Actu Chômage

samedi
21 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Nouveauté livre : le "Remonteur de moral"

Nouveauté livre : le "Remonteur de moral"

Envoyer Imprimer
Ancien chômeur, licencié après la fermeture des filatures Mossley dans le Nord en 2001, Daniel Steyaert témoigne dans son livre "Remonteur de moral" de son expérience de "référent social" auprès de salariés victimes de plans sociaux.

"Lorsqu'il y a un plan social, c'est en général 8 à 10% du personnel licencié qui a besoin d'un soutien particulier. Mon but, c'est de lever les freins pour qu'ils puissent profiter de ce que leur proposent les cellules de reclassement ou l'ANPE", dit-il.
Il évoque l'exemple de Didier, 52 ans, ouvrier du textile, qui a disparu après la fermeture de son usine : il ne s'est jamais rendu aux convocations de la mission emploi mise en place et a été radié de l'ANPE. A Daniel Steyaert, ancien ouvrier comme lui, Didier a avoué son illettrisme. Touché dans sa dignité, il se laissait couler en silence.

A 43 ans, Daniel Steyaert a eu un parcours riche et atypique. Ouvrier du textile à 17 ans, il parvient à passer agent de maîtrise, milite à la CGT, et quand les 123 ouvriers de la filature Mossley sont licenciés sans indemnités, il prend la tête de la lutte, jusqu'à l'obtention d'un plan social.
Séduite par son énergie et son inventivité, la Direction départementale du travail lilloise lui propose un poste original de "référent social". Depuis 3 ans, il est chargé de suivre, sur une durée de 18 mois, 150 personnes chaque année, que lui adressent l'ANPE ou les cellules de reclassement. "Mais c'est de l'homme que je fais, pas du quantitatif", se défend-il.

"La grande peur de l'ouvrier, en reconnaissant que 'ça ne va pas', c'est de passer pour un fou", dit-il. Après plusieurs visites à domicile, il arrive le plus souvent à convaincre de la nécessité d'un suivi psychologique. Son objectif, c'est d'éviter "la spirale de la dégradation, de la dépréciation", avec au bout, mais souvent plusieurs mois après le licenciement, la dépression. "Assistante sociale, psychologue, juriste, je suis un peu tout cela à la fois", écrit-il. Il affirme recevoir nombre de demandes d'anciens chômeurs souhaitant l'imiter. Mais "il faut être fort psychologiquement, moi plus les gens sont démoralisés, plus cela me motive".

Remonteur de moral par Daniel STEYAERT - Le Cherche-Midi, 176 pages, 13 €.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Dimanche, 23 Octobre 2005 19:34 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...