Actu Chômage

vendredi
18 juin
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Ingeus : le juteux business du placement privé des chômeurs

Ingeus : le juteux business du placement privé des chômeurs

Envoyer Imprimer
A Lille, Ingeus teste ses techniques de management sur les sans-emploi depuis 2005. Elle déroule le tapis rouge, vous offre le café et vous refile un contrat de quelques heures dans le nettoyage... Et se fait payer entre 3.000 et 6.000 € la «prestation»… par l’assurance chômage !

Sans expérience en France, Ingeus s’installe à Lille et Rouen après avoir été choisie par l’Unedic pour suivre 6.000 chômeurs en 2005. La filiale «Ingeus France» se crée donc au moment de la signature du contrat. La société doit avoir quelques connaissances à l’Unedic puisqu’aucun appel d’offre n’a eu lieu. Même la Cour des comptes le dit dans son rapport de mars 2006 sur l’évolution de l’assurance chômage : «Elle [l’Unedic] n’a procédé à aucune forme de publicité, même restreinte, et elle n’a pas engagé une étude des offres disponibles».

Mais tout s’explique : le tout nouveau directeur d’Ingeus France n’est autre que l’ex-directeur de l’Assedic de Haute-Normandie : Jean-Louis Tauzin. Celui-ci a un parcours très «social» : grande distribution (Auchan), direction du marketing au Crédit agricole, direction commerciale d’une société marketing, consultant en management, etc. Le groupe a aussi ses entrées chez les sarkozistes : le conseil général des Hauts-de-Seine lui a «confié» 14.000 RMIstes en 2006...

Votre avenir nous profite

Le slogan d’Ingeus : «Votre avenir nous mobilise». Décryptage : Au boulot, tas de fainéants ! La firme est si grassement payée par l’Unedic que les moyens sont là : une salle de ressource (ou «open space», version novlangue d’Ingeus) avec une quinzaine d’ordinateurs connectés à internet, des téléphones, une photocopieuse, les journaux, le café gratuit et même un bel agenda gratos siglé Ingeus pour chacun-e. L’agence de Lille, avec 800m2 près de l’arrêt de tramway Romarin, c’est davantage une société de consultants qu’un centre pour demandeur d’emploi : accueil par un secrétariat haut de gamme, ordinateurs dernier cri avec écrans plats, moquette, grandes baies vitrées, etc. Et le clou du spectacle : ici, les conseillers reçoivent les chômeurs-euses à côté d’eux, non plus en face à face comme à l’ANPE. La classe. Le conseiller devient «coach», il «booste» la clientèle sans-emploi.

Coaching brutal

Reste le même souci qu’à l’ANPE : trouver un «job». Sauf qu’il y a un compte à rebours. Six mois. Tout en jouant au copain-copain, le coach doit y aller franco. Reconversion à la va-vite, CDD et intérim à gogo, pression en cas de refus, etc. Le ton est donné par la directrice d’Ingeus Lille, Annick Chautard, qui souligne «le manque de motivation» des chômeurs : «Ils ne sont pas du tout flexibles, ils refusent des salaires moindres ou de faire moins d’heures. Pourtant, avec un temps partiel de 10-15 heures dans le nettoyage, nous savons que le nombre d’heures augmente vite». Tout est dit.

Et comme les chômeurs sont réfractaires par nature, comme les contrats de 10-15 heures ne sont pas encore assez répandus, Ingeus se voit contraint de trafiquer ses résultats. Ou plutôt de modifier la méthode de calcul. Ainsi, trouver une mission intérim d’un ou dix jours équivaut à un chômeur «reclassé», selon le cabinet. Ce qui lui permet d’afficher un taux de retour à l’emploi… de 70%. Avec ça, les chiffres du chômage vont faire tilt !

(Source : La Brique)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 10 Décembre 2007 12:01 )  

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...