Actu Chômage

jeudi
5 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique La discrimination d'origine sociale doit être inscrite dans la loi

La discrimination d'origine sociale doit être inscrite dans la loi

Envoyer Imprimer
Telle est la revendication d'ATD Quart-Monde, qui dénonce diverses formes de "racisme anti-pauvres" et dont une délégation été reçue par la HALDE.

Nous en parlions il y a tout juste une semaine : le bébé d'Aurélie va être viré de la crèche qui avait pourtant commencé à l'accueillir en connaissance de cause, au motif que sa mère est au chômage. Nombreuses sont les femmes privées d'emploi — pire : seules avec leur(s) enfant(s) — à être, ipso facto, systématiquement refoulées des structures collectives les moins onéreuses qui, pourtant, leur permettraient de retrouver plus vite et plus sereinement le chemin du travail. Dans la même veine, nous avions déjà dénoncé des communes (Vaires-sur-Marne, Meaux, Houilles, Colombes…), de droite comme de "gauche", refusant d'accueillir des enfants de chômeurs dans leurs cantines.

Cette violation du principe d'égalité, contraire aux valeurs de la République, est une discrimination sociale. Mais elle n'est pas inscrite dans l'article 225-1 du Code pénal qui définit 18 critères constitutifs comme l'origine, le patronyme, le sexe, la grossesse, la situation de famille, l'apparence physique, l'âge, l'état de santé, le handicap, les opinions politiques ou les activités syndicales, les convictions religieuses, les mœurs, l'orientation sexuelle, les caractéristiques génétiques, etc... Rien sur la discrimination socio-professionnelle (chômage) et sociale (pauvreté) qui sévit de façon légale et on ne peut plus ordinaire. Une lacune fondamentale à laquelle ATD Quart Monde compte bien remédier.

Le "racisme social", ça existe

Un groupe de travail du comité consultatif d'ATD Quart Monde s'est rendu lundi à la HALDE afin d'étudier l'opportunité d'instituer ce nouveau critère de discrimination dans la loi, muni d'un dossier recensant de nombreuses preuves concrètes de "racisme anti-pauvres" au quotidien.

On connaissait déjà l'attitude discriminatoire des médecins envers les bénéficiaires de la CMU. Mais le pharmacien, lui aussi, peut vous faire ressentir le mépris qu'il éprouve pour le paria que vous êtes en vous tendant votre Carte vitale. Même chose pour l'enfant mal habillé qui supporte les quolibets de ses petits camarades, quand il ne subit pas la morgue d'une institutrice persuadée de sa mauvaise éducation, ou du caractère inné de sa paresse. Même chose pour accéder au logement : vous êtes pauvre, on vous recale, dans le privé comme dans le "social".

Outre le fait de souffrir de leur situation, ces personnes sont considérées comme coupables, stigmatisées et mises à l'écart. On les juge en permanence, ou on les humilie. Objets de tous les soupçons, les pauvres sont plus contrôlés que le reste de la population et subissent de mauvais traitements, y compris de la part des administrations et des services publics. Dans trop de situations, le fait d'être chômeur et indigent représente un obstacle supplémentaire que rien ne justifie.

D'autres pays ont légiféré

Plusieurs traités internationaux reconnaissent la «fortune» et l'«origine sociale» comme causes de discrimination, affirme ATD Quart Monde. La Belgique et le Canada ont déjà reconnu ces critères dans leur législation. Ainsi, au Canada, des tribunaux ont condamné des propriétaires qui avaient refusé de louer un appartement à des bénéficiaires d'allocations de l'État : une discrimination liée au fait que l'insolvabilité du locataire n'a pas été vérifiée mais présumée sur la base de son statut d’"assisté". En Angleterre, le mot «Povertyism» (racisme anti-pauvres) est entré dans le langage courant.

C'est pourquoi ATD Quart Monde souhaite que la France ratifie le protocole (n°12) additionnel à la Convention européenne des droits de l'Homme qui rendrait applicable l'article 14 de la CEDH reconnaissant le critère de discrimination sociale. Cette décision permettrait à toute la société de se confronter à ce "racisme anti-pauvres" qu'on ne veut plus voir.

Pour ATD Quart Monde qui ne compte pas lâcher l'affaire, cette rencontre avec la HALDE est un premier pas vers l'indispensable introduction de ce nouveau critère dans nos textes. Il va sans dire que nous soutenons son initiative et son combat. Affaire à suivre...

SH

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 19 Septembre 2011 23:14 )  

Commentaires 

 
-1 # Pili 2010-09-30 19:53 Très bonne initiative qui rejoint notre combat!
Proposition sans doute à retenir dasn nos 10 propositions
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
-1 # cécile8 2010-09-30 21:52 oui, le point qui est à introduire est le refus du contrôle des pauvres, c'est pas normal cette culpabilisation ! c'est rabaissant discriminatoire et traumatisant!
bravo pour cet article
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # maguy 2010-10-03 11:16 Je me trompe ou bien l'aumône balancée ressemble à un préservatif ? Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # cécile8 2010-10-03 15:17 :) ça pourrait…
ce que je ne comprends pas, par rapport à l'initiative de Atd Quart Monde en France précisément est qu'ils n'attaquent pas la source même de la précarisation aujourd'hui, qui est le rsa, qui lui-même stigmatise les pauvres…avec tous les contrôles pouvant aller du train de vie aux comptes des mômes, aux obligations d'intégrer des stages sans plus de pouvoir décisionnel…enfin tout ce qu'on sait et qui est dénoncé sur Actu-chômage.
Malgré tout ATD demande l'augmentation du rsa qui est bien au-dessous du seuil de pauvreté
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
-1 # cécile8 2010-10-03 15:18 Mais bien que reconnue, la discrimination sociale continuera sur le problème de fond qu'est l'intégration des pauvres parce que le système est foutu pour exclure les uns au profit des autres…tant que le système d'aide qu'est le rsa ne sera que police et pauvre aumône, tant que les rsaistes ne seront pas entendus réellement sur leurs difficultés et protégés humainement à mesure de leurs difficultés! et tant qu'on leur fera payer les échecs de ce système Répondre | Répondre avec citation |
 
 
-1 # Romain 23 2010-10-04 08:10 j'avais moi-meme contactée la presidente d'ATD quart Monde, suite aux refus successifs des sociétés HLM d'une ville socialiste du centre de la france, societé HLM financée par des fonds publics, mais qui ne loge que les gens à 20 % du smig.
Le principe est de refuser tous les beneficiaires des minimas sociaux et de " refourguer" les dossiers aux autres sociétés HLM.Pourtant la société Habilim a une vocation sociale Inscrite dans ses statuts.
Devant cette discrimination, j'ai mis l'affaire dans les mains des responsables locaux d'ATD quart Monde.
Ceci a surement eu un effet , au moins pouvoir porter la discrimination à l'accès au logement devant les hautes instances.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # hervé 85 2010-10-04 12:37 cette discrimination anti-pauvres est bien pratique pour le pouvoir en place car elle permet de diviser les gens entre-eux, en les montrant du doigt comme boucs émissaires. Comme cela on ne regarde pas en haut, suivez mon regard! là où c'est bien connu l'honnêteté prime, les manipulations n'ont pas cours, non, non! les conflits d'intérêts non plus. C'est cela la magie du pouvoir, faire disparaître leurs nombreuses magouilles et faire apparaître à la place …les assistés de pauvres. Astucieux usage de la manipulation !!!! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
-1 # claudia75 2010-10-07 02:35 cela fait longtemps que cette situation perdure sauf qu'en 2010 c'est fait ouvertement comme sur tout le reste d'ailleurs.
Je vis cette situation au quotidien : humiliations, pas droit à la parole, sont impuissants qu'ils me disent alors que ces gens travaillent pour le sens commun, me distillent la peur, me font mourir à petit feu, m'empêchent de vivre ma vie…un suicide les arrangeraient sûrement…il faut le vivre pour le croire, on te brise aujourd'hui si tu n'as plus de travail bref si tu es pauvre.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # bamme 2012-02-05 00:44 sous prétexte que ses locataires sont bénéficiaires d'une aide social ce bailleur se permet de réclamer des travaux qui seraient dus à un chauffage insuffisant alors que les vices cachés de sa maison sont connus de tous;ne serais ce pas une discrimination sociale doublée d'une escroqherie sachant que ces pauvres gens n'auront pas les moyens d'aller en justice et défendre leur bonne foi? Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...