Actu Chômage

dimanche
18 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Nous sommes les 99%… d'immobiles ?

Nous sommes les 99%… d'immobiles ?

Envoyer Imprimer
Judith Bernard, professeure de lettres modernes et chroniqueuse d'Arrêt sur Images, est passée hier soutenir les valeureux Indignés de La Défense, leur prodiguant couvertures et thé bouillant. Elle les a quittés plus indignée qu'avant, puis rédigé ce billet rempli de honte...

J’écris dans le RER qui me ramène de la station «Grande Arche de la Défense», où résiste tant bien que mal la mobilisation des Indignés de France. Enfin disons d’Ile-de-France. Et puis disons esquisse de mobilisation : à peine un commencement, peut-être déjà la fin, et surtout l’impression d’un immense écart, douloureux, pathétique, entre la grandeur du principe, de l’enjeu, du propos, et les dimensions dérisoires de l’événement…

Bref, disons plutôt la vérité : j’écris dans la honte.

La honte d’être de France

La honte d'être de ce pays jamais las d’arpenter les boulevards entre République et Bastille, en cortèges inoffensifs qui ne font plus frémir personne — pas la police, et pas même ceux qui manifestent et ne le font (sans enthousiasme, encore) que pour la forme, forme d’ailleurs infiniment impropre puisque aucun des lieux réellement stratégiques n’est visé par ce parcours obsolète.

Honte d’être de France, ce pays incapable de passer à l’action et d’imiter — ne serait-ce que d’imiter ! À quoi en est-on réduit ? — ... les Indignados d’Espagne, ... les Américains d’Occupy Wall Street, ... et ceux de la City, ... tellement plus nombreux et plus courageux que nous autres les râleurs professionnels, tout occupés de maudire la finance mondialisée sur les forums internautiques où nous noyons par milliers notre colère dans l’abyssal océan de la toile, tandis que sur le parvis de La Défense ils sont aujourd’hui cinquante à peine, debout, mais gelés et fatigués, à attendre — en vain ? Pour combien de temps encore ? — que nous les rejoignions.

J’en reviens de ce parvis où j’ai porté couvertures, bonnets, gants et thé bouillant à des jeunes gens un peu perplexes, qui s’inquiétaient : où sont les gens ? Où sont les Indignés de France dont on entend partout la colère, mais une colère sans bras ni jambes, où sont-ils et qu’ont-ils fait de leurs forces, les Parisiens si prompts à défiler dans les manifs, à remplir les métros bondés et les magasins les jours de soldes, les petits trottoirs des jolis quartiers de promenade quand vient le dimanche et l’envie de prendre l’air ?

Tandis que souffle le vent de l'Histoire

Ah ça, le vent souffle sur le parvis, c’est un lieu dur, austère, ingrat pour une occupation, mais c’est une dureté qui fait symbole pour celle du monde économique, et d’autant mieux voir la détermination de ceux qui viennent d’y passer quatre nuits.

Figurez-vous cela : quatre nuits sur le béton, sous la méchante petite pluie glacée, et sans tentes puisque les Forces de l’ordre les leur ont dès le premier soir arrachées — ah ces images (voir plus bas) : des CRS robocopiés, l’humain dissout dans l’armure, tiraillant sur les toiles de tentes jusqu’à les déchirer — «trouble à l’ordre public» ? Mais quel trouble ? Le parvis est immense et fussent-ils deux mille, les Indignés n’empêcheraient pas encore qu’on y circule, qu’on s’y presse, pour foncer tête baissée vers les longues tours où l’on travaille toujours plus pour toujours moins de sens, sinon celui de la pente dégringolant droit dans le mur.

Faut-il donc que la France le manque, ce rendez-vous historique ? Tandis que les mois passés ont vu, aux quatre coins du monde, se réveiller les peuples, les faire prendre la rue et parfois le pouvoir, il faudrait que ce soit là, dans le berceau des Lumières dont tous les mouvements d’émancipation du monde peuvent encore se réclamer, qu’on soit les plus résignés, les plus inertes et les moins ambitieux ? C’est à nous, les enfants de Voltaire et de Montesquieu, que revient l’indigne tâche d’enterrer le mouvement dans le désarroi de sa faiblesse ? On la voit venir, depuis un moment, cette basse besogne qui nous incombe, à nous qui n'avons pas encore assez mal. Car c'est la seule hypothèse qui tienne pour expliquer la faiblesse du mouvement Indigné en France : la jeunesse française, comparée à l'espagnole par exemple (et apparemment à l'américaine et à l'anglaise, aussi), ne souffre pas encore assez.

[...] Ce qu'en termes grossiers on pourrait traduire comme suit : les Français ne sont pas encore assez dans la merde pour en avoir plein le cul au point d'aller se les geler sur le parvis de La Défense.

Il faut donc avoir atteint le dernier degré du tragique pour entrer sur la scène de l'Histoire ? Etre vraiment au désespoir pour oser enfin embrasser l'espérance de l'action ? Il faudrait donc souhaiter qu'on en arrive là pour que ça bouge ?!

=> Lire la suite de l'article sur @si


Pourtant, vendredi soir, ça semblait bien parti :



Aujourd'hui, ils ne sont plus qu'une poignée... Explication :

Dès le premier soir...


Et le cinquième...


Le Journal des Indignés => www.occuponsladefense.net

Le 11/11/11 – Tous à La Défense !

Dans le cadre de la journée d’action mondiale du 11 novembre 2011, nous lançons un appel à tous les citoyens : Rejoignez les Indignés qui occupent La Défense depuis le 4 novembre et qui subissent les agressions répétées des forces de l’ordre et la dureté du climat.

Pour nous rejoindre, 2 possibilités :

• Soit participer à la “Marche des 99%” qui partira du Mur pour la Paix (Champ de Mars, au pied de la Tour Eiffel) à 11h11 et se dirigera vers La Défense,
• Soit rejoindre le camp à n'importe quelle heure, devant la Grande Arche de La Défense.

Une grande assemblée populaire sera organisée à La Défense à partir de 14 heures. Venez nombreux !



Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 09 Novembre 2011 14:42 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...