Actu Chômage

jeudi
29 octobre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Prix alimentaires : On se fout de notre estomac et de notre gueule !

Prix alimentaires : On se fout de notre estomac et de notre gueule !

Envoyer Imprimer
Souvenez-vous, c’était il n’y a pas si longtemps. En ces temps d’abondance, la Communauté Européenne croulait sous les excédents agricoles. Aujourd’hui, la pénurie menace.

Les plus de 40 ans ont encore ces images en mémoire. Dans les 70’s et 80’s, il ne se passait pas une saison sans qu’on assiste au même spectacle désolant : des paysans désabusés déversaient des milliers d’hectolitres de lait ou entassaient devant les grilles des préfectures des tombereaux de fruits et légumes pour manifester leur colère de voir les prix s’effondrer.

En ces temps pas si lointains, l’Europe ne savait plus où stocker ses centaines de milliers de tonnes de beurre en excédent (on parlait alors de «montagnes»). Et la PAC (Politique agricole commune) allait imposer aux agriculteurs la mise en jachère d’une partie de leurs terres pour éviter les surproductions.

La campagne française se couvrit alors de parcelles livrées aux herbes folles et aux fleurs des champs.

La mise en jachère de dizaines de milliers d’hectares et la fixation de quotas de production paraissaient inéluctables aux autorités pour garantir la stabilité des cours des matières premières agricoles (blé, viande, fruits…).

Aujourd’hui, retournement total ! On nous annonce que la pénurie menace, y compris en France. Que les cours mondiaux s’envolent et qu’ils justifient la flambée annoncée des denrées alimentaires, à commencer par celles qui constituent la base de nos repas : pain, pâtes, viande, fruits et légumes…

On évoque des +10, +20 et même +30% dans les 12 prochains mois. Cherchez l’erreur !

Situation d’autant plus ahurissante que, depuis le passage à l’euro, ces prix ont déjà connu des poussées inflationnistes sur lesquelles tout le monde s’accorde.

Si on savait que la France a bradé, ces 30 dernières années, des pans entiers de son industrie. On découvre aujourd’hui qu’elle n’est plus en mesure de nourrir à coût modique ses 64 millions d’habitants.

Ainsi notre pays de cocagne, qui dispose d’immenses surfaces agricoles et de terroirs exceptionnels, cette terre de France bien grasse et arrosée par d’abondantes précipitations, se trouverait reléguée au rang des pays qui ne peuvent subvenir à leur autosuffisance alimentaire et subissent alors les lois du marché mondialisé.

Pourtant, il y a à peine un demi siècle, la France pouvait se passer de l’extérieur pour fournir le pain quotidien de ses habitants. Seule l’importation de quelques productions «exotiques» comme le riz, les bananes et autres ananas, rééquilibrait un peu les plateaux d’une balance commerciale agricole outrageusement excédentaire.

Par sa superficie, sa géographie, sa pluviométrie, par l’excellence de sa paysannerie, la France était alors le grenier à blé et le garde-manger de l’Europe de l’Ouest… et d’une partie de la planète.

Aujourd’hui, on nous apprend que cette époque est révolue et que la France doit se plier aux cours internationaux des matières premières agricoles, à l’instar des pays contraints d’importer 40, 50 ou 60% de leurs denrées (Niger, Égypte, Mali…).

«On n’y peut rien, c’est comme ça ma bonne Dame ! Le cours du blé, ce n’est pas nous qui le fixons, c’est la Bourse de Chicago !»

Le prix des pâtes, du beurre, du lait, de la confiture… ne relève pas de nos capacités de production et de nos besoins. Non, il est fixé ailleurs, par ceux qui, à Wall Street, Paris, Londres, HongKong ou Francfort, tirent les ficelles d’une pelote emmêlée à l’extrême.

La Mondialisation ne régule pas le sacro-saint Marché des matières premières agricoles : elle le déréglemente jusqu’à l’absurde.

Seule la volonté politique de s’y soustraire peut nous permettre de fixer nous-mêmes le prix des produits alimentaires que nous produisons et consommons sur place.

Il n’est plus admissible que les consommateurs français, notamment les plus fragilisés, soient la proie de la voracité spéculatrice de compagnies et de banques transnationales.

Il n’est pas admissible que le cours du blé produit à 30 kilomètres de chez son boulanger, soit fixé à 8.000 kilomètres de là.

Si nous laissons faire le Marché, un jour viendra où des millions de Français ne mangeront plus à leur faim.

Et le bilan de la dernière campagne des Restos du Cœur semble malheureusement confirmer que nous sommes bien engagés dans cette voie.

YB

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 07 Juin 2011 13:02 )  

Commentaires 

 
0 # tristesir 2011-04-06 00:27 Rien n'échappe à la spéculation.
Le marché a du décidé que le coût de production en France de produits agricoles étaient trop élevés et/ou que le français moyen avait une solvabilité qui pouvait être mieux exploitée. (les pauvres, leur sort est réglé comme partout dans le monde: tu n'as pas d'argent pour acheter de la nourriture, on attend de toi que tu crèves discrètement sans faire de bruit)
(le même raisonnement est à l'oeuvre avec le prix de l'énergie)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # hervé85 2011-04-06 12:28 Nous assistons jours après jours à une régression sociale sous couvert de modernité. La finance mondialisée s'empare de tous les secteurs stratégiques et joue avec la vie des gens de la planète. Le profit rapide est la seule loi de cette jungle informatique des traders et autres banques mondialisées. Ce qui est étonnant c'est notre passivité ou fatalisme devant cette réalité inhumaine ! Nous devrions nous révolter, mais contre qui ? Cette mondialisation agit sans visage, et c'est cela qui la fait perdurer ! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-04-06 12:31 Elle a un visage. Pour le découvrir, il faut lire ce livre :

Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # hervé85 2011-04-06 12:46 C'est vrai Sophie, c'est l'école de chicago inspirée des thèses de Milton Friedman . Voir aussi le doc sur canal + la stratégie du choc qui est inspiré du livre de Naomi Klein. Il est passé avant-hier dans l'émission lundi investigation et repasse plusieurs fois en ce mois d'avril . Mea culpa ! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-04-06 12:51 Exactement ! Le prophète, et tous ses disciples. De vrais intégristes.

Pour ceux qui n'ont pas Canal+, le film est visible ici en 5 parties :

www.actuchomage.org/2010123013682/Social-economie-et-politique/pour-savoir-ou-lon-va-sachons-dou-nous-venons.html

Mais le livre est 1.000 fois meilleur. Carrément lumineux !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2011-04-07 14:11 Le documentaire est déjà bien éclairant: on comprend, entre autres, que la dictature est parfaitement soluble dans le capitalisme.
Et même mieux, le néolibéralisme s'est répandu grâce à la dictature.
Rappelez-vous les émeutes de la faim qui n'est pas liée à un problème de production mais à la spéculation et au fait que si tu n'as pas d'argent on te demande de crever la gueule ouverte sans faire de scandale.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # maguy 2011-04-08 07:42 Le kilo de pommes de terre est à 1,50€ chez mon discounter. Le moins cher est dans ma… superette, la salade verte est curieusement 1,20€ moins chère en bio que dans le monop du coin.
Je plains très sincèrement les familles nombreuses.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Économie, chômage, emploi : Comment appréhendez-vous ces 12 premiers mois ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...