Actu Chômage

jeudi
2 avril
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Le CTP, instrument de paix sociale ?

Le CTP, instrument de paix sociale ?

Envoyer Imprimer
Outre escamoter des salariés fraîchement licenciés dans la catégorie D de Pôle Emploi au lieu de l'officielle A, le CTP et la CRP servent aussi à étouffer les conflits sociaux.

Licencié fin 2006 dans les Ardennes, «cobaye», malgré lui, du contrat de transition professionnelle et animateur de l’Association des anciens de Thomé-Génot, Charles Rey témoigne :

« Le seul avantage du contrat de transition professionnelle, c’est de toucher l’équivalent d’un an de salaire brut (80% du salaire brut). L’AFPA (Association pour la formation professionnelle des adultes, chargée de suivre le dispositif CTP) parle de 60% de retour à l’emploi. N’importe quoi, ces chiffres ! Ils comptent toutes les sorties du CTP, des CDD de 3 mois, de 6 mois, de l’intérim... En réalité, en février dernier, seuls 20% des licenciés de Thomé-Génot avaient retrouvé un CDI. Sur 267 salariés licenciés et entrés dans le CTP, 180 recherchent toujours un emploi durable.

On nous a parqués pendant un an

« Mêmes résultats chez nos copains de Lenoir et Mernier, la boulonnerie de Bogny-sur-Meuse, victimes eux aussi des agissements d’un patron voyou. Ils sont rentrés dans le CTP un an après nous : 97 sont toujours au chômage. En fait, avec le CTP, on a cherché à nous parquer pendant un an. Histoire que les «Thomé-Génot» arrêtent de foutre le bordel. On nous a donné des formations qui, la plupart du temps, n’ont servi à rien. Des trucs pour occuper les gens. Des formations sur «comment faire un CV» ou de l’informatique. Alors, les gens faisaient de beaux CV, et après ? Rien... Pour retrouver un travail, ça ne sert à rien. La seule formation qui ait marché, c’est celle sur le permis poids lourds : une quinzaine de personnes ont été embauchées en CDI comme chauffeurs.

Les patrons s'en lavent les mains

« Pour moi, le CTP ne marchera jamais si on n’engage pas les patrons dans le dispositif. Après vingt ans de boîte, le gars qui est licencié ne sait rien faire d’autre que bosser sur sa machine, qu’il connaît par coeur. Il est licencié. On lui dit : «Fais une formation». Mais comment peut-il choisir, s’il ne sait pas ce dont il y a besoin dans la région ? J’avais proposé des tables rondes avec les patrons ardennais pour qu’on sache vers quelles formations s’orienter. Elles n’ont jamais eu lieu.

Au terme d’un long conflit, on a réussi à monnayer notre entrée dans le CTP contre une prime de préjudice moral de 25.000 €. Mais en vérité, ce n’est pas de l’argent qu’on voulait : on voulait du travail. Une fois que les syndicats ont négocié, on a fini par accepter. On a dit, d’accord, on prend l’argent mais pour survivre, en attendant de retrouver un travail. S’il y avait eu le choix entre 25.000 € et un CDI, tout le monde aurait pris le CDI, c’est évident. »

(Source : L'Humanité)

NDLR : A fin mai, la catégorie D — ex catégorie 4, demandeurs d'emploi non immédiatement disponibles en arrêt maladie, en stage ou en formation, CRP ou CTP — a vu ses effectifs croître de 3,4% sur un mois et 19,3% sur un an avec 207.500 inscrits. En avril, on y comptait 58.000 CRP (+ 139% en un an) et 5.000 CTP (+ 250% sur un an), deux dispositifs qui doivent être étendus.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 04 Août 2009 20:33 )  

Votre avis ?

Réforme des retraites : Qui va remporter le bras de fer engagé le 5 décembre ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, merci de le faire par mail en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le remplissant et en...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...