Actu Chômage

dimanche
15 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités L'ANPE et l'Assedic en grève le 24 janvier

L'ANPE et l'Assedic en grève le 24 janvier

Envoyer Imprimer
L'ensemble des organisations syndicales de l'ANPE d'Ile-de-France et la CGT de l'Assedic appellent à une journée de grève le mardi 24 janvier contre le "contrôle social" et pour le retrait du suivi mensuel.

Les agents ANPE accusent le système de contrôle des demandeurs d'emplois de faire des agents "les complices d’un système généralisé de contrôle des chômeurs, des précaires, des exclus" et craignent "d’être désignés nommément à la colère des chômeurs". Ils refusent "d’être une police sociale conditionnée à la répression au détriment de notre mission de service public de conseil à l’emploi".

Soutenues par la CGT-Chômeurs, la CGT de l'Assurance-chômage et la CGT-ANPE "refusent de voir dénaturer les missions de service public répondant aux besoins des demandeurs d'emploi". Ils dénoncent "la segmentation et le profilage des chômeurs", "l'intensification des charges de travail dans les services" et "le flicage du travail" des agents du service public de l'emploi. Ils demandent "le retrait des mesures coercitives en direction des demandeurs d'emploi", le "maintien des emplois et l'arrêt des baisses d'effectifs aux Assedic, l'abrogation des textes régressifs", notamment les décrets et circulaires renforçant le contrôle des chômeurs, et "le retour aux missions d'origine des ANPE et Assedic".
De leur côté, les agents ANPE du syndicat SUD s'engagent à ne générer "plus aucune radiation sans avoir pris le soin d’en mesurer la portée et les préjudices", et à ne pas appliquer les sanctions automatiques à l'encontre des demandeurs d'emploi, conséquences du suivi mensuel des chômeurs mis en place par le gouvernement. Pour eux, "la multiplication des entretiens ne créera pas d’emploi mais augmentera les risques, pour les demandeurs, d’être contraints, harcelés et sanctionnés". Ils dénoncent la "production de chiffres falsifiés, fausses offres et faux entretiens".

Ensemble, CGT, FO, SNU, SUD et CFTC appellent à un rassemblement le mardi 24 janvier à 13H30 devant le ministère du Travail (angle du Boulevard des Invalides et de la rue de Grenelle), et à des rassemblements éventuels en province devant les préfectures. Rappelons que le taux de syndiqués à l'ANPE dépasse les 15% : c'est le double de la moyenne nationale.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 19 Janvier 2006 06:07 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...