Actu Chômage

vendredi
21 juin
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Ressources humaines : 100.000 chômeurs au soleil

Ressources humaines : 100.000 chômeurs au soleil

Envoyer Imprimer
Le rapport Boulanger, cette «contribution à la préparation de la convention tripartite entre l’Etat, l’Unedic et la nouvelle institution» issue de la fusion ANPE-Assedic que nous avons déjà dénoncée sur Actuchomage, non seulement préconise de tripler le recours aux cabinets privés pour «suivre» les demandeurs d'emploi mais induit, pour ce faire, qu’on recrute… des précaires.

Les principaux opérateurs privés de placement (OPP) du marché se portent fort bien et affichent une croissance enviable. Les plus petits et les nouveaux arrivants se démènent pour avoir leur part du gâteau : 100.000 chômeurs, une manne ! Sans compter les 41.000 déjà confiés au privé par l’Unedic en plusieurs étapes. De quoi aiguiser les appétits.

Et il faudrait avoir l’esprit tordu pour douter des bonnes intentions, de la profonde philanthropie et de la conscience sociale des sociétés qui se dévouent à une si noble tâche. Soucieux de l’emploi, ils n’ont bien sûr de cesse de contribuer à la stabilité de leurs salariés...

Des précaires au service des chômeurs

Les spécialistes de l’outplacement et de l’accompagnement ont régulièrement recours à des «chargés de projet» et à des «consultants emploi» en CDD qui, au rythme des contrats, pilotent ou animent les antennes-emploi et autres cellules de reclassement.

Quant aux futurs recrutements en CDI, la flexibilité risque d’être au rendez-vous. L’avocat de la première entreprise européenne de Conseil en management et Ressources humaines — outplacement, bilans de compétences, accompagnement des demandeurs d’emploi… — a déclaré en préambule de sa plaidoirie, le 22 mai dernier, devant la 5ème Chambre du Conseil de Prud’hommes de Paris : «Monsieur le Président, bientôt, grâce au nouveau contrat de travail à rupture négociée, nous ne serons plus obligés de venir devant vous pour ce genre d’affaire» (à savoir, un litige concernant la rupture du contrat de travail d’un cadre représentant syndical). Conception très libérale et posture très libérée. Une tendance de fond ?

Et par un étrange concours de circonstances, juste en amont puis dans la foulée de la publication du rapport Boulanger, qui propose de confier 100.000 chômeurs de plus par an à ces fameux cabinets privés bien qu’il n’existe aucune preuve générale de leur efficacité par rapport au secteur public, des offres d’emploi alléchantes fleurissent sur le site de l'Apec... Startpeople USG Restart, BPI, Alerys, Adecco, Sodie recrutent des «Consultants Emploi ou Accompagnement» pour des missions auprès d’un public de demandeurs d’emploi. En CDD de 6 à 9 mois renouvelables. Salaire annoncé : environ 2.000 € bruts par mois.

La bergerie : un nouveau business-model ?

L’accompagnement des 100.000 chômeurs annoncés, facturés 3.600 € par personne à l'Unedic (c'est-à-dire l’assurance-chômage), représente donc un marché de 360 millions d’€. Supposons un consultant qui accompagnerait 30 demandeurs d’emploi sur un an. On le paye 24.000 € sur cette durée. Et on facture 30 fois 3.600 €, soit 108.000 € à l’Unedic, vache à lait de la future «France Emploi». Même en retranchant la mise à disposition de moyens, il restera de la marge !

Des chômeurs sortent donc provisoirement des chiffres de l’ANPE pour accompagner d’autres chômeurs, avant de retourner pointer à l’Assedic où tous pourront se retrouver quelques mois plus tard, puisque la réussite de l’accompagnement, à l’aune de l’OCDE, c’est 6 mois dans l’emploi...
Des «accompagnants» précaires qui pourraient peut-être eux-mêmes bénéficier ultérieurement d’un accompagnement pour les faire ressortir du chômage post-CDD ?

On tond les moutons chaque année…

Florence LG

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 05 Juin 2008 21:28 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2008-06-05 21:59
Crédits en promo à l'ANPE
Le chômeur qui souhaite créer son propre emploi ne manque pas de propositions… pour s'endetter, et enrichir ainsi les organismes de crédit.

ISF : la charité récompensée
Réduire son ISF en faisant un don à une structure d’insertion par l’activité économique ou en investissant dans une PME d’insertion : un dispositif fiscal avantageux, présenté par le site… «Socialement Responsable.org» !

Placement des chômeurs : le recours au privé devient la panacée
Faute d'emplois décents à offrir à tout le monde dans un marché du travail de plus en plus sinistré par la précarité et les bas salaires, se développe en parasite le marché artificiel et juteux du suivi des chômeurs. Avec la bénédiction du gouvernement.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # diety 2008-06-05 23:59 On peut aussi obliger des chômeurs à dispenser une "formation" à d'autres chômeurs. Les nouveaux "formateurs" travaillent, pendant que ces autres chômeurs sont "en formation". Juste une ou deux années avant une élection.
Plusieurs modèles sont possibles. Que Sarko atteigne les 5%, il n'y aucun doute à avoir. Chômeurs et précaires deviennent ainsi de la "matière première" pour présidents désireux de monter dans les sondages, ou pour des élections à gagner. Il faut juste organiser quelques bonnes planques pour bidouiller les statistiques. Pas besoin d'avoir fait l'ENA pour imaginer ce genre de plan.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...