Actu Chômage

dimanche
15 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Les recruteurs préfèrent les hommes

Les recruteurs préfèrent les hommes

Envoyer Imprimer
L'auteure de cet article semble surprise de l'information dont elle nous fait part. Nous nous réjouissons qu'elle mesure enfin l'ampleur de la discrimination que subissent les femmes dans le monde du travail, et le chemin qu'il reste à parcourir pour que les ressources (in)humaines intégrent totalement l'égalité hommes-femmes dans leurs pratiques.

L'enquête de la DARES «Offres d'emploi et recrutement», publiée fin juillet 2009, a de quoi surprendre : en 2005, non seulement un quart des employeurs du secteur privé interrogés déclaraient ne pas être "indifférents" au genre des candidats lors du recrutement, mais 70% d'entre eux déclaraient préférer recruter des hommes plutôt que des femmes. D'ailleurs, 93% des employeurs ayant exprimé une préférence quant au recrutement d'un homme plutôt que d'une femme, l'ont concrétisé dans le choix du candidat retenu.

On constate également que les hommes sont nettement majoritaires parmi les salariés recrutés en CDI en 2005 : 59% d'hommes pour 41% de femmes, et ce particulièrement entre 30 et 39 ans. Sans surprise, les femmes sont également plus nombreuses à être embauchées en temps partiel.

Pourquoi tant de réticence ? Les "préférences sont principalement motivées par la nature du poste à pourvoir". En d'autres termes, des postes qui impliquent des contraintes physiques. Un constat qui reflète l'association que peut faire l'employeur entre le genre du candidat et les qualités requises pour un poste. Lorsque les employeurs expriment le souhait de recruter une femme, ils le justifient non seulement par la nature du poste à pourvoir, mais aussi par les préférences du client ou de l'usager.

Maigre consolation, l'étude de la DARES révèle que les employeurs sont, cependant, plus fréquemment satisfaits du travail de la personne recrutée lorsque celle-ci est une femme. Mais ça, c'est un autre débat...

(Source : Mode(s) d'emploi)

A lire également cette interview pour L'Expansion de Brigitte Grésy, auteure d'un rapport sur l'égalité homme-femme au travail remis au gouvernement : selon elle, "seules les sanctions financières font réfléchir les employeurs".


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 15 Août 2009 14:29 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...