Actu Chômage

mardi
20 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Chantage à l'emploi : jusqu'où ira la soumission ?

Chantage à l'emploi : jusqu'où ira la soumission ?

Envoyer Imprimer
Face à des syndicats collabos et des salariés pétés de trouille, le patronat peut savourer sa victoire.

Vive la crise ! Ah, la crise, sa dette et son chômage de masse... Quelle aubaine plus fantastique pour anéantir les acquis du salariat… avec son consentement !

Hier, nous avons mis en ligne un nouveau sondage. Il est bien sûr trop tôt pour se prononcer mais nous remarquons, au vu des premières réactions de nos lecteurs, qu'ils sont sans illusion : il ne se passera rien, même si la crise redouble de vigueur et que 2012 promet d'être une année aussi noire que 2009 en termes de destructions d'emploi; même si les politiques d'austérité vont nous foutre complètement sur la paille.

«La guerre des classes existe et c'est la mienne, celle des riches, qui la mène et qui est en train de la gagner», avait dit l'homme d'affaires Warren Buffet, première fortune des Etats-Unis et troisième plus grande fortune du monde. Donc, en effet, IL NE SE PASSERA RIEN. La preuve par deux.

Lu dans Télérama cette semaine :

Le Syndicat Alternatif des Acteurs (SAA) propose une baisse des salaires des comédiens qui pratiquent le doublage des programmes de télévision. «L’objectif est d’arriver à une baisse de 30% des salaires afin d’être compétitifs et de restaurer l’emploi en France, non seulement celui des acteurs, mais celui de toute la filière», explique le SAA dans un communiqué suite aux fréquentes délocalisations dans le secteur, particulièrement en Belgique. Cet attrait pour le marché belge s'explique notamment par des coûts salariaux plus faibles : le doublage en Belgique coûte environ 40% moins cher qu'en France. Le SAA espère ainsi relocaliser une partie du doublage en France.

Estomaquant ! Un syndicat qui demande une baisse de 30% des salaires de sa profession pour contrer une délocalisation, n'est-ce pas le monde à l'envers ?

On continue...

Lu dans La Tribune de ce jour :

L'horizon s'éclaircit pour l'usine PSA de Sevelnord
Trois des quatre syndicats de l'usine ont donné leur feu vert ce jeudi à un accord dit de "compétitivité", qui était en discussion depuis deux mois, sur "l'adaptation des conditions de travail, la pérennisation des emplois et le développement de Sevelnord". […] L'accord, qui porte notamment sur une gestion plus flexible des RTT et du temps de travail des salariés, «permet la pérennité de l'entreprise», s'est félicité Jean-François Fabre, délégué syndical FO. La direction s'est engagée à ce qu'il n'y ait pas de licenciements économiques pendant la durée de trois ans, reconductible pour deux ans, ont souligné les syndicats.

Un "horizon qui s'éclaicit" alors que ce sursis entraînera, pour les 2.700 ouvriers, une détérioration sans précédent de leurs conditions de travail ? Que leur paie sera gelée pendant deux ans et qu'ils devront accepter mobilité et flexibilité accrue en fonction des cadences ?

La CGT, qui a refusé de le signer et exige un référendum dont l'issue est connue d'avance tant la peur du chômage est forte, avait averti : 
«On est un laboratoire de ce que veut faire le patronat, exactement dans la veine des anciens accords compétitivité-emploi [1]. L’UIMM [2] lorgne de près sur ce qui se passe à Sevelnord». Trois fois hélas !!! Les autres se sont aplatis : la CFE-CGC, FO et le syndicat maison SPI-GSEA ont voté le texte «sur le dos des salariés à la veille des congés», ouvrant ainsi la brèche aux futurs régressions sociales et saccages des droits qui s'exerceront par ailleurs. Grâce à ces collabos et à la lâcheté générale, patronat et actionnaires remportent une nouvelle victoire. La défaite est totale pour le monde du travail.

Cela ne vous rappelle-t-il pas l'histoire des Conti et de tant d'autres qui, après s'être résignés aux nombreuses concessions demandées par leur direction pour sauver leurs emplois, se sont, au final, quand même retrouvés sur le carreau ? Ont-ils compris que, s'ils s'étaient révoltés et battus, ils auraient peut-être changé la donne ? «Ceux qui se battent peuvent perdre; ceux qui ne se battent pas ont déjà perdu», disait Bertold Brecht.

La soumission, c'est l'échec assuré sur toute la ligne ! Quand on se soumet, on ne récolte que mépris, trahisons et misère. Quand on se soumet, on ne sacrifie pas seulement sa dignité : on sacrifie sa classe sociale, son avenir et celui de ses enfants.

SH


[1] Suggérés par le Medef et proposés en janvier par Nicolas Sarkozy, ils consistaient à permettre aux entreprises, en contrepartie d'engagements de maintien dans l'emploi à court terme, de moduler le temps de travail et la rémunération des salariés au gré des aléas de la conjoncture sans avoir à modifier leurs contrats, ce qui induisait plus de sécurité juridique pour les employeurs, mais plus d'insécurité et de flexibilité pour les travailleurs.
Bien évidemment, une fois la crise passée, on nous aurait dit que, pour des raisons de compétitivité, il ne faut surtout pas revenir en arrière !

Le 11 juillet dernier, Jean-Marc Ayrault a a officiellement mis fin à la négociation des «accords compétitivité-emploi» version Sarkozy, qu'il compte remplacer à la rentrée par une négociation sur «les conditions d'une meilleure sécurisation de l'emploi». Selon des observateurs, les accords compétitivité-emploi ne sont pas morts. Il faudra donc rester vigilants. Mais, vu le manque de combativité des salariés et l'inféodation de certains syndicats et socialistes aux désirs patronaux, on est vraiment mal barrés.

[2] L'Union des industries et métiers de la métallurgie, puissante branche du Medef connue pour ses retraits suspects d'argent en liquide et sa caisse noire visant à «fluidifier les relations sociales»... Son président est Frédéric Saint-Geours, qui est également… directeur des marques chez PSA et président de PSA Finance (car PSA ne fabrique pas que des voitures : le groupe fait aussi dans la banque et l'assurance, c'est plus rentable).



Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 28 Septembre 2012 04:55 )  

Commentaires 

 
0 # Bône 2012-07-27 19:45 Petite erreur Warren Buffet à dit Guerre des classe et oui le mot Guerre Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2012-07-28 00:44 En effet. Merci ! Je rectifie.

Je remarque que le mot "guerre" a aussi été employé par Xavier Mathieu : bellaciao.org/fr/spip.php?article129129
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tintin74 2012-07-29 18:55 On sera toujours mal barrés si on s'organise pas soi-même et si on n'a pas le courage de prendre vraiment les choses en main. Il existe pourtant une forme d'entreprise à caractère social dont les employés sont à la fois salariés et propriétaires, celà s'appelle les SCOP.
Je suis toujours étonné qu'il ne s'en créee pas plus en France. Celà sortirait du chômage ceux qui auraient le courage de créer leur scop ou de reprendre sous cette forme leur entreprise en déconfiture.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # électron libre 2012-07-29 23:43 Le problème c'est que les concernés ne se révoltent pas. Tant que les gens auront leur télé, de quoi à manger et leur petit confort, ils s'accommoderont et subiront. S'il y aura une révolte, elle se déroulera peut-être en Espagne, quand les gens sont dos sur mur, et quand il réaliseront qu'il n'a pas d'autre solution que de briser le système qui les conduit à l'esclavage. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # herve_64 2012-08-16 22:19 Oui à travers cette phrase on a tout résumé

Face à des syndicats collabos et des salariés pétés de trouille, le patronat peut savourer sa victoire.

J'ajouterai les gouvernants aussi

Je crois comme dit électron libre il faut briser ce système car il n'y a pas d'autres solutions . Je répète il n'y a pas d'autres solutions.

Trop de gens vivent sur notre misère

Ils nous amèneront à la faillite et à la ruine du pays

Aujourd'hui on est complètement dans l'immobilisme
Maintenant c'est le thé" l'éléphant "qui va peut-être partir en Pologne.
Pauvre France

Hervé 64
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...