Actu Chômage

mardi
20 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Pôle Emploi : ceinture sur les prestataires privés

Pôle Emploi : ceinture sur les prestataires privés

Envoyer Imprimer
Seul un tiers de la sous-traitance du suivi des chômeurs aux cabinets privés sera maintenue en 2011. C'est une bonne nouvelle pour ceux que l'on oriente, sous la contrainte, vers ces prestations souvent inutiles.

L'année dernière, face à l'explosion du chômage dans le cadre d'une fusion particulièrement inopportune, afin d'alléger les "portefeuilles" de conseillers ne pouvant suivre tous les nouveaux inscrits, la direction de Pôle Emploi a choisi d'intensifier son recours à des opérateurs privés de placement (OPP), bien que leurs performances soient inférieures et leur coût nettement plus élevé.

Ainsi, en juillet 2009, sans attendre le résultat d'un rapport commandé en vain pour l'occasion, il fut décidé que sur deux ans, 320.000 chômeurs seraient dirigés — souvent de manière contestable — vers ces prestataires — aux pratiques, elles aussi, souvent contestables — contre la modique somme de 425 millions d'euros.

Ces contrats d'accompagnement arrivant à échéance l'été prochain, afin d'équilibrer son budget, la direction de Pôle Emploi a annoncé qu'elle n'en renouvellera qu'un tiers : «Certains seront arrêtés à leur terme et d'autres maintenus pour une troisième année». Auront la primeur ceux «qui visent à prendre en charge les licenciés économiques». Le plus gros écrémage devrait concerner le programme "Trajectoire".

Par contre, les restrictions sur la maintenance des locaux et du matériel en agence (bornes internet, photocopieurs…), les fournitures (toner pour les imprimantes…) et, pire : le financement des formations (50% en moins dans certaines régions !) ont été passées sous silence. De cette manière, la suppression de 1.800 postes ne sera pas la seule source d'économies...

Le serpent qui se mord la queue

Problème : les conseillers, toujours aussi débordés et totalement enlisés dans une fusion kafkaïenne, devront reprendre le laborieux (voire impossible) "suivi mensuel personnalisé", puisqu'en 2011 le "lot" de chômeurs qui pourra être confié au privé se limitera à 80 ou 85.000 (alors qu'ils étaient 200.000 cette année).

Ce qui est amusant, c'est que Pôle Emploi va, à nouveau, procéder à une enquête quantitative et qualitative sur les résultats des 31 opérateurs sélectionnés et à l'ouvrage depuis la rentrée 2009, bilan dont les premières conclusions seront dévoilées au premier trimestre 2011. Encore une étude qui ne servira à rien puisque, dans un contexte de crise où le retour à l'emploi fut gravement compromis (la hausse continue des chômeurs de longue durée — +23% sur un an soit 37,2% des inscrits — le prouve), les 425 millions dépensés n'auront servi qu'à écoper un bateau qui fuit.

Très amusant est aussi le sort qui sera réservé aux salariés des OPP dont la collaboration se sera pas renouvelée, et qui viendront à leur tour s'inscrire à Pôle Emploi pour un accompagnement épique.

Tout aussi amusant est le postulat d'une amélioration du chômage en 2011 qui, virtuelle, résidera plutôt dans le trucage des chiffres et la hausse des radiations ou des "cessations d'inscription pour défaut d'actualisation" que dans une véritable sortie de crise.

Tout aussi amusant est le postulat d'une éventuelle amélioration de la "réorganisation" en cours du service public de l'emploi : 1.800 postes y seront supprimés au cours de l'année prochaine tandis que, par exemple, l'indemnisation des non-titulaires de la Fonction publique lui sera confiée.

Les chômeurs vont payer

On le sait, l'heure est aux purges tous azimuts. Le budget 2011 de la mission Travail et Emploi a été fortement réduit. Les comptes de l'assurance-chômage sont dans le rouge : son déficit cumulé s'élève à 10 milliards d'euros et devrait avoisiner les 14 milliards fin 2011.

Face à ce marasme, trois options se présentent : 1) Laisser filer le déficit en attendant le retour de la croissance - 2) Augmenter les cotisations - 3) Réduire l'indemnisation des futurs chômeurs en durée ou en montant.

On retire la première puisque, droit dans ses bottes, le gouvernement privilégie les politiques de rigueur afin de ne pas déplaire aux agences de notation. On retire la deuxième qui, tout du moins en ce qui concerne les cotisations patronales, sera rejetée par le Medef et la CGPME alors que la taxation de l'emploi précaire est une solution d'évidence; restent les cotisations salariales, qui ne seront peut-être pas épargnées sous prétexte que "la crise est derrière nous".

Retenons la troisième, celle qui consiste à spolier les victimes du chômage, trop affaiblies, ignorantes de leurs droits et bien trop isolées pour se défendre. Car, crise ou pas, c'est l'option systématiquement choisie — avec la complicité des syndicats, surtout la CFDT. Alors que les "partenaires sociaux" de l'Unedic doivent bientôt se réunir pour faire le bilan de leur Convention 2009-2010 et renégocier celle de 2011, gageons que nous pendent au nez de nouvelles restrictions.

On le voit, l'année prochaine, la seule consolation pour les chômeurs sera d'échapper au suivi bidon obligatoire par les OPP et, grâce du chaos qui règne à Pôle Emploi, d'être éventuellement un peu moins harcelés. Mais on devine que le revers de la médaille, côté Unedic, risque d'être autrement cuisant.

SH

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 09 Décembre 2010 03:35 )  

Commentaires 

 
0 # hervé85 2010-12-09 12:26 En mai 2010 , j'ai reçu un courrier de Popaul me confirmant mon inscription à la prestation bien connue sur le site … trajectoire emploi, sauf que je n'ai jamais été consulté avant. Ils m'ont inscrit à mon insu. Drôle de pratique. Je venais de finir la prestation … cible emploi, inutile de dire que la flèche n'a pas atteint la cible , ce n'était pas suffisant , faut bien engraisser les organismes privés n'est-ce pas? bref , que ces mêmes organismes privés innéficaces la plupart du temps n'aient plus la manne financière de l'état me parait logique et approprié ! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2010-12-09 16:24 Si on vous a envoyé en "Trajectoire" à votre insu, c'est illégal :

http://www.actuchomage.org/2010111813152/Mobilisations-luttes-et-solidarites/prestations-daccompagnement-dans-le-prive-vices-de-procedure.html
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Morland 2010-12-09 17:40 En parlant de ces parasites qui s'engraissent sur la bête à l'agonie, y'aurait-il des gens qui ont ou ont eu affaire avec "SODIE", l'un de ces "prestataires de services". J'aimerais beaucoup avoir votre point de vue, étant moi-même en stage de trajectoire vers dieu sait quoi… Je me sentirai surement moins seul en ayant d'autres avis, qui sait peut-être même positif :) Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Morland 2010-12-09 18:03 La bête en question :

http://www.sodie.com/

captainemorland @sfr.fr

Motivé, motivé, il faut se motiver…
C'est un peu près les seules conneries dont on vous bourrera la tête dans ces lieux de perdition. La propagande dont on vous gave pire qu'une oie c'est que de toute façon, si vous êtes là, c'est surtout votre faute, d'une part, et que d'autre part en termes fort peu élégants mais réalistes tout ce qu'on vous forcera à admettre c'est d'apprendre à bien faire la pute pour le moins cher possible pour "savoir se vendre".

Au passage, même s'il y a de nombreux bouquins qui traitent du néolibéralisme, qui est quand même le fond du présent sujet, pour ceux et celles qui ne connaissent pas cet économiste, lisez donc "la dissociété" de Jacques Généreux. C'est écrit dans un style clair et compréhensible et ça peut toujours servir de base pour appréhender autrement le grand chaos qui glisse de + en + méchamment vers le point de non retour.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2010-12-09 19:03 Il serait plus simple de vous rendre sur nos forums, où ça discute pas mal sur l'accompagnement des chômeurs :

http://www.actuchomage.org/forum/index.php?f=15&rb_v=viewforum
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # hervé85 2010-12-10 12:25 je n'ai pas fait la prestation trajectoire emploi, ayant dit ce que je pensais de leurs pratiques en présence d'une dizaine de personnes demandeuses d'emploi. Celles-ci me regardant médusées parce que je disais mes 4 vérités. Ce que je regrette c'est cette soumission bien répandue dans la tête de certains qui baissent la tête et obéissent mécaniquement. Certes, tout dépend des situations de chacun, mais quand même. Veuillant m'entretenir avec la personne de pôle emploi, celle-çi me disant qu'elle n'avait pas le temps , car elle … travaille ! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # rod 2010-12-17 17:23 Après une période d'essai en septembre en CAE où je perdais plus d'argent que de gain de travail, je suis retournée à la case pole emploi…mais depuis octobre, pole emploi ne m'a pas convoqué pour aucun rendez vous mensuel…c'est comme si je n'existais plus pour eux ni non plus pour les conseillers dédié au RSA! D'un côté tant mieux, moi je continue ma recherche actove d'emploi, je décroche quelques entretiens mais est ce que ça intéresse quelqu'un à part moi? Avec le RSA on doit rendre compte de sa recherche d'emploi mais appremment soit ils m'ont zappé, soit ils ont trop de travail! Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...