Actu Chômage

jeudi
12 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Nos actions et engagements Mardi, les chômeurs étaient dans la rue

Mardi, les chômeurs étaient dans la rue

Envoyer Imprimer
Contre la réforme des retraites du gouvernement, Actuchomage a défilé à Paris avec les associations de Chômeurs et Précaires. Reportage.

La place de la République était noire de monde. Il a fallu deux cortèges — l'un partant vers Bastille par le boulevard du Temple, l'autre vers Nation par le boulevard Voltaire — pour diluer toute cette foule où hommes, femmes, jeunes, enfants, retraités et salariés (du privé comme du public), étaient venus pêle-mêle dire NON à la réforme scélérate de l'UMP.

Nous avons retrouvé la CGT-Chômeurs qui nous attendait avec son camion. Quelques membres d'AC! étaient présents. L'APEIS est venue avec ses banderoles, puis s'est dispersée dans la masse. Nous, Actuchomage, étions là aussi avec nos parapluies, question de rappeler à tous que, malgré le beau soleil qui a contribué au succès de cette journée, un déluge de chômeurs et de précaires s'est abattu sur la France, que l'orage n'est pas terminé et que ses conséquences sont/seront dramatiques.

Les images de Pili :


Nous espérons que les syndicats ne vont rien lâcher, qu'ils ne vont pas tomber dans le panneau des petites concessions gouvernementales, et que la mobilisation va se poursuivre. Car si cette journée du 7 septembre 2010 devait rester unique et non suivie, tout cela n'aura servi à rien : elle n'aura été qu'une "promenade digestive" de plus, et le sentiment de trahison sera fort.

Les directions syndicales, qui méprisent les chômeurs, sont-elles légitimes dans cette affaire ? Leurs représentants ont signé tellement d'accords qui trahissent le salariat, avec ou sans emploi... Les syndicats sont tellement peu à côté des jeunes et des précaires.

La retraite est un droit qui nous concerne tous. La modification de notre régime n'impose-t-elle pas plutôt un référendum, une consultation populaire ?

Le débat parlementaire sur la réforme des retraites est volontairement limité à 50 heures : Est-ce cela, la démocratie ?

Rien n'est joué, et il ne faut rien lâcher. C'est un véritable bras de fer qui est engagé.
L'avenir de nos retraites ne doit pas reposer sur le bobard démographique qu'on tente de nous faire avaler, mais sur des décisions économiques justes et sérieuses dont, en première ligne, le partage équitable des richesses.

Ce projet de réforme doit être retiré.

On le répète : plus que les salariés, ce sont les chômeurs et les précaires qui paieront les pots cassés ! Si vous êtes resté chez vous hier, nous espérons que cette vidéo vous donnera envie de sortir nous rejoindre dans la rue la prochaine fois. Pour Actuchomage, nous étions onze : il faudra qu'on soit au moins deux fois plus !

SH


Pourquoi cette réforme est une entourloupe ?
Plus claire que toutes les explications théoriques, la démonstration de Franck Lepage et Gaël Tanguy de Scop Le Pavé :



La suite de cette excellente "conférence gesticulée" :

Mis à jour ( Vendredi, 10 Septembre 2010 16:10 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...