Actu Chômage

lundi
17 février
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Le RSA adopté en première lecture

Le RSA adopté en première lecture

Envoyer Imprimer
Malgré une longue gestation, le «bébé» de Martin Hirsch a finalement accouché… d'un flop parlementaire.

L'ex-président d'Emmaüs, soi-disant homme de gauche, a tenu vaille que vaille à faire passer ce projet pour, peut-être, espérer rejoindre Michel Rocard, créateur du RMI en 1988, dans la postérité. A force de concessions, notamment sur son sens et sur son financement, il en est sorti totalement abâtardi. Le député communiste Roland Muzeau a ainsi parfaitement résumé la situation : «Le RSA n'est plus l'outil de lutte contre la pauvreté qu'il se promettait d'être. Il est devenu un dispositif de plus dans la stratégie gouvernementale et patronale de casse du droit du travail».

Sur 523 députés votants, le texte instaurant le RSA et sa généralisation au 1er juin 2009 n'a recueilli que 326 suffrages, dont 306 voix pour et 20 contre. Les Verts, le PS et le Modem se sont timidement abstenus tandis que le PCF votait contre. Le RSA n'a pas non plus fait le plein des voix à droite, avec 11 abstentions et un vote contre dans les rangs de l'UMP et du Nouveau centre.

Son examen au Sénat est annoncé pour le 20 octobre.

=> Lire NOTRE DOSSIER complet sur le RSA contenant la position officielle de notre association, farouchement opposée à ce dispositif.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 08 Octobre 2008 21:56 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2008-10-08 22:13 Afin de resserrer les rangs de la majorité, très divisée sur la taxation des revenus du capital, le gouvernement a accepté un amendement, voté mardi, qui institue le principe d'un plafonnement global des niches fiscales pour concourir au financement du Revenu de solidarité active.

«C'est un geste politique fort», a expliqué Marc-Philippe Daubresse, rapporteur UMP du projet de loi…

Hélas, ce plafonnement fantoche ne devrait dégager que la modique somme de 200 millions d'euros, et pas avant 2010 (soit un an après la généralisation du RSA) alors que le coût total des 486 niches fiscales actuellement en vigueur et qui exonèrent des milliers de contribuables aisés de l'impôt a constitué en 2007 un manque à gagner de 73 milliards d'€ pour les caisses de l'Etat !!!
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Réforme des retraites : Qui va remporter le bras de fer engagé le 5 décembre ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'a...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...