouvel outil proposé par Pôle emploi dans le but de synthétiser l’incidence de la conjoncture économique sur l’état du marché du travail, et les opportunités qu’il offre pour trouver rapidement un emploi. Il consiste à évaluer la durée moyenne de chômage d’une cohorte fictive de demandeurs d’emplois qui connaîtraient durant toute leur période de chômage les mêmes conditions sur le marché du travail que celles du trimestre considéré. Les résultats détaillés de cet indicateur feront l’objet d’une publication trimestrielle.
L’ICDC présente l’intérêt de refléter très rapidement les modifications de la conjoncture économique. À titre d’illustration, il a très fortement augmenté dès l’éclatement de la crise économique en 2008 : à son plus bas niveau au 1er trimestre 2007 avec une durée attendue de 7,5 mois, il avoisine les 12 mois au 2e trimestre 2009. Depuis, la persistance d’un niveau de chômage élevé n’a pas permis à cet indicateur de baisser. Avec le repli de la croissance depuis le 2e trimestre 2011, il atteint un nouveau pic au 4e trimestre 2011, à 359 jours.»

359 jours soit 12 mois, c'est une moyenne : on peut donc considérer que, parmi ceux qui s'inscrivent en ce moment à Pôle Emploi, un sur deux deviendra chômeur de longue durée.

Pour les chômeurs de 50 ans et plus, l'ICDC est nettement plus élevé, atteignant 560 jours pour les hommes et jusqu'à 650 jours pour les femmes ! Une catastrophe qui devrait s'amplifier avec cette nouvelle phase de la crise qui s'amorce et son cortège de licenciements massifs annoncés. D'ici la fin de l'année, la durée moyenne au chômage va encore s'allonger.

Ainsi, inexorablement, les nouveaux chômeurs se rajoutent aux anciens, sachant que plus l'on tarde à retrouver un emploi, plus les recruteurs vous jugent "inemployable"... Fin mai, toutes catégories confondues, Pôle Emploi comptait déjà quelque 2,2 millions de chômeurs de longue/très longue durée, tandis que l'ancienneté moyenne d'inscription des catégories ABC s'élevait à 468 jours, soit 15 mois. Parmi eux, arrivés en fin de droits et survivant avec moins de 16 € par jour, 733.400 inscrits percevaient le RSA (+7,2% sur un an) et 345.300 l'ASS (+4,7% sur un an) ; sans compter la nébuleuse de ceux qui, n'ayant droit à aucune allocation de remplacement parce que leur conjoint(e) travaille, ne voient plus l'utilité de pointer.

Enfin, le document de Pôle Emploi nous rappelle qu'«entre 2001 et 2004, l’économie française a connu une période de croissance économique sans création nette d’emplois». C'était le fameux "retournement conjoncturel 2001-2003" qui, en deux ans, avait mis au chômage quelque 450.000 personnes. Résultat, fin 2003, le solde des créations nettes était historiquement négatif (-73.000) et le taux de chômage s'élevait déjà à 10,1%. Comme quoi les crises se suivent et, souvent, se ressemblent...

SH


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 17 Juillet 2012 03:29 )  

Commentaires 

 
0 # patdu49 2012-07-17 10:18 la cohorte de non inscrits à Pôle emploi, c'est effectivement des personnes qui n'ont droit à rien, à cause du "dépassement des plafonds de ressources" quand un conjoint travaille

mais aussi :

- des jeunes de moins de 25 ans, primo demandeurs d'emploi, qui n'ont droit à rien.
- des centaines de milliers de bénéficiaires du RSA qui ne dépendent pas de pôle emploi mais des collectivités locales, associations etc niveau suivi.
- des centaines de milliers de bénéficiaires de pensions d'invalidité.
- des centaines de milliers de bénéficiaires de l'AAH.
- des dizaines de milliers de bénéficiaires de pensions de reversion, d'hommes et de femmes veuves, de 55 ans ou + qui, là encore, dépassent les plafonds du RSA.
- aussi des divorcés, qui perçoivent pensions alimentaires "élevées" qui à elles seules, font dépasser le plafond du RSA.
- aussi des héritiers ou seuls les intérêts de argent placé font qu'ils n'ont droit à rien (suffit de 170.000€ placés)

leurs études sont donc bidons.

sans compter qu'ils ne comptent même pas les inscrits qui glissent pour des durées variables dans les catégories D et E de leurs propres listes…

(demandeurs d’emploi de catégorie A, B et C). Dans cette étude, un demandeur d’emploi est considéré comme sorti du chômage s’il est sorti des listes de Pôle emploi, quel que soit le motif de cette sortie.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # patdu49 2012-07-18 19:47 vous aurez remarqué qu'avec l'UMP, les crèves la dalle, on était stigmatisé à donf ..

et qu'avec la pseudo gauche PS, on est complètement ignoré, là part contre …

on existe pas .. les millions de foyers sous les seuils de pauvreté .. pas un mot, pas une mesure, rien, NADA … circulez, y a rien à voir.

à part apprendre qu'on va se prendre, alors qu'on est déjà dans la merde, des augmentations à gogo, tabac, énergie etc .. et j'en passe ..
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # typ 2012-08-07 11:49 Bonjour_pouvez vous répondre à une question qui reste toujour en suspens.Pour une personne de 55 ans qui a été licencié economiquement avec accord d'un plan social et départ volontaire ,depuis plus de 10 ans et en ass. n'ayant pas trouvé d'emploi et fait que des stages. Aujoud'hui pole emploi propose des CAE de 6 mois aux séniors.Conservera t-elle l'ASS aprés le cae et l'are? MERCI. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2012-08-07 15:04 Oui. Voyez ce sujet sur notre forum :

www.actuchomage.org/forum/index.php?f=8&t=13921&p=513182&rb_v=viewtopic#p513182

Après votre ARE, Pôle Emploi recherchera votre reliquat d'ASS. Si la date de votre dernier renouvellement n'excède pas 4 ans au moment de la reprise, vous retrouvez vos droits.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Chiz 2012-08-14 20:12 "Pour les chômeurs de 50 ans et plus, l'ICDC est nettement plus élevé, atteignant 560 jours pour les hommes et jusqu'à 650 jours pour les femmes !"
Ne pas oublier que l'on sort du chômage pour d'autres raisons que le seul emploi. Lorsque la DARES estimait que 3 % du total des DE quittaient le chômage pour la retraite, c'est bien dans cette tranche d'âge qu'ils devaient se retrouver…
Dommage que PE ne fournisse pas un détail par âge ou à défaut pour les + de 55 ans.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # léla 2012-08-21 17:40 bonjour: ayant 140 trimestres et 3 enfants .Est ce que je peux demander la dispense de recerche d'emploi a 55 ans ? Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2012-08-21 18:05 Hélas, la dispense de recherche d'emploi (DRE) a été progressivement supprimée par l'UMP. Le dispositif est définitivement éteint depuis le 1er janvier 2012, et plus personne ne peut y prétendre.

L'exécutif devait produire, six mois avant son extinction définitive, un rapport mesurant l'impact ô combien bénéfique de la suppression de la DRE sur le retour à l'emploi des seniors. Ce qu'il n'a jamais fait : www.actuchomage.org/2011122818542/Social-economie-et-politique/suppression-de-la-dre-nous-attendons-toujours-le-bilan-detape-du-gouvernement.html

Quant au nouveau gouvernement, il ne parle pas de la rétablir.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...