Actu Chômage

lundi
9 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Amendement Lefebvre : dur dur d'être un fayot

Amendement Lefebvre : dur dur d'être un fayot

Envoyer Imprimer
D'abord rejeté lors de son examen en commission des Affaires sociales à l'Assemblée, puis par le gouvernement et les députés, l'amendement explosif de Frédéric Lefebvre a été chaudement soutenu par Xavier Bertrand et Xavier Darcos. Explications.

Exit donc l'amendement de Frédéric Lefebvre qui aurait pu autoriser les salariés en arrêt maladie à travailler de leur domicile (sur la base du vo-lon-ta-riat, bien entendu) pendant ledit congé. […] Les conditions de son retrait éclairent d'une instructive lumière les conditions de fabrication des «petites phrases» politiques, matière première de l'actualité fabriquée quotidiennement par les médias.

Lefebvre fut d'abord soutenu dans son combat par ces deux éminents responsables politiques que sont Xavier Darcos et Xavier Bertrand. Interrogé sur i>Télé, Darcos s'engagea dans les termes suivants : «Je ne vois aucune raison à ce que quelqu'un qui s'est cassé la jambe ne puisse pas travailler, sur la base du volontariat. Ça ne me choque pas». La proposition Lefebvre n'était «en aucun cas un recul social» renchérit Bertrand. «Ce que propose Frédéric Lefebvre, c'est une possibilité», souligna-t-il sur France Info, «c'est-à-dire qu'un salarié immobilisé chez lui pendant longtemps, qui se sent en état de pouvoir travailler, pourrait le faire dans le cadre du télétravail, ce qui règlerait tous les problèmes de responsabilité et également la question de sa rémunération».

On sait ce qu'il advint de l'amendement Lefebvre : désavoué par le gouvernement, par la voix de Nathalie Kosciusko-Morizet, il fut aussitôt retiré. Dans sa chronique d'Europe 1, Pierre Askolovitch, toujours bien informé sur les drames et les quiproquos de la Cour, expliquait les raisons du soutien de Darcos et Bertrand : tous deux, les malheureux, croyaient que Lefebvre, porte-voix officieux officiel, était la voix du «château», ce qui donne la mesure de la force de leurs convictions. Or non. Horreur et révélation : Lefebvre ne portait dans l'affaire que la voix de Lefebvre. Le métier de fayot est un métier difficile qui mériterait bien, de temps en temps, un arrêt-maladie.

(Source : Arrêt sur Images)
Mis à jour ( Lundi, 01 Juin 2009 01:41 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...