Actu Chômage

vendredi
4 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Encore un patron voyou !

Encore un patron voyou !

Envoyer Imprimer
Des ouvriers allemands qui démontent les machines pour les envoyer en Ukraine et un patron injoignable, réfugié en Belgique : telle est la situation des salariés d'une petite entreprise de construction de charpente métallique à Bois-Grenier (Nord), près de Lille.

Mis en «congés à durée indéterminée avec garantie de salaire» depuis le 22 septembre, les dix employés de Verelst France, une société spécialisée dans les charpentes métalliques dont le siège social est installé à Putt (Belgique) ont eu la désagréable surprise, samedi, de constater que les locaux étaient vidés des machines.

C'est un peu le fruit du hasard si les employés de Verelst France ont été avertis de ce qui se tramait sur le site grenésien. Toujours est-il qu'hier ils étaient réunis pour assister, impuissants, au démontage des machines. «On a reçu un courrier en recommandé le 22 septembre qui nous indiquait qu'on était en congés pour une durée indéterminée avec garantie de salaire, explique Patrick Vansteenkiste, délégué du personnel. Et, aujourd'hui, ils démontent les machines.» D'où l'interrogation des salariés quant à leur avenir. «On a bien essayé de contacter le patron mais il ne répond pas. Et quand on se renseigne au tribunal de commerce, on nous répond qu'aucune demande de cessation d'activité n'a été faite», continue le délégué du personnel.

Fin de bail

Sur place hier, le propriétaire des murs qui loue le bâtiment grenésien à Verelst. S'il n'a su répondre aux inquiétudes des salariés, il a néanmoins pu dire que le bail de l'entreprise belge était arrivé à expiration le 1er octobre. « Ils doivent libérer les locaux», a-t-il indiqué en précisant que l'outil de travail appartenait à la société. «Tout est en règle et vous ne pouvez pas vous opposer au démontage des machines.»

Alerté, le maire de Bois-Grenier, Michel Delepaul, est venu apporter son soutien aux salariés. «C'est un peu cavalier de voir des employés démonter l'outil de travail sans concertation, dénonce Michel Delepaul. Il faut absolument que, cette semaine, les salariés du site aient une réponse concrète à leurs interrogations.» Le maire a souhaité que les salariés inquiets le tiennent au courant de la suite des événements et a insisté pour être présent lors d'une rencontre avec le responsable. «Je veux voir la tête de ce patron complètement inhumain», a-t-il conclu. Les salariés grenésiens aussi, et le plus vite possible.

(Source : La Voix du Nord)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 13 Octobre 2008 12:01 )  

Votre avis ?

Avez-vous vu Hold-Up, le doc "complotiste" ? =;o)
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...