Actu Chômage

mercredi
16 octobre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Smic : contre les idées reçues

Smic : contre les idées reçues

Envoyer Imprimer
Faut-il supprimer le salaire minimum, ou le réformer en le différenciant — ce qui vise, de toutes façons, à le laminer ? Quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage : le Smic est un éternel bouc émissaire.

Regardez cet exposé édifiant d'un économiste du cabinet Xerfi (institut d'études économiques privé, spécialisé dans les analyses sur les secteurs et les entreprises) qui, sur de nombreux points, va à l'encontre des poncifs partout ressassés, et c'est heureux :



Entre parenthèses, cet Olivier Passet — fils du grand René — mériterait d'être invité à la télévision : ça nous changerait de tous ces "experts" pansus qui prêchent à longueurs d'antennes une croissance basée sur une politique de l'offre complètement inepte — obsédée par les exportations et le crédit, au détriment du bien-être des populations — sans envisager son contraire — rétablir une politique de la demande et une croissance tirée par la dynamique des salaires, c'est-à-dire redonner un réel pouvoir d'achat aux populations pour stimuler à nouveau l'activité.

Accusé, levez-vous !

Cependant, quelques bémols retiennent l'attention. D'abord, le reproche fait au Smic d'être la cause de la stagnation des salaires des classes moyennes : une façon comme une autre de liguer moins pauvres contre pauvres... Pas un mot, en revanche, sur la cause du boom des grosses rémunérations, qui n'est évidemment pas lié à l'existence et aux revalorisations du Smic mais au bon vouloir des employeurs. Car ce sont eux qui, sauf erreur, décident de geler les salaires de la majorité de leurs "collaborateurs", non ? N'est-ce pas eux également qui décident d'embaucher majoritairement sous contrat précaire ? Franchement, en quoi le Smic serait-il responsable de l'explosion du sous-emploi ?

Donc, en bas de l'échelle, nos employeurs appliquent à contre-cœur les maigres hausses prévues par la loi — ce qui explique que le Smic ne soit pas un assez bon outil de lutte contre la pauvreté — en profitant des allègements Fillon (coût pour l'Etat : plus de 20 milliards d'euros par an). Ce dispositif onéreux, véritable trappe à bas salaires, explique le niveau peu élevé de notre salaire médian et le fait que, parmi les pays de l'OCDE, la France soit championne du nombre de salariés payés au minimum légal. Par contre, en haut de l'échelle, nos entreprises arrosent copieusement et sans rechigner leurs "élites" sur des critères on ne peut plus discrétionnaires. Puisqu'il faut bien rééquilibrer la balance suite aux "surrémunérations", le milieu de l'échelle est totalement négligé : cette "inertie" est un choix socialement injuste et économiquement contre-productif.

Les employeurs seraient donc bien inspirés de mieux répartir les fruits du travail entre tous; en l'occurrence, moins donner à ceux qui ont déjà beaucoup. On en revient toujours à la question du partage des richesses, que ses détracteurs contournent en accusant de tous les maux les dispositifs visant à atténuer les inégalités.

Conclusion, cette "dualité sur le marché du travail" sans cesse rabâchée par un animateur très premier-de-la-classe n'est donc pas "entretenue" par le Smic mais par les patrons, avec la complicité de l'Etat (effets pervers des allègements de charges cotisations, promotion de l'emploi précaire). Enfin, comme le démontre ici l'économiste Denis Clerc, les non-créations et/ou destructions d'emplois sont à chercher du côté de la crise et du fonctionnement du capitalisme, pas du côté du Smic. Qu'on se le dise !

SH

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 23 Mars 2013 22:30 )  

Commentaires 

 
-1 # passant 2013-07-27 13:16 marre de votre propagande de merde
arretez de posez des limites aux gens si on pouvoir bosser pour moins on doit avoir le droit à bosser pour moins voilà tout
si vous avez pas confiance au fait de pouvoir gagner de l'argent sans le smic c'est votre probleme
ICI y en a qui veulent pouvoir travailler même si ça signifie avoir un salaire plus bas
Vous n'avez pas le droit de couler d'autre gens et la france à cause de votre égoisme u_u
Si tu veux avoir un bon salaire t'a cas avoir un bon cerveau ou le rendre utile à quelque chose
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # MartineG 2013-07-27 14:33 C'est vrai : chacun est libre de se faire exploiter et, dans la foulée, de favoriser l'exploitation générale. Mais je n'appelle pas ça "avoir un bon cerveau"… Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2013-07-29 01:26 Les Hommes naissent libres… de se faire exploiter… ou pas.

Aucune avancée sociale (que l'on nomme aujourd'hui encore "acquis social") n'a été accordée librement par la classe dirigeante.

L'éducation et la formation, les congés payés, la durée légale du temps de travail, le salaire minimum… ont été arrachés par nos ancêtres qui ont payé - parfois, souvent - très chèrement leur engagement.

Y renoncer, c'est accepter la régression et le retour en arrière.

Il est toujours plus facile de détruire que de construire. Et le "moins" fera toujours l'affaire de ceux qui en veulent toujours "plus".

Certains aujourd'hui sont même prêts à travailler gratuitement… Il s'agit de la version contemporaine de l'esclavagisme. Si c'est vers quoi que vous souhaitez vous diriger (à l'adresse de Passant), je vous laisse la voie libre… Empruntez-la !
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...