Actu Chômage

dimanche
15 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Les sanctions contre les chômeurs visent aussi les plus démunis

Les sanctions contre les chômeurs visent aussi les plus démunis

Envoyer Imprimer
En novembre 2006, un premier bilan de la réforme du contrôle des demandeurs d'emploi entrée en vigueur en août 2005 et publié par Les Echos montrait que 17% des sanctionnés étaient des allocataires de l'ASS.

Ainsi, sur les quelque 23.000 chômeurs épinglés entre septembre 2005 et septembre 2006, on comptait environ 3.800 "bénéficiaires" de l'Allocation de solidarité spécifique, attribuée aux personnes en fin de droits qui, ayant travaillé (et donc cotisé) plus de cinq ans sur les dix dernières années, évitent le RMI et peuvent survivre avec moins de 15 € par jour => LIRE ICI.

Depuis, c'est l'omerta sur les chiffres : dans la presse, on ne trouve rien de plus précis sur la répartition des fameuses "sanctions graduées", qui peuvent s'étaler sur deux à six mois en fonction du "manquement" constaté (refus d'emploi ou de stage, recherche insuffisante…). Toujours selon Les Echos du 4 janvier dernier, dans un article intitulé Chômeurs : les sanctions en cas de refus de postes existent déjà, «le décret du 2 août 2005 sur le contrôle et l'accompagnement des demandeurs d'emploi a été précisé par une circulaire du 19 septembre 2005 du ministère délégué à l'Emploi, qui prévoit que les chômeurs refusant un emploi "compatible avec leur spécialité", "leur formation" ou "leur mobilité" peuvent voir leurs allocations réduites de 20% au premier refus. La réduction passe à 50% en cas d'un deuxième refus. Au troisième, les allocations peuvent être supprimées totalement. Le décret s'est traduit par un quasi triplement du nombre de sanctions à l'encontre des demandeurs d'emploi entre 2005 et 2006, passant de 7.200 à 24.800, selon les chiffres de l'Unedic.» C'est tout.

Il est tellement plus simple de s'attaquer aux faibles !

Voici le récent témoignage d'une chômeuse de longue durée à qui une inspectrice de la DDTEFP (Direction départementale du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle) particulièrement zélée et inhumaine, certainement obsédée par les objectifs qu'on lui a assignés, vient d'amputer de 20% (soit plus de 80 €) son ASS (quelque 450 € par mois) sur deux mois, bien qu'elle ait suivi les stages/formations et accepté les petits boulots qu'on lui proposait, et bien qu'elle ait apporté des preuves de recherche d'emploi sur plusieurs années. Une décision totalement arbitraire qu'il est encore possible de contester en commission tripartite : mais combien de chômeurs, découragés et isolés, renoncent à ce droit ? Au moins 85%...
Visiblement, cette inspectrice semblait décidée à sanctionner tous les malheureux qui étaient convoqués ce jour-là. Mais quelle satisfaction professionnelle, quel plaisir personnel peut-on tirer à plonger des pauvres dans une pauvreté encore plus noire, rien que pour mériter son salaire ?

Avec 450 € par mois, comment financer correctement sa recherche (déplacements, ordinateur et abonnement internet, timbres, encre et papier…) tout en remplissant son frigo ? Avec 370 €, quelle "remotivation" peut-on réellement escompter ? Quelle "leçon" le demandeur d'emploi peut-il en tirer ? Comment va-t-il garder le moral pour retourner "se vendre" sur un marché du travail qui le rejette depuis des années ? Avec quoi va-t-il payer ses prochaines factures de téléphone et d'électricité ?

La banalisation de l'injustice sociale

On pense à l'expérience de Milgram où des sujets comme vous et moi, soucieux de bien suivre les instructions données par un décideur en blouse blanche, n'ont pas hésité à infliger des décharges électriques mortelles à de faux élèves pour les punir quand ils ne répondaient pas correctement aux questions posées. Comment les individus peuvent-ils concilier les impératifs de l’autorité avec la voix de la conscience ? Où commence la responsabilité individuelle ? Quelles sont les limites de l’obéissance ? Nous posons la question à tous ces contrôleurs munis d'un nouveau pouvoir, eux-mêmes contrôlés par leur hiérarchie : alors que la création d'emplois demeure insuffisante, que 80% des offres sont précaires et que la discrimination fait rage, est-ce en s'acharnant et en humiliant à ce point les plus exclus des exclus qu'on fera reculer le chômage ? Sûrement pas !

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 14 Janvier 2008 16:47 )  

Commentaires 

 
0 # diety 2008-01-14 17:47 Après le quota imposé d'expulsions d'étrangers sans papiers valables du sol français, avec lequel se vante qui on sait, y aurait-il un quota officieux de "bénéficiaires" de l'allocation de solidarité spécifique à expulser?
Un ami à moi, travailleur social en Allemagne, muni d'un humour noir, utilise le terme "décès volontaire sociocompatible " pour ce que l'on imagine.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # michael 2008-01-15 14:08 Les journalistes ne font plus leur travail. Il n'y a qu'à voir comment ils étaient soumis et pitoyables lors de la conférence de presse de Nicolas Sarkozy. Même les journalistes étrangers étaient choqués par l'attitude si peu professionnelle de leurs confrères français.

Depuis que Sarko occupe quasiment tout l'espace médiatique, au privé comme au politique, les colonnes des journaux se remplissent de ses frasques qui font vendre et parler, au détriment de l'actualité sociale et des informations de fond. Tout ce qui questionne, analyse ou dérange est remplacé par le feuilleton présidentiel. Le brouillage est total, et la démocratie en danger.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...