Actu Chômage

mardi
19 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Smic : les «coups de pouce», c'est fini

Smic : les «coups de pouce», c'est fini

Envoyer Imprimer
Alors que le salaire minimum devrait être à nouveau relevé de 0,9% le 1er juillet, inflation oblige, Laurent Wauquiez, le secrétaire d'Etat chargé de l'Emploi, a déclaré ce matin : «C'est absurde et même contre-productif de faire ces coups de pouce complètement artificiels parce que la seule chose à laquelle ça aboutit, c'est à scotcher tout le monde au niveau du Smic».

C'est Laurence Parisot qui doit se réjouir, elle qui plaide pour une «revalorisation non politique», uniquement basée sur les «critères économiques repérables et incontestables»… émanant de l'INSEE. Et Laurent Wauquiez de rajouter : «Quand on est au Smic, c'est très difficile ensuite d'arriver à en sortir et d'arriver à des augmentations de salaires». Quelle jugeotte de la part d'un si jeune homme : stupéfiant !!!

Logique comptable. Il est vrai qu'en France, 15% des salariés à temps plein sont concernés : imaginez ce que ça donnerait en incluant ceux qui bossent à temps partiel. Heureusement que le Smic existe… sinon, ils seraient tous payés moins ! Car les détracteurs du salaire minimum estiment que celui-ci nuit à l'emploi, non dans le sens où il y aurait une corrélation entre salaire minimum et taux de chômage mais dans le sens où, en entreprise, il y a des postes qui ne "rapportent" rien (caissière, pas exemple). Ils ne voient plus l'entreprise comme une entité, un tout où chacun a son rôle à jouer, mais comme un rosbif découpé en tranches dont certaines sont plus juteuses que d'autres. Effectivement, suivant cette logique purement comptable du travail où celui-ci n'a plus de «valeur» mais un vulgaire coût, obliger les pauvres employeurs à rémunérer au Smic du personnel occupant des emplois "non qualifiés" n'est franchement pas rentable.

La France, recordman du Smic ! Sur les 27 pays de l'Union européenne, 21 ont un salaire minimum. Selon Guillaume Duval du magazine Alternatives Economiques, «contrairement à une idée reçue, le Smic français n'est pas le plus élevé : il est inférieur à ses équivalents belge, néerlandais, irlandais ou encore britannique. Mais, parmi tous ces pays, la France présente un profil très particulier : avec 15% de Smicards, elle est de très loin le pays où le pourcentage de salariés "abonnés" au salaire minimum est le plus important. Au Royaume-Uni, par exemple, seuls 2% des salariés touchent le Smic et les proportions sont analogues dans la plupart des autres pays riches. Le seul pays qui se rapproche de la France sur ce plan, c'est la… Bulgarie. La France est aussi, pour cette raison, le pays d'Europe où la distribution des salaires est la plus concentrée vers le bas de l'échelle. D'où évidemment l'extrême sensibilité de la question du pouvoir d'achat chez les salariés».

On déqualifie le travail. Il ne faut pas se leurrer : le Smic, autrefois réservé aux salariés sans qualification, touche de plus en plus de personnes qualifiées. Pour l'économiste Bernard Maris, c'est la manne des allègements de "charges" consenties par l'Etat qui multiplie les Smicards. «Et, du fait de la forte progressivité des cotisations sociales autour du Smic, un employeur y regarde à deux fois avant d'augmenter un salaire, car le coût du travail augmente proportionnellement plus vite. Conclusion : lorsqu'on est au Smic, on a de grandes chances d'y rester». Et ce n'est pas le RSA de Martin Hirsch qui arrangera les choses... En voilà, des explications beaucoup plus sérieuses que celles du bon petit soldat Wauquiez.

Chèques en bois ? Cette année, les allègements généraux sur les salaires entre 1 et 1,6 Smic devraient représenter 21,5 milliards d’€, soit une progression de 4,3% par rapport à 2007. «Ne retombons pas dans les vieilles errances où le politique fait semblant de faire des cadeaux qui sont en fait des chèques en bois», a dit le secrétaire d'Etat. Les «chèques en bois» dont il parle sont, évidemment, pour les salariés qui peinent à survivre avec de telles rémunérations ainsi que la Sécurité sociale dont l'Etat ne compense pas ses dettes, mais certainement pas pour les employeurs qui s'en tirent à bon compte. De la même façon qu'il vante le bien fondé du projet de loi relatif aux «droits et devoirs des demandeurs d'emploi», les «droits et devoirs» des entreprises qui exploitent leur personnel et ne répondent pas aux candidatures, Laurent Wauquiez, connaît pas...

C'est donc fini, les «coups de pouce». Sauf à l'Elysée pour l'argent de poche du Président, dont la dotation a bondi de 19% à elle toute seule l'année dernière (attention, l'augmentation du traitement présidentiel de 172% votée par le Parlement ne prendra effet qu'à partir de 2008)... Et les salaires des patrons du CAC 40, «scotchés» en 2007 sur une "revalorisation" moyenne de 58% ? L'INSEE a-t-elle sur ces points établi des «critères économiques repérables et incontestables» ?

SH

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 28 Décembre 2010 12:20 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2008-06-13 00:27 Tout frais sorti de sa conférence sur la "justice sociale", le Premier ministre a déclaré sur France 2 que "l’affaire du coup de pouce" au Smic réclamé par des organisations syndicales en raison de l'inflation était "une très mauvaise idée"…

Estimant que "le mécanisme de la hausse automatique du Smic n'est pas suffisant", la CGT a réclamé un "véritable coup de pouce" au Smic, qui doit être revalorisé le 1er juillet pour tenir compte de la forte inflation en mai (+ 0,5% en un mois, + 3,3% en un an). Dans un communiqué, la confédération estime que les hausses des prix pèsent "lourdement sur le pouvoir d'achat", augmentent "le nombre de salariés pauvres" et ont un effet "négatif sur l'activité économique". "Le gouvernement a le devoir de prendre des mesures pour empêcher la hausse des prix des produits essentiels, en commençant par abaisser le prix de l'électricité et du gaz qu'il peut maîtriser", écrit-elle.

Mais "pour arrêter l'effondrement du pouvoir d'achat, il faut aussi agir sur les salaires, les pensions et les minima sociaux", ajoute le syndicat pour qui les augmentations doivent tenir compte de la hausse réelle du coût de la vie, donc de l'augmentation du prix des carburants et du gaz.

"Le risque qu'il y a à augmenter le Smic de manière artificielle, il est double, plaide François Fillon. C'est d'abord de tuer des emplois, ou de faire en sorte que des entreprises ne créent pas d'emplois. Le deuxième risque, c'est l'écrasement de la hiérarchie des salaires", a-t-il ajouté en expliquant qu'il souhaitait, non pas seulement l'évolution du Smic, mais de "l’ensemble de la hiérarchie des salaires". Le chef du gouvernement a déclaré qu'un projet de loi serait débattu avant la fin 2008 pour inciter les entreprises à des négociations salariales, sous peine de sanctions qui pourraient entrer en vigueur "début 2009", telle la diminution des allègements de charge.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-06-23 12:33 Le ministre du Travail Xavier Bertrand a confirmé aujourd'hui aux partenaires sociaux que le Smic serait revalorisé de 0,9% au 1er juillet, sans que - bien évidemment - cette hausse s'accompagne d'un "coup de pouce" supplémentaire du gouvernement.

Xavier Bertrand a fait cette annonce au cours de la Commission nationale de la négociation collective (CNNC), réunie lundi au ministère du Travail à Paris et dans laquelle siègent l'ensemble des organisations patronales et syndicales.

Au 1er mai, le Smic brut horaire avait déjà été revalorisé de manière automatique en raison d'une inflation supérieure à 2% (3,2% sur un an selon l'INSEE) : il était ainsi passé de 8,44 € à 8,63 € brut de l'heure, soit une augmentation de 2,3%.

Avec cette seconde revalorisation, il passera à 8,71 € (1.320,66 € brut mensuel), soit une hausse faramineuse de 8 centimes brut de l'heure, ou bien 11,78 € brut de plus par mois…

Quelque 2,5 millions de personnes, dont 900.000 à temps partiel, sont concernées.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...