Actu Chômage

lundi
27 janvier
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Les intermittents toujours luttants

Les intermittents toujours luttants

Envoyer Imprimer
Après de difficiles négociations sur l'Unedic fin 2005, Medef et syndicats vont aujourd'hui tenter de s'accorder sur une réforme du système d'indemnisation des intermittents. Des manifestations sont prévues en France.

Les partenaires sociaux doivent se réunir mardi 14 février dès 15 heures à Paris au siège du Medef, pour remettre à plat le régime d'indemnisation chômage des intermittents du spectacle.

La CGT récuse le paragraphe 3 de l'article 10 de la Convention générale d'assurance chômage, conclue le 22 décembre 2005 entre les organisations patronales (Medef, CGPME, UPA) et trois syndicats (CFDT, CFTC, CGC) et qui, selon elle, pérennise les annexes 8 et 10 du protocole du 26 juin 2003 sur l'indemnisation des techniciens et des artistes. Or la prorogation dudit protocole, que craint la CGT, pourrait provoquer une nouvelle crise. Le syndicat a donc exhorté le gouvernement à ne pas agréer cette disposition qui prolongerait le protocole jusque fin 2008.
La confédération réclame un "système pérenne et équitable" d'indemnisation pour les intermittents, qui soit basé sur les propositions du comité de suivi de l'intermittence, comité qui rassemble des parlementaires de tout bord, la CGT-Spectacle et des membres de la Coordination des intermittents.

507 heures sur 12 mois au lieu de 10

Le comité de suivi demande, entre autres, l'ouverture des droits dès 507 heures de travail en 12 mois, et non sur 10 mois ou 10 mois et demi, comme c'est le cas depuis 2003, et ce avec une date-anniversaire fixe.
La CGT et la Coordination des intermittents ont donc appelé à des manifestations et des arrêts de travail dans toute la France. A Paris, une manifestation partira à 14h30 du Théâtre national de l'Odéon jusqu'au siège du MEDEF avenue Bosquet, dans le VIIe arrondissement. Des actions sont aussi prévues à Montpellier, Marseille, Toulouse, Lille, Rennes, Strasbourg ou Lyon.

La France compte quelque 100.000 intermittents. Le protocole de juin 2003 avait ouvert le conflit en durcissant leurs conditions d'indemnisation chômage sans pour autant restreindre le déficit du régime, évalué à 962 millions d'euros en 2004.
Un fonds transitoire d'indemnisation a été mis en place par l'Etat en 2004 pour les intermittents exclus par le nouveau système, dans l'attente de la renégociation d'un régime pérenne par les partenaires sociaux.

(Source : www.nouvelobs.com)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 14 Février 2006 10:17 )  

Votre avis ?

Réforme des retraites : Qui va remporter le bras de fer engagé le 5 décembre ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'a...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...