Actu Chômage

mardi
17 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Mobilité, la rustine de Bruxelles

Mobilité, la rustine de Bruxelles

Envoyer Imprimer
La Commission européenne, lancée dans des grandes manœuvres pour l'emploi, souhaite faciliter la délocalisation de jeunes chômeurs au sein de l'UE. Ainsi compte-t-elle organiser la fuite des cerveaux des pays décimés par ses politiques d'austérité.

Ce lundi, Bruxelles a présenté un projet pilote de portail d'emplois afin d'aider la mobilité de 5.000 jeunes chômeurs dans l'Union européenne [1]. "Il s'agit d'un projet pilote mené avec les agences nationales pour l'emploi de quatre pays, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie et le Danemark, qui permet aux jeunes sans emplois âgés de 18 à 30 ans de bénéficier d'un soutien pour aller travailler dans un autre Etat que le leur", a expliqué Jonathan Todd, porte-parole du commissaire européen à l'emploi Laszlo Andor. "Il est doté d'un budget de 4 millions d'euros et permet d'accorder des soutiens entre 200 et 300 euros afin de couvrir les frais de déplacement engagés pour un entretien d'embauche ou une partie des frais pour une formation linguistique", a-t-il précisé.

Le projet va transformer Eures, le portail européen sur la mobilité de l'emploi, en un service paneuropéen pour l'emploi ouvert à tous les ressortissants de l'Union européenne. "Certains jeunes ne trouvent pas d'emploi chez eux parce que leur pays n'a pas besoin de leurs compétences [2], mais ces mêmes compétences peuvent être recherchées dans un autre pays de l'UE", a expliqué Jonathan Todd. Eures va permettre de recenser les compétences recherchées sur les marchés des quatre pays participant au projet pilote et les demandes d'emplois.

"Près de 2.000 offres ont déjà été identifiées pour le lancement du projet pilote, qui espère aider 5.000 jeunes à trouver un emploi dans sa phase de lancement", a-t-on expliqué à la Commission. "Les politiques pour l'emploi sont une compétence nationale et la Commission n'entend pas se substituer aux responsabilités des Etats", a insisté Jonathan Todd. "Nous n'avons pas de solution miracle au chômage des jeunes. Nous pouvons seulement faire des recommandations et donner des conseils", a-t-il rappelé.

"Le projet pilote n'a pas vocation d'aider les 54% de Grecs qui sont sans emplois et nous ne prétendons pas le faire, mais il peut aider à signaler les offres qui demandent leur profil de formation dans un autre Etat", a-t-il conclu.

(Source : L'Expansion)

[1] Autrement dit, une poignée ! Gageons que la préférence ira aux plus qualifiés...
A noter que l'encouragement à la mobilité du travail dans l'UE fait partie de ses propositions ultralibérales pour relancer l'emploi rendues publiques le 18 avril dernier.

[2] Par exemple les "pays du Sud", décimés par la crise et les politiques d'austérité, dont les jeunes diplômés sont invités en Allemagne, leur vieillissant tortionnaire...



Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 22 Mai 2012 02:16 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...