Actu Chômage

dimanche
17 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Mouvements de chômeurs : «Bonjour tristesse !»

Mouvements de chômeurs : «Bonjour tristesse !»

Envoyer Imprimer
Jeudi 20 octobre, à 11H, la CGT-Chômeurs réunissait ses troupes à proximité du ministère de l’Emploi dans le 7e arrondissement de Paris. À l’heure dite, quelques membres d’APNÉE/Actuchomage venaient au rendez-vous donné afin d’évaluer la mobilisation et affirmer notre solidarité avec celles & ceux qui défendent les droits des chômeurs et des précaires (même si nous ne partageons pas toujours leurs vues).

Six journalistes (une équipe de télévision, une reporter de RTL, trois rédacteurs de presse écrite) patientaient alors que pas un Chômeur Rebelle CGTiste (comme ils se définissent eux-mêmes) n’avait pointé le bout de son nez. Vers 11h20, une délégation forte d’une vingtaine de personnes arrivait, suivie par quelques militants d’AC! – Agir ensemble contre le chômage. À 12h45, au moment de notre départ, 30 personnes manifestaient contre le contrôle accru des chômeurs et pour l’emploi. Pathétique !

Ces 45 minutes de présence nous ont permis de mesurer le marasme dans lequel se débattent les mouvements de chômeurs (CGT, APEIS, AC!, MNCP), ces mêmes qui avaient mené de manière exemplaire - et unitaire - la bataille gagnante des Recalculés de l’Assédic, ceux-là même qui avaient réuni au plus fort de la mobilisation de 2003/2004 près de 7.000 personnes dans les rues de Paris, ceux-là aussi qui firent plier le gouvernement, contraignant Jacques Chirac et Jean-Louis Borloo à annoncer la réintégration dans leurs droits d’un million de chômeurs, pour un coût de 2 milliards d’euros (lire notre dossier Recalculés en haut de la colonne de gauche).

Mais que s’est-il donc passé entre-temps ?

Du côté d’AC! Paris, c’est la plus grande confusion. Même les premiers concernés semblent incapables d’expliquer exactement ce qui s’y trame. Différents courants («libertaires», «radicaux» et «historiques») s’affrontent et des tiraillements profonds gangrènent le mouvement. La situation est si confuse que bien malin est celui qui peut dévider la pelote des embrouillaminis (ce que nous ne chercherons pas à faire ici). Pour un observateur extérieur, AC! Paris – enfin, ce qu’il en reste – semble au bord de l’implosion, de la scission.

L’APEIS, autre mouvement très impliqué dans la défense des chômeurs et précaires (proche du PCF), n’a pas jugé utile d’envoyer une petite délégation au rassemblement du 20 octobre. Tout comme le MNCP (Mouvement national des chômeurs et précaires) qui serait, aux dires de certains, moribond, après le départ de plusieurs responsables qui ont abandonné leurs fonctions à la permanence parisienne du mouvement.

Voilà l’état des lieux des quatre principales organisations de chômeurs et précaires, à quelques jours de l’ouverture des négociations sur le régime d’assurance-chômage le 8 novembre à l’UNEDIC, qui accuse plus de 13 milliards de déficit cumulé.
Les décisions qui seront prises avant la fin de l’année 2005 par l’organisme paritaire vont être lourdes, très lourdes de conséquences. Il y a fort à craindre que les allocations chômage soient revues à la baisse en termes de montant d’indemnisation ou de durée. Et en face, qui trouvera-t-on pour contrebalancer la volonté du Medef de rogner les allocations pour rétablir les comptes ? Les syndicats de travailleurs (CFDT, CGC, CFTC, CGT, FO…) ceux-là même qui ont (à l’exception de FO et de la CGT) accepté le «recalcul» scélérat des indemnités Assédic en 2002.

Les organisations de chômeurs trouveront-elles d’ici-là la ressource pour se remobiliser, pour repartir ensemble au combat ? Réponse dans quelques jours...

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 20 Octobre 2005 20:26 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...