Actu Chômage

dimanche
18 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse 9,8% des chômeurs ont suivi une formation en 2006

9,8% des chômeurs ont suivi une formation en 2006

Envoyer Imprimer
Au cours de l'année 2006, ce sont 632.000 demandeurs d'emploi qui ont suivi, à un moment ou à un autre, une formation.

Selon une étude réalisée par la Direction des études et statistiques (DARES) pour le compte du ministère du Travail, 9,8% des demandeurs d'emploi en France métropolitaine étaient ainsi «stagiaires» de la formation professionnelle fin 2006. Après avoir chuté en 2005 (8,9%), cette proportion se rapproche des niveaux de 2004 et 2003 (10% et 10,1 %).

Une durée moyenne de 4,4 mois

Les Régions sont le principal financeur de ces formations. En 2006, elles ont pris en charge 52% de leurs coûts. Si le financement couvre les frais pédagogiques, il prend également en charge, le cas échéant, la rémunération des demandeurs d'emploi durant leur «stage». L'État et les Assedic ont financé respectivement 31% et 9% de l'ensemble des formations. Les 8% restants ayant été pris en charge par d'autres sources (départements, Agefiph…). Par ailleurs, la durée moyenne de ces «stages», tous financeurs confondus, est de 4,4 mois.

L'étude de la DARES relève que les sans-emploi suivant une formation sont généralement rémunérés. Les bénéficiaires de l'assurance-chômage (42% des «stagiaires») conservent leur allocation d'aide au retour à l'emploi pendant cette période. Ceux qui ne perçoivent pas cette assurance peuvent toutefois être rémunérés par les Régions ou l'État. Les «stagiaires» non rémunérés durant leur formation (9% des cas) sont seulement pris en charge au titre de la protection sociale par l'État ou les Régions.

Les jeunes, cible privilégiée

Enfin, les taux d'accès à la formation varient d'une Région à l'autre. L'Ile-de-France arrive bonne dernière avec le taux d'accès le plus faible (7%) tandis que le Limousin affiche le taux le plus élevé (21%). La DARES note également que les jeunes chômeurs accèdent plus fréquemment aux formations que leurs aînés : c'est le cas de 15,1% des demandeurs d'emploi de moins de 26 ans. Si l'État et les Assedic financent principalement des formations pour adultes, les jeunes constituent la cible privilégiée des Régions. Ainsi, 55% des 328.000 stages financés en 2006 étaient destinés aux moins de 26 ans.

(Source : Le Figaro)

A lire également => «La formation est le point clé des cinq années qui viennent»
L'avis du nouveau président de l'Unedic sur cette question, ainsi que notre dossier en commentaire sur le scandale de la formation aux privés d'emploi.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 07 Août 2008 15:36 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...