Actu Chômage

dimanche
15 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Assurance-chômage, un accord en vue ?

Assurance-chômage, un accord en vue ?

Envoyer Imprimer
La séance de négociation de la prochaine convention de l'assurance-chômage, mardi 13 décembre, pourrait être la bonne. Car syndicats et patronat, qui s'étaient quittés sur un constat de désaccord le 7 décembre, ont mis à profit ces jours derniers pour étudier des portes de sortie. Et s'assurer, pour certains, de nouveaux mandats de négociation.

Deux logiques apparaissaient jusque-là peu conciliables : la réduction des durées d'indemnisation et le gel des cotisations pour le Medef, côté patronal ; le maintien des durées et des montants d'indemnisation et une surcotisation pour les entreprises recourant au travail précaire (CDD, intérim) côté syndical.

La séance du 7 décembre avait permis aux partenaires sociaux de préciser les dispositifs d'aide au retour à l'emploi (Le Monde du 9 décembre), mais aussi d'évoquer plusieurs autres pistes. "Il y a des ouvertures possibles dans le domaine de la durée d'affiliation à l'assurance-chômage et, notamment, pour tenir compte de la précarité de l'emploi, la possibilité de revoir la période de référence", avait expliqué Jean-Claude Quentin (FO).
C'est sur ce scénario que les statisticiens de l'Unedic ont travaillé. D'après eux, il permettrait de dégager des économies allant de 500 millions à 3,5 milliards d'euros par an. Actuellement, dans la filière A, il faut avoir travaillé 6 mois au cours des 22 derniers mois pour pouvoir être indemnisé. Cette période de référence passerait à 24 mois, ce qui permettrait d'intégrer davantage de monde dans le système, en particulier les salariés enchaînant les contrats précaires.

En contrepartie, le patronat obtiendrait une diminution des durées d'indemnisation : 21 mois au lieu de 23 mois dans la filière B, 6 mois au lieu de 7 dans la filière A. Le Medef accepterait une hausse des cotisations, de 6,4% à 6,6%, répartie entre salariés et entreprise (0,1% chacun).

(Source : Le Monde)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 13 Décembre 2005 02:10 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'a...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...