Actu Chômage

vendredi
4 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Chômage et heures sup’ : une politique de Gribouille

Chômage et heures sup’ : une politique de Gribouille

Envoyer Imprimer
Le 3 octobre dernier, le ministère du Travail indiquait que les heures supplémentaires avaient augmenté de 35% entre le second trimestre 2007 et la même période de 2008. Quatre jours plus tôt, l’ANPE avait annoncé la plus forte remontée du chômage depuis 1993.

Quantitativement, le succès des heures supplémentaires détaxées est indéniable. Mais, dans le contexte économique actuel, il traduit une politique de Gribouille. Face à la récession, le gouvernement devrait revenir d’urgence sur une mesure qui contribue à aggraver la situation de l’emploi.

Le nombre des heures supplémentaires déclarées — 182 millions au second trimestre 2008 — s’est donc accru de 6% par rapport au premier trimestre 2008 et de près de moitié par rapport au début 2007. Du coup, les exonérations correspondantes ont déjà coûté 1.355 millions à la Sécurité sociale sur les six premiers mois de l’année, auxquelles il faut ajouter les pertes d’impôt sur le revenu pour le budget de l’Etat. Soit un coût total estimé à 4 milliards d’euros en 2008 pour les finances publiques par Christine Lagarde. Quasiment la moitié du déficit de la Sécurité sociale cette année. Une politique qui profite surtout aux plus grandes entreprises : 85% des entreprises de plus de 2000 salariés ont eu recours à ce dispositif contre moins du tiers des entreprises de moins de dix salariés.

Chômage, le pire est à venir

Parallèlement, l’INSEE a annoncé un recul du PIB de 0,3% au second trimestre 2008 et la perte de plus de 29.000 emplois dans le secteur concurrentiel pour la première fois depuis début 2004. Avec en particulier un recul de 45.000 postes d’intérimaires, signe que la dégradation de l’emploi ne fait probablement que commencer : si l’activité n’avait pas reculé davantage au second trimestre 2008, c’était notamment parce que les entreprises ont gonflé leurs stocks à hauteur de 0,3 points de PIB, une tendance qui n’a aucune chance de se poursuivre.

De plus, la productivité a baissé parallèlement de 0,4% dans l’économie française, indiquant que les entreprises ont retardé l’ajustement à la baisse de leurs effectifs. Côté emploi, le pire est donc à venir, comme l’indique déjà la multiplication des annonces de plans sociaux.

Côté chômage, les derniers chiffres de l’ANPE confirment une inversion rapide de la tendance avec 41.300 chômeurs de plus au mois d’août dernier. Cette hausse devrait encore s’accélérer avec l’arrivée massive cet automne des nouveaux diplômés sur un marché du travail très déprimé : c’est déjà surtout chez les moins de 25 ans que la remontée du chômage est sensible. De plus, le gouvernement veut restreindre à partir de 2009 l’accès au dispositif «carrières longues» permettant aux salariés de plus de 56 ans qui ont commencé à travailler très tôt de partir en retraite avant 60 ans. Une initiative qui devrait, elle aussi, contribuer à aggraver significativement la situation du marché de l’emploi dans la mesure où c’était, pour une bonne part, le succès inattendu de ce dispositif qui explique la rapide décrue du chômage ces dernières années.

A quoi vont s’ajouter les effets de la toute nouvelle loi «portant rénovation de la démocratie sociale et réforme de la durée du travail» votée au début de l’été, qui multiplie encore les possibilités de faire faire des heures supplémentaires et d’allonger le temps de travail des salariés en «forfaits jours».

Des heures sup’ plutôt que des emplois

Bref, en période de croissance relativement rapide et de baisse du chômage, comme c’était le cas en 2007 lorsque Nicolas Sarkozy est devenu président de la République, il était déjà étrange d’inciter, avec force argent public, les entreprises à faire faire des heures supplémentaires aux salariés déjà en poste plutôt que d’embaucher des chômeurs ou des jeunes qui sortent de l’école. Alors qu’avec 8,5% de chômeurs en juillet 2007 la France se situait toujours dans le peloton de tête du chômage au sein de l’Europe des 27, précédée seulement par la Grèce, la Pologne et la Slovaquie… Mais aujourd’hui, il est tout simplement surréaliste de se féliciter de l’accroissement de ces heures supplémentaires.

Un petit calcul de coin de table illustre l’absurdité d’une telle démarche dans le contexte actuel : un emploi salarié coûtait, en 2007, 41.000 € en moyenne en France. Au lieu de dépenser 4 milliards d’euros avec comme résultat de dissuader les entreprises qui le pourraient encore d’embaucher, l’Etat pourrait donc, avec la même somme, financer entièrement 100.000 emplois supplémentaires ou encore, avec une subvention correspondant au tiers de leur coût, 300.000 de plus…

Si les pouvoirs publics doivent aider des gens à «travailler plus pour gagner plus», qui pourrait contester que ce soient d’abord les chômeurs, dont le nombre augmente de nouveau, qui doivent en priorité profiter de cette aide ? Christine Lagarde et Nicolas Sarkozy ne sont, bien entendu, responsables ni de la crise des subprime, ni de la hausse des prix du pétrole et des produits alimentaires. Et donc a fortiori de la récession qui touche désormais la France et l’Europe. Mais dans un contexte profondément transformé par rapport à celui de l’été 2007, il n’est pas interdit de ranger l’idéologie au placard et de faire preuve d’un peu de pragmatisme. «Errare humanum est, perseverare diabolicum», disait-on autrefois…

Guillaume Duval pour Alternatives Économiques

(Source : Eco89)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 30 Juin 2011 23:34 )  

Votre avis ?

Avez-vous vu Hold-Up, le doc "complotiste" ? =;o)
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...