Actu Chômage

lundi
14 octobre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse L'Unedic ne voit pas le chômage baisser avant 2014

L'Unedic ne voit pas le chômage baisser avant 2014

Envoyer Imprimer
Mercredi 16 mai, l'Unedic a publié des prévisions d'emploi préoccupantes. Selon l'organisme, 178.500 personnes de plus seront inscrites en catégorie A d'ici fin 2012. Pour 2013, la hausse serait de 128.300 personnes. "On dénombrerait ainsi 3.155.100 inscrits en décembre 2013", affirme l'assurance chômage.

Alors que François Hollande a affirmé son intention d'inverser la courbe du chômage, l'Unedic ne voit pas de raison d'espérer une telle évolution. Après avoir avoisiné 50.000 personnes en plus par trimestre en 2012, la hausse ralentirait à 20.000 incrits par trimestre fin 2013, mais ne s'interromprait pas. A cela une raison simple : les destructions d'emplois ne devraient pas s'arrêter avant le second semestre 2013. En parallèle, le nombre de demandeurs d'emplois en activité réduite continuerait également d'augmenter.

Hausse du chômage, baisse de l'emploi : l'effet ciseau est immédiat sur les finances de l'Unedic. L'organisme prévoit de perdre 3 milliards d'euros cette année. Ces prévisions sont toutefois un peu moins sombres que celles publiées en janvier, qui voyait le chômage progresser beaucoup plus fortement cette année, ce qui devait faire frôler le déficit avec les 4,3 milliards. Pour 2013, l'organisme prévoit de perdre à nouveau 3,2 milliards, ce qui gonflerait la dette cumulée au niveau historique de 18,2 milliards d'euros.

Jean-François Pillard, le président (Medef) de l'Unedic, se veut toutefois rassurant. "Nous arrivons pour l'instant sans difficultés à nous financer sur les marchés. Dans ces conditions, le niveau d'endettement est contrôlé, même s'il nécessite en effet une grande attention", affirme-t-il. De quoi laisser le temps aux partenaires sociaux de négocier une nouvelle convention assurance-chômage pour tenter de rétablir l'équilibre financier. Parmi les pistes d'évolution possibles, la dégressivité des allocations, la modulation des cotisations employeurs ou la très épineuse question du coûteux régime des intermittents du spectacle. La conférence sociale, promise pour mi-juillet par François Hollande, devrait donner le top-départ à cette renégociation.

(Source : Le Monde)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 18 Mai 2012 09:49 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...