Actu Chômage

mardi
16 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Édifiant ! Le CNE, nouveau produit de consommation "100% business"

Édifiant ! Le CNE, nouveau produit de consommation "100% business"

Envoyer Imprimer
Le 13 août dernier, nous avons signalé que le contrat "nouvelles embauches" était en promotion sur quinze sites-emplois. Aujourd'hui, il est vanté comme une lessive sur le site de "Companeo 100% business" ! Dans le genre racoleur et immoral, on atteind résolument des sommets.

La "vocation" de Companeo est d'accompagner les dirigeants des TPE-PME afin de leur permettre de trouver - "gratuitement", en 48 heures - des prestataires ou offres de services "packagées, éprouvées et de qualité". Leur sont donc proposés 250 services et équipements apportés par 800 fournisseurs agréés répondant à 5 préoccupations majeures : le développement commercial, les ressources humaines, la gestion, les services généraux, l’informatique et les télécommunications…
Pour les "Ressources Humaines", l'un de leurs "fournisseurs agréés" n'est autre que le cabinet de recrutement MICHAEL PAGE ! Et le - juteux - service proposé sur le CNE est un petit chef d'œuvre de marketing primaire... Quelques extraits :

Embauchez sans risque... avec le nouveau dispositif Contrat Nouvelles Embauches !
Votre entreprise fait face à un surcroît d’activité... mais vous hésitez à recruter ?
Embauchez en limitant vos risques avec le Contrat Nouvelles Embauches (CNE).
Nouveau dispositif réservé à toutes les entreprises employant jusqu'à 20 personnes.

Votre recrutement à partir de 4 000 € ! (offre spéciale Companeo)

SIMPLE ET FLEXIBLE !
Le CNE, conclu sans limitation de durée (nouvelle forme de CDI), vous offre une souplesse totale, avec des formalités de rupture simplifiées ! A l’issue des 2 premières années, le contrat s’apparente automatiquement à un CDI «classique».
ROMPRE LE CONTRAT ?
Une lettre recommandée suffit !
Durant 2 ans, le contrat peut être rompu sans justification, par simple lettre recommandée. Les règles de rupture sont simplifiées :
=> Une période de préavis limitée de 2 semaines au cours des 6 premiers mois (1 mois maximum au-delà de 6 mois d'embauche).
=> Une indemnité de rupture de contrat égale à 8% du montant total de la rémunération brute versée au salarié depuis le début du contrat.
=> Une simple contribution de l’employeur à l’UNEDIC d’un montant de 2% de la rémunération brute versée au salarié depuis le début du contrat.

De nombreux candidats sont intéressés par le CNE !
Dans le cadre du «Contrat Nouvelles Embauches», Michael Page, leader du conseil en recrutement spécialisé, vous propose une sélection de candidats disponibles.
Cliquez sur le profil qui vous intéresse !

Une offre packagée au meilleur coût !
• Diffusion de votre offre prise en charge par Michael Page : dans LA PRESSE, sur son site Internet et sur ceux de ses partenaires.
• Sélection des candidats, entretien d’évaluation du parcours, des compétences et du projet professionnel des candidats sélectionnés. Présentation du poste et de votre entreprise aux candidats.
• Des honoraires limités à 4.000 € HT pour un employé, 5.500 € HT pour un agent de maîtrise et 7.000 € HT pour un cadre expérimenté !

Pour vos Contrats Nouvelles Embauches, Companeo préconise à ses 115.000 utilisateurs le Fournisseur Agréé : MICHAEL PAGE.

A savourer d'urgence tant que c'est visible => => CLIQUEZ ICI et CLIQUEZ LÀ !!!

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 30 Août 2005 19:12 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2005-08-30 19:29 Pour celles/ceux qui ne l'ont pas lu, l'avis de Gérard FILOCHE, célèbre Inspecteur du travail, sur la question : Le «Contrat nouvelles embauches», une régression pour flatter les instincts les plus bas ! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-08-30 20:58 Les 100 jours de Villepin : Waterloo, morne emploi
par René BALME (dimanche 28 août 2005) sur Le Citoyen.

(…) Monsieur de Villepin savait, lors de son discours de politique générale le 8 juin 2005, que le chômage est avant tout une donnée économique nécessaire au bon fonctionnement du libéralisme et de son corollaire, le marché financier. Tant que la loi du marché dictera la politique menée à l’Assemblée Nationale, le chômage ne diminuera pas car il fait partie intégrante de la stratégie capitaliste.

La preuve en est que les exécutants de l’UMP et Borloo en tête, ont ouvert le marché de l’emploi au privé. Le 18 janvier 2005, avec la loi de cohésion sociale est tombé un monopole : celui de l’ANPE. Et l’on nous parle du «chiffre d’affaires dans le placement (des travailleurs)», de «nouveau marché» qui intéresse au plus haut point les entreprises de travail temporaire. Et l’on nous dit que si le «marché du placement» semble être solvable pour les cadres, la chose semble être beaucoup moins évidente pour les «non cadres». Ce qui pourrait vouloir dire que les entreprises privées se partageront le «marché» juteux des cadres laissant à l’ANPE le soin de se débrouiller avec la frange la plus défavorisée des demandeurs d’emploi. Nous verrons plus loin que l’UMP a trouvé la parade !

Il apparaît clairement en approfondissant l’analyse que Dominique de Galouzeau de Villepin a bien consacré ses 100 jours à la fabrication d’un marché des demandeurs d’emplois à grand renfort d’ordonnances. Chaque chômeur, il faut le savoir, représente, pour les entreprises de travail temporaire une manne non négligeable.
Dans un contexte ultralibéral, on ne tarit pas la source de revenus, d’où qu’elle vienne, on a même plutôt tendance à tout faire pour la faire croître.

Libération nous apprend, du reste, qu’en ce début d’année 2005, alors que la loi Borloo prévoyant la fin du monopole de l’ANPE n’a pas été mise en oeuvre, INGEUS, société australienne, a été chargée par l’UNEDIC de reclasser 6.000 demandeurs d’emplois dans la région de Lille et Rouen. Pour ce faire, la société australienne privée bénéficie gratuitement des fichiers de l’ANPE et perçoit de l’UNEDIC 2.800 euros minimum par personne, soit 16 millions 800 mille euros. Si cette pratique se généralise, et la loi BORLOO y encourage vivement on peut affirmer que le marché des chômeurs représente une manne comprise entre 8,5 milliards et 13 milliards d’euros à se répartir entre toutes les entreprises de travail temporaire et autre officines de reclassement. A partir de ce constat édifiant, il est évident que le contrat de nouvelle embauche (période d’essai de 2 ans) représente une source de revenus inépuisable pour les nouveaux négriers que sont les agences de placement.

(…)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # anymore 2005-08-31 13:51 "Ecoeurantissime " voilà la seule réflexion que j'ai pu faire en lisant les infos sur ces sites. Depuis quand est-il légal de brader les employés accompagnés d'un CNE comme un vulgaire paquet de lessive, sauf que le service rendu se paye cher, très cher. Si les employeurs, au lieu de perdre du temps et de l'argent auprès de ces "charognards du chômage" les utilisaient de meilleure façon (ex: augmenter les salaires etc…) je pense que notre société s'en porterait mieux. Quand à l'illustration faite du "jeune cadre dynamique qui se fait b…r et qui a l'air d'aimer ça, c'est franchement ignoble.
Dans quel monde vivons nous ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2005-08-31 15:07 À quoi servent les cabinets de recrutement ?

Globalement, à pas grand-chose. Il y a trente ans, on recrutait en France sans problème et sans faire appel aux "prestations" de ces professionnels du business du recrutement qui n'hésitent pas à user de procédés pour le moins contestables (et maintes fois dénoncés sur Actuchomage).

Mais avec le CNE, à quoi servent vraiment les cabinets de recrutement ? L'employeur ne prenant plus aucun "risque" à l'embauche puisqu'il peut licencier son nouveau collaborateur pendant deux ans, à l'aide d'une simple lettre recommandée…

En fait, le CNE, c’est le super BON PLAN des cabinets de recrutement.

Ils facturent leurs prestations (entre 4.000 et 7.000 euros pour Michael Page) pour l'embauche d'un candidat en CNE.

Au bout de 6 mois, l'employeur le licencie et… et… quelques mois plus tard, fait de nouveau appel à Michael Page pour recruter un nouveau CNE…

Et ainsi de suite.

Je comprends pourquoi les cabinets de recrutement se frottent les mains.

Le CNE, c'est le jackpot !!!
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-08-31 15:18 En ouvrant, mardi 30 août, leur boîte aux lettres électronique, plus d'une centaine de milliers de dirigeants de petites entreprises ont pu lire un message commercial dont voici quelques extraits : "Madame, Monsieur, profitez du nouveau dispositif "contrat nouvelles embauches" (CNE). Embaucher sans risque ? C'est possible depuis le 4 août ! Profitez-en ! Des procédures d'embauche et de rupture simplifiées et sans contrainte ! La rupture du contrat par simple lettre recommandée ; ­ Une période de préavis limitée à 2 semaines au cours des 6 premiers mois ; Une indemnité de rupture de contrat bien plus légère pour l'employeur. Votre recrutement à partir de 4.000 euros seulement !"

Une offre si alléchante ne vient ni de Matignon ni du ministère du travail, concepteurs et promoteurs de ce contrat de travail "allégé", clé des mesures gouvernementale s en faveur de l'emploi annoncées cet été, mais de la société Companeo, spécialisée dans la mise en relations de petites entreprises avec des fournisseurs d'équipements et de services, des meubles de bureau à la paie des salariés.

Le fournisseur de cette "offre packagée", selon les termes de l'annonce, n'est autre que le cabinet Michael Page International, numéro un en France sur le marché du recrutement des cadres, dont l'objectif est justement d'étendre ses activités aux PME, selon son directeur commercial, Paul Mercier. Avant de se lancer, Michael Page a effectué une étude de marché auprès de son vivier de candidats à la recherche d'un emploi : "A notre grande surprise, nous avons constaté que près de 80% se déclaraient ouverts à l'idée d'accepter un CNE, même après avoir été informés de la précarité qui y est attachée. Les plus réticents étaient les cadres, surtout au sein de la fonction ressources humaines, peut-être plus au fait des aspects juridiques du contrat."

M. Mercier affirme ne pas avoir le sentiment de promouvoir "une proposition de capitaliste esclavagiste". "Notre rôle est d'éclairer les candidats et les employeurs sur les avantages et les risques de la formule. S'il y a un effet d'aubaine pour l'employeur, il peut aussi l'encourager à proposer un emploi malgré l'incertitude sur son activité. Et pour les chômeurs, le risque de la précarité peut être compensé par la prime de 8% non imposable attachée au CNE, et par la possibilité, pour ceux qui ne sont plus indemnisés, de reconstituer leurs droits."

M. Mercier "espère" que le ton adopté pour vanter les mérites du CNE "ne donne pas une image trop mercantile" du "package" proposé. "On ne peut pas s'adresser aux patrons de PME dans un style trop ampoulé", ajoute-t-il.

(Source : Le Monde)


… Pour le style "pas trop mercantile", c'est loupé !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-09-01 16:20 PARIS (Reuters) - Dominique de Villepin a annoncé que 30.000 contrats nouvelles embauches environ avaient été conclus en un mois.

"C'est un succès, c'est aussi la preuve que ce nouveau contrat à durée indéterminée, qui comporte des protections supplémentaires , est attractif pour les employeurs comme pour les salariés", a déclaré le Premier ministre lors de sa conférence de presse de rentrée.

Pour le chef du gouvernement, la baisse du chômage et l'entrée en vigueur de la mesure-phare de son plan d'urgence sont la preuve que "nous pouvons gagner la bataille de l'emploi".

Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-09-01 17:06 Vu hier soir aux infos sur France 3, un reportage consacré au Conseil Général de l'Indre qui a investi chez MAATWERK pour reclasser ses RMIstes : la prestation est facturée 4.000 euros, et à ce jour ils ont placé 54 demandeurs d'emploi.

A lire également Le reclassement des chômeurs, un marché juteux, un article de l'Huma paru en novembre 2004 sur les pratiques d'Ingeus ou de Maatwerk, toujours d'actualité !
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...