Actu Chômage

mardi
27 octobre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Fêtes : la polémique sur le travail dominical est relancée

Fêtes : la polémique sur le travail dominical est relancée

Envoyer Imprimer
Les fêtes ont relancé la bataille du travail dominical. Et le gouvernement a eu beau se montrer rassurant, hier, le flou règne sur les commerces qui ouvriront ou non leurs portes la veille de Noël et du jour de l'An, qui tombent chacune un dimanche.

Ce n'est pas une raison pour empêcher les derniers préparatifs, a tempêté hier le ministre du Commerce Renaud Dutreil. «Je trouverais absurde qu'on ne puisse pas faire ses courses le 24», a-t-il déclaré.

Cinq dimanches par an. Seuls les bouchers, primeurs et autres boulangers peuvent lever le rideau le dimanche matin. Mais la loi autorise les magasins non alimentaires à ouvrir 5 dimanches par an, sur autorisation du maire ou du préfet.
Pour l'heure seules Nantes et Angers, mairies socialistes, ont refusé. «Les conditions sociales n'étaient pas réunies» pour une ouverture, selon le maire nantais Jean-Marc Ayrault. «En septembre, j'avais rappelé aux syndicats qu'une négociation globale était souhaitable. Cet accord aurait préservé l'intérêt des salariés, comme à Rennes ou à Toulouse. Je regrette qu'il n'ait pas été possible.» A Angers, pas question de dialogue social, Jean-Claude Antonini a tenu à faire «respecter le repos dominical».

Ailleurs, «j'ai le sentiment que les maires permettront l'ouverture», a espéré Renaud Dutreil. Reste que certains magasins de textiles et de chaussures risquent d'avoir déjà éclusé leur cinq dimanches par an, comme c'est le cas à Paris pour les Galeries Lafayette, Printemps et le Bon marché.

Boycotter les grandes surfaces. La Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) de Paris a quant à elle appelé les consommateurs, mercredi, à boycotter les grandes surfaces le dimanche 24 décembre. Objectif : protéger les droits des salariés de la grande distribution et défendre les commerces de proximité. «Un geste de solidarité» visant à ignorer «le matraquage commercial» et à redonner «son sens à la fête de la nativité».

(Source : 20 Minutes)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 08 Décembre 2006 11:00 )  

Votre avis ?

Économie, chômage, emploi : Comment appréhendez-vous ces 12 premiers mois ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...