Actu Chômage

mardi
22 octobre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Les offres 2006 de l'ANPE

Les offres 2006 de l'ANPE

Envoyer Imprimer
Comme d'habitude, l'ANPE pratique la méthode Coué et vante une augmentation de 2,5% de ses offres en 2006. Hélas, quand on gratte bien, on s'aperçoit que 80% d'entre elles restent dans le champ de la précarité.

3,5 millions d'offres d'emploi auraient été déposées l'an dernier à l'ANPE, soit 2,5% de plus qu'en 2005, le secteur offrant le plus d'opportunités étant la distribution et la vente avec 458.500 offres, puis celui des services à la personne (410.400) ainsi que les services administratifs (379.500), suivis par l'industrie hôtelière (325.000) et le transport et la logistique (301.000).

La part des offres en CDI aurait été de 32,5% pour l’année 2006 contre 30,8% en 2005, leur nombre ayant progressé plus rapidement que les autres formes de contrat, selon les dires de l'Agence.

Or, qu'englobe la "catégorie CDI" ? Car le CNE en fait désormais partie malgré que l'employeur puisse licencier sans motif son salarié pendant deux ans. L'effet d'aubaine instauré par sa création a peut-être un peu gonflé les chiffres, surtout au premier semestre. Mais, dans le lot, combien de CDI à temps partiel voire très partiel ? Combien de vrais CDI à temps plein ? En toute innocence, l'ANPE ne le précise pas.

Quid des "emplois durables" ? Cet été, l'ANPE se vantait d'une progression de 12% de ses offres concernant les CDI et les CDD de plus de 6 mois. Ses fameux "CDI" - dont les CNE font partie... dont les temps partiel font partie... - avaient augmenté de 6,5% sur un an, et les CDD de plus de 6 mois - dont les contrats aidés à temps partiel, sous-payés et jetables, font également partie... - de 5,5%.

Pour le bilan de ses offres 2006, motus et bouche cousue sur l'évolution de ces "emplois durables" ! Et à tout bien compter, on s'aperçoit que le vrai CDI à temps plein - seul "emploi durable" digne de ce nom - ne représente même pas 20% des offres de l'ANPE.

Donc, aujourd'hui, ce sont bien 80% des offres qui sont dans le champ du sous-emploi et de la précarité.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 26 Janvier 2007 09:28 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2007-01-26 08:49
Un joli score qui instaure le sous-emploi sous-payé et jetable comme solution au chômage de masse, et deviendra sûrement bientôt la norme.
Merci qui ??? Merci Monsieur Borloo.

A (re)lire également => Un(e) salarié(e) pour 6 à 10 € TTC par mois ? C’est possible ! : le Service public de l'emploi recrute 30.000 contrats d'avenir (CA) et contrats d’accompagnement vers l’emploi (CAE) à pas cher pour le secteur sanitaire & médico social.

Pour rire jaune et vous faire une idée des annonces les plus lamentables que l'on trouve à l'ANPE et ailleurs, voici LES PERLES DES ANNONCES dénichées par nos forumeurs.

Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2007-01-26 09:07
Un zoom aussi édifiant qu'instructif sur ce type de contrat encore plus esclavagiste que n'importe quel autre contrat précaire, à (re)lire sur le blog de Monolecte.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...