Actu Chômage

lundi
23 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Premières convocations de jeunes à l'ANPE

Premières convocations de jeunes à l'ANPE

Envoyer Imprimer
Gérard Larcher, ministre délégué à l'Emploi, signale que l'ANPE a commencé à envoyer des convocations aux 57.000 jeunes qu'elle doit recevoir avant la fin septembre, et que 16 maisons de l'emploi ont été labellisées.

"A compter d'aujourd'hui et jusqu'à la fin septembre, 57.000 jeunes au chômage depuis plus d'un an vont être reçus par l'ANPE", conformément à l'engagement du Premier ministre lors de son discours de politique générale : "L'ANPE a commencé à envoyer des convocations à des entretiens individuels". "Ce premier entretien va servir à faire un bilan avec le jeune. A son issue, il va lui être proposé soit simplement de revenir la fois suivante, soit un contrat dans le secteur marchand, soit un stage, un Civis, un contrat d'accompagnement vers l'emploi, ou un autre dispositif en fonction de son âge", a-t-il déclaré. "C'est une première étape : je voudrais qu'il y ait un suivi particulier de tous les jeunes qui sortent des dispositifs (de contrats aidés) : emplois-jeunes, CES...", a précisé M. Larcher.

En outre, les "16 premières maisons de l'emploi ont été labellisées", a-t-il annoncé en citant celle d'Amiens qui doit se mettre en place "en octobre". La commission de labellisation a demandé un "complément d'informations" pour une "dizaine de dossiers" dont certains "doivent être réexaminés dès mardi". "L'objectif fixé par le plan de cohésion sociale de 300 maisons de l'emploi n'est pas une frontière. Il pourra y en avoir plus pour peu que ce ne soit pas des structures supplémentaires", a-t-il ajouté.
Enfin, M. Larcher a indiqué que les contrats d'accompagnement vers l'emploi (CAE) à destination des jeunes bénéficieraient désormais d'un taux de prise en charge de l'Etat de 90% - alors qu'actuellement le taux de prise en charge de ces contrats aidés destinés aux chômeurs de longue durée est de 80% (ou 95% en cas d'emploi sur un chantier d'insertion).

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 21 Juin 2005 17:55 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2005-06-21 18:00 Un article - qui résume tout - adressé par AGNÈS :

L’emploi salarié stagne en France. Comme les trimestres précédents. La faute aux importantes destructions de postes dans l’industrie, qui ne sont plus compensées par les créations d’emplois dans la construction et le secteur tertiaire. C’est le tableau que viennent de dresser les économistes de l’UNEDIC. Ils prédisent aussi que la tendance ne devrait pas s’améliorer dans les prochains mois, au vu d’une croissance économique plus faible que prévu et bien insuffisante pour faire redémarrer les embauches.

Sombres perspectives. Malheureusement banales. Le gouvernement Villepin n’a pas le choix. Il doit réussir sur l’emploi. Deux solutions s’offrent à lui. Activer les leviers de création d’emplois stables, avec des incitations fiscales, une politique sociale ambitieuse et une relance de l’industrie où faire baisser momentanément la statistique en contraignant les jeunes et les chômeurs à occuper les boulots immédiatement disponibles parce que précaires, à temps partiel, mal rémunérés, durs. En bon libéral, Dominique de Villepin a choisi la seconde option, trahissant de ce fait l’exigence de protections sociales réclamées avec force le 29 mai dernier lors du référendum sur la constitution européenne.

Licencier sans indemnité ni recours juridique

Le «plan d’urgence» du premier ministre présenté il y a dix jours, la loi relative au développement des services à la personne examinée par les députés la semaine dernière et qui sera soumis au vote - solennel de l’Assemblée mardi, ainsi que la montée en charge du «plan de cohésion sociale» sont autant d’instruments d’une même mécanique à généraliser le «sous-emploi». Même s’il s’en défend, le premier ministre se plie, de ce fait, au modèle anglo-saxon.

En créant un nouveau contrat de travail, le «contrat nouvelle embauche», qui va permettre aux entreprises de moins de 10 salariés de garder des salariés à l’essai pendant deux ans, le gouvernement donne quitus à une des principales injonctions du - MEDEF : faciliter le licenciement. Cela permettrait de faciliter aussi l’embauche, nous dit-on. Mais pour le salarié, c’est l’insécurité permanente puisqu’il pourra, quasiment du jour au lendemain, être - remercié sans motif, sans indemnité, sans recours juridique. Qu’il se rassure pourtant, Gérard Larcher, ministre délégué à l’Emploi, a expliqué en fin de semaine aux syndicats que le salarié en question pourra s’inscrire au chômage «même s’il n’a pas travaillé le minimum requis de 180 jours» !

Que des contrats à durée déterminée et du temps partiel

Dominique de Villepin a justifié sa mesure au nom du gisement d’emplois existant dans les petites entreprises. En effet, l’ANPE a, par exemple, établi que 56,1% des emplois proposés ont émané en 2003 des entreprises de moins de 10 salariés. L’Agence nationale pour l’emploi explique aussi qu’elles proposent dans la majorité des cas des emplois durables. Les embauches en CDD sont déjà quasiment généralisées, mais dans les plus de 50 salariés. Le «contrat nouvelle embauche» vient donc percuter cette relative stabilité. Les syndicats ne s’y sont pas trompés. Sa mesure est une attaque frontale contre la norme du CDI.

De CDI, à temps plein, il n’en est de toute façon aucunement question dans toutes les autres facettes des dispositifs Borloo. Le ministre de la Cohésion sociale promet de créer 500.000 emplois en trois ans dans le domaine des services à la personne, un secteur certes, en pleine expansion, mais déjà englué dans le sous-emploi et miné par le temps partiel. L’exposé des motifs du projet de loi le reconnaît, ces métiers manquent d’attractivité du fait de «l’importance du temps partiel subi, de la présence de taux horaire de rémunération encore inférieurs au SMIC, de droits sociaux inférieurs au droit commun, de la faiblesse ou l’absence de filières de formation initiale, de l’insuffisance totale de formation continue».

Favoriser le retour du travail journalier

Or, la mesure phare de son plan, le chèque emploi service universel (CESU), qui encourage une individualisati on de la relation salarié-employeur, va perpétuer cet état de moins-disant social dans le secteur. Dominique de Villepin a décidé d’étendre ce «chèque», qui fait office de contrat de travail et de bulletin de salaire, aux petites entreprises, une initiative qui favorise le retour du travail journalier, et avec lui une précarité extrême. Les autres contrats Borloo, déjà en place avec la loi de cohésion sociale, sont tous précaires. Au nombre de quatre, ils sont conclus pour une période déterminée, ne dépassent jamais les 26 heures hebdomadaires de travail et sont rémunérés au SMIC horaire. Des petits boulots, en somme, comme ceux qui, depuis vingt ans contribuent à affaiblir la norme CDI d’emplois stables, à statut. De 3% en 1974, le chômage touche aujourd’hui 10% de la population active. Dans le même temps, le nombre de CCD a été multiplié par six au point qu’aujourd’hui les contrats à durée déterminée représentent 77% des embauches.

Faute d’agir réellement sur le levier emploi, le gouvernement actionne la pompe à sanction des chômeurs. Soit ils acceptent d’occuper ces boulots dont personne ne veut, soit ils perdent des indemnités, voire sont rayés des listes. Comme en Angleterre ! Pratique pour qui veut faire dégonfler les chiffres du chômage.

Paule Masson - Le Web de l'Huma
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2005-06-22 16:30 M. Larcher défend l'amendement sur le travail des apprentis le dimanche

22-06 (AFP) 16:07:38
Le ministre délégué aux Relations du travail, Gérard Larcher, a défendu mercredi devant les députés l'amendement étendant au secteur de la pâtisserie la possibilité de faire travailler le dimanche des apprentis de moins de 18 ans, car il s'agit "d'apprendre un métier".

Le Sénat a adopté la semaine dernière un amendement au projet de loi en faveur des petites et moyennes entreprises, qui vise à autoriser les apprentis mineurs à travailler le dimanche dans les professions de l'hôtellerie, la restauration et l'artisanat de bouche.

Au député PCF de la Somme Maxime Gremetz, qui lui demandait de retirer cet amendement au cours de la séance de questions au gouvernement, M. Larcher a répondu qu'il s'agit "en l'occurrence d'étendre au secteur de la pâtisserie la dérogation qui existe dans le secteur de la boulangerie parce qu'il y a des boulangers-pâtissiers, et qu'apprendre un métier c'est aussi apprendre la totalité de ce métier".
"La boulangerie-pâtisserie, c'est ouvert le dimanche", a fait remarquer M. Larcher, rappelant que cela fait partie de "réalités strictement encadrées", notamment par le code du travail qui "a fixé le principe d'interdiction du travail de nuit pour les mineurs".
"L'apprentissage doit être une voie d'excellence pour permettre à des jeunes qui choisissent librement cette voie de se former à un vrai métier et demain de devenir des chefs d'entreprise", a fait valoir le ministre.

M. Larcher a par ailleurs souligné que dans le cadre du plan Borloo, qui vise notamment à faire passer le nombre d'apprentis d'environ 350.000 à 500.000 par an, "d'ores et déjà 18 régions nous ont fait savoir qu'elles s'engageaient dans un contrat d'objectifs avec l'Etat pour augmenter de 40% le nombre de places d'apprentis".


Voir aussi notre article du 15/06 : Les apprentis travailleront même le dimanche
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...